Patrick Chan à l'entraînement, à Ottawa, en janvier dernier

Chan se concentre sur ses propres performances

HELSINKI - Atelé à l'entraînement au Hartwell Arena, Patrick Chan essaie de conserver sa concentration, évitant du regard les jeunes vedettes comme Nathan Chen.
Ce n'est pas facile, surtout lorsque Chen réussit des quadruples sauts avec facilité.
Chan prendra part aux Championnats du monde de patinage artistique cette semaine, un événement qui est devenu soudainement et irrévocablement basé sur les quadruples sauts. L'athlète de 26 ans, originaire de Toronto, peut seulement espérer que son style, qui comporte plusieurs autres éléments comme les pirouettes et ses aptitudes de patinage, sera suffisant contre les jeunes prometteurs comme Chen.
L'Américain de 17 ans est devenu le premier patineur de l'histoire à avoir atterri sept quadruples sauts dans une compétition - deux au programme court, cinq au programme libre. Chen, qui fera son entrée au Championnat mondial après sa montée fulgurante, l'a fait à deux à deux reprises. Il a atterri 18 quadruples sauts consécutifs.
Le programme libre de Chan comporte trois quadruples, qu'il doit tout d'abord réussir. Puisqu'il obtient de bons résultats sur l'aspect technique, le Canadien sait qu'un programme sans faute le placerait parmi les meneurs.
«Je serai à une distance accessible. C'est difficile à croire, n'est-ce pas? J'ai souvent l'impression qu'ils vont prendre les devants. J'essaie de suivre le rythme, mais ils s'éloignent toujours un peu plus, parce qu'ils ajoutent des quadruples sauts comme si de rien n'était», a déclaré Chan après son entraînement.
«Ils continuent de repousser les limites. Je pense que c'est l'avantage d'être jeune. Ils ne réfléchissent pas vraiment avant d'accomplir quoi que ce soit», a-t-il ajouté.
Chan a été couronné champion du monde à trois reprises entre 2011 et 2013, avant de se retirer de la compétition durant un an et demi. À son retour, il a retrouvé son sport complètement transformé et lorsqu'on jette un coup d'oeil aux jeunes patineurs en ascension, on comprend qu'un retour en arrière est impossible.
Parmi les autres candidats potentiels pour décrocher le titre se trouve le Japonais Yuzuru Hanyu, qui a battu Chan pour la médaille d'or aux Jeux olympiques de Sotchi et a depuis augmenté son nombre de quadruples sauts (cinq) dans son programme libre. L'Espagnol Javier Fernandez, le Japonais Shoma Uno et le Chinois Boyang Jin figurent également sur la liste.
« Je crois que c'est un peu plus excitant pour les spectateurs, parce que les résultats sont moins facilement prévisibles, a expliqué Chan. Il y aura un choix à faire parmi cinq candidats. J'espère faire partie de ce groupe, et je crois fermement que je le suis, même si je ne maîtrise pas autant les différents quadruples sauts comme tout le monde.»
Chan a changé son protocole d'entraînement en Finlande, dû à une blessure mineure subie il y a deux semaines lors d'une manoeuvre pourtant simple.
«C'est juste une approche différente. C'est plutôt pour l'an prochain. Ç'a du sens de changer mon entraînement puisque mon corps change et vieillit un peu. Je dois être un peu plus intelligent. C'est difficile de ne pas trop se pousser à l'entraînement, lorsque tu vois les autres devenir fou, qui sautent partout. Je dois simplement m'en tenir à mon plan.»
En Finlande, Chan a évité de faire quelques grands sauts qu'il ferait habituellement à l'entraînement.