Sébastien Boucher a été le meilleur frappeur des Champions lors de ce match alors qu'il a obtenu deux coups sûrs en quatre présences au bâton avec deux points produits.

Tout baigne pour Steve Brown

Il y a six mois, presque jour pour jour, Steve Brown était un homme frustré.
Le meilleur joueur de la jeune histoire des Aigles de Trois-Rivières venait de se faire montrer la porte. Plus de place pour toi chez nous, bonhomme. Bonne chance, bon vent.
Pour le voltigeur de 30 ans qui ne demandait qu'à passer le reste de sa carrière en Mauricie, le choc fut brutal.
Six mois plus tard, les choses ont bien changé.
« En ce moment, je suis parfaitement heureux », a-t-il déclaré, tard vendredi soir, avant de quitter le parc RCGT.
Les Champions venaient de retrouver le chemin de la victoire. Ils ont malmené les lanceurs des Boulders de Rockland dans un gain de 12-4.
Brown, dans son rôle de quatrième frappeur, a bien joué son rôle. Il a produit le tiers des points de son équipe.
Il en a produit trois d'un coup, en deuxième manche, en cognant un retentissant coup de circuit par-dessus la clôture du champ centre gauche.
C'était son deuxième circuit en autant de matches.
« C'est agréable de frapper un circuit. C'est encore plus agréable de frapper un circuit dans une cause gagnante », déclare Brown.
Le circuit de vendredi était son sixième de la saison. Il est loin des meneurs dans la Ligue Can-Am. Ce n'est pas entièrement sa faute. Il a le malheur d'évoluer, on vous le rappelle, dans un des plus gros stades du baseball indépendant.
Il domine toutefois les Champions avec 45 points produits. Ses vieilles jambes lui ont aussi permis de voler une dizaine de buts, ce qui est loin d'être mauvais.
Durant son point de presse d'après-match, vendredi, le gérant Hal Lanier est revenu sur son embauche principale de la dernière saison morte.
Il admet qu'il a été très surpris d'apprendre, en février, que Brown n'avait plus sa place chez les Aigles.
« Steve a connu de très bonnes saisons, là-bas, à TR. Il avait été très bon l'été dernier. Il avait trouvé le moyen de cogner sept circuits et de produire 45 points même s'il avait traîné une blessure pendant la majeure partie de l'été. »
« J'étais convaincu que j'avais conclu une bonne affaire quand j'ai mis Steve sous contrat. Il n'a vraiment rien fait pour me faire changer d'idée, depuis. »
Brown, qui célébrera son 31e anniversaire de naissance le mois prochain, mange littéralement du baseball. Il évolue dans deux circuits professionnels chaque année. Quand la saison se termine dans la Can-Am, il migre vers le sud afin de participer aux activités d'une ligue d'hiver.
Brown l'a dit plus tôt. Il est heureux quand il joue. Il est encore plus heureux quand il gagne. Tandis que ses anciens coéquipiers de Trois-Rivières croupissent dans la cave du classement, les Champions ont remporté 15 de leurs 18 dernières parties.
« Je sais bien que certaines personnes doutaient de nous en début de saison. Moi, je n'ai jamais appuyé sur le bouton de panique. Je savais que nous formions une bonne équipe et j'étais convaincu que les choses allaient finir par se placer pour nous », de conclure celui qui a trouvé sa place au champ droit à Ottawa. Il semble aussi vouloir s'incruster au quatrième rang de la formation offensive.
Il n'est pas le seul joueur des Champions qui s'est amusé, vendredi. Celui qui le précède, Sébastien Boucher, a connu un match de deux coups sûrs et trois points produits. « Ça fait du bien de le voir connaître un peu de succès avec son bâton », a lancé Lanier.
Vrai que le vétéran voltigeur franco-ontarien ne connaît pas un été à tout casser...
Gil en relève
La soirée fut également productive pour Yean Carlos Gil.
Le partant gaucher a effectué sa première apparition au monticule en près d'un mois. Pour lui permettre de retrouver la forme, Lanier lui a demandé de travailler en neuvième manche.
Avec une grosse avance à défendre, il ne risquait pas grand-chose. Il devrait lancer à nouveau dimanche.