Après la défaite face aux Aigles, les Champions d’Ottawa ont conclu une série de six matches à domicile avec une seule victoire.

Une victoire en six matches à domicile pour les Champions

Un autre début de semaine difficile est à prévoir, au parc RCGT.

Les Champions d’Ottawa doivent partir sur la route. 

Ils entreprendront leur prochaine série au New Jersey, sur la pelouse des Miners de Sussex County, mardi.

Certains joueurs ne feront pas le voyage.

Certains vont plutôt ramasser leurs effets personnels et s’en retourner avec leur petit bonheur.

« Je vais apporter quelques ajustements. Ces ajustements sont nécessaires. Nous avons besoin d’obtenir de meilleurs résultats », a résumé le gérant Sébastien Boucher, dimanche.

Son équipe venait de subir un revers de 5-2 contre les Aigles de Trois-Rivières,

Les 2500 spectateurs présents ont eu droit à deux longs coups de circuit. 

Malik Collymore a cogné le premier. Jiandido Tromp, le deuxième.

Ça n’a pas été suffisant.

Les Champions ont conclu un séjour à domicile de six parties avec une seule victoire.

Boucher en a ras-le-bol.

« Il y a une couple de joueurs qui s’en viennent. On veut voir ce qu’ils peuvent faire. Ça va provoquer des changements. Je ne veux pas trop en parler, pour l’instant, parce que je n’ai pas encore parlé à ceux qui s’en vont. Ce que je peux dire, c’est que notre équipe sera différente, quand nous arriverons à Sussex », résume-t-il.

Il est un peu tard pour tout bousculer.

Il reste environ trois semaines à écouler au calendrier régulier de la Ligue Can-Am. 

Les Champions accusent un retard de six matches et demi sur l’équipe qui détient le dernier ticket pour les séries éliminatoires.

En mettant de nouveaux joueurs à l’essai, à l’heure actuelle, Boucher cherche peut-être à préparer le terrain pour l’année prochaine.

« On essaie de sauver la saison 2019 aussi », insiste-t-il.

« Je n’ai pas l’intention de terminer en dernière position. Il n’est pas question d’abandonner. Si on fait des changements, c’est qu’on cherche faire une petite poussée vers le haut du classement. Ça va changer la dynamique de notre alignement. »

« C’est vrai qu’il se fait tard, mais je ne vais certainement pas fermer les yeux devant nos problèmes. »

Zac Westcott fait partie de ceux qui profitent pleinement d’une audition. Le droitier de 27 ans n’a pas mal paru, dimanche, lors de son quatrième départ dans l’uniforme des Champions. Après avoir surmonté quelques petits problèmes en début de journée, il a réussi à donner sept manches de travail à ses patrons.

« Il a fait ce qu’il fait depuis son arrivée. Il nous donne chaque fois une chance de gagner. Nous ne sommes jamais capables de compléter le travail », déplore le gérant.

Westcott attribue une partie de ses succès au travail en défensive du receveur Larry Balkwill. En voilà un autre qui est arrivé à Ottawa tout récemment.

« Je le connais depuis longtemps. Nous avons travaillé ensemble pendant au moins 250 manches au cours des trois dernières saisons. Il me connaît par cœur et il sait exactement ce que je dois faire pour connaître de bons matches. »

Balkwill brille défensivement, mais il a frappé seulement deux coups sûrs en 15 durant le séjour à la maison...

Stanton jubile

La situation est complètement différente chez les Aigles, qui viennent de compléter un long séjour sur la route avec une fiche de sept victoires contre trois défaites.

« Un long voyage qui a débuté par un programme double contre Sussex. Vraiment, rien de facile, commente le gérant T.J. Stanton. Quand on part sur la route, on espère gagner la moitié de nos matches. On a vraiment bien fait. »