Les Champions l'ont emporté 3-2 face aux Jackals mardi soir au stade RCGT.

Victoire de 3-2 des Champions

Les chiffres ont un petit quelque chose de franchement intimidant.

Jeudi dernier, Brian Portelli a terminé un stage dans la Pecos League, un circuit indépendant de baseball situé dans le sud-ouest des États-Unis.

Là-bas, en 60 parties, il a conservé une moyenne au bâton de ,423. Il a cogné 32 circuits. Il a produit 114 points.

Il est débarqué à Ottawa vers l’heure du souper, mardi, avec l’idée de tenter sa chance dans la Ligue Can-Am, qui est légèrement supérieure.

Hal Lanier lui a donné sa chance, quelques heures plus tard, dans le premier match d’une série contre les Jackals du New Jersey.

À sa toute première présence au bâton, en fin de sixième manche, il a cogné un simple bon pour deux points.

Deux points qui ont fait une grosse différence dans une victoire de 3-2.

« Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il vient de passer trois jours à rouler, presque sans arrêt, pour venir jusqu’ici », riait le gérant des Champions, dans son bureau, en fin de soirée.

C’est la vérité.

Dans la Pecos League, Portelli jouait à Roswell, cette petite ville mythique du Nouveau-Mexique.

Quand il est parti de là-bas, il savait qu’il devrait passer une trentaine d’heures sur l’autoroute pour atteindre la capitale du Canada.

« Je suis originaire du Michigan et j’ai fait mes études universitaires en Floride. La route ne m’a jamais effrayé », dit-il.

Il était quand même ankylosé quand il a finalement déposé sa valise au parc RCGT.

Au départ, Lanier ne devait pas l’utiliser dans le match de mardi.

Il a quand même enfilé son nouvel uniforme pour suivre la partie depuis l’abri des joueurs.

Dans la vie comme au baseball, les choses peuvent changer très rapidement.

En fin de quatrième manche, l’imposant et bouillant premier but des Champions, Vincent Guglietti, a mal digéré une décision controversée de l’arbitre au marbre. Il s’est fait expulser.

Lanier, avec toute la force de ses 76 ans, a été obligé de s’interposer pour empêcher que les choses ne dégénèrent.

« Il n’est pas facile de se mettre dans le chemin d’un joueur comme Vinny. Il mesure six pieds et cinq pouces et pèse 235 livres », a rappelé le gérant.

Lanier n’avait pas beaucoup d’options, sur le banc.

« J’avais joué deux matches au premier coussin depuis le début de ma carrière chez les pros. C’était mon troisième », a expliqué Portelli.

« Toute ma vie, j’ai été le joueur à qui on faisait appel quand on avait désespérément besoin d’un remplaçant au premier coussin. Mais je suis d’abord un voltigeur », précise-t-il.

Retraite
Portelli a complété sa formation universitaire au printemps 2015. Il a brièvement tenté sa chance chez les pros, par la suite, sans connaître énormément de succès. Il se croyait mûr pour la retraite. Il n’a pas joué du tout en 2017.

« J’ai réalisé durant cette année que le baseball me manquait beaucoup. C’est pourquoi j’ai décidé de revenir au jeu, cette saison. Je viens de passer les trois derniers jours sur la route pour venir ici parce que j’adore mon sport. J’ai fait ce voyage, aussi, parce que j’ai faim. Je veux prouver que je suis capable de continuer à gravir les échelons. »

Les Champions ont mis deux joueurs sous contrat, en fait, mardi. L’autre recrue, un dénommé Tyler Brown, a connu une bonne première soirée de travail, en défensive, au deuxième coussin.

Portelli et Brown devraient logiquement obtenir d’autres opportunités de se faire valoir, cette semaine, contre les Jackals.

Les Champions ont besoin de connaître un mois d’août exceptionnel s’ils veulent gravir les échelons au classement et se qualifier pour les séries éliminatoires.