Steve Brown, un vétéran qui a fait le tour des clubs canadiens de la Can-Am, fait de l’excellent travail pour les Champions cette saison. « J’ai du plaisir à chaque jour », avoue le principal intéressé.

Steve Brown encore la bougie d’allumage

Autre belle soirée pour du baseball mercredi soir dans la capitale.

Autre petite foule cependant pour voir les Champions d’Ottawa défaire les Étoiles de l’île Shikoku pour un troisième soir de suite, à peine 1289 amateurs éparpillés dans les gradins du stade RCGT.

Les réguliers parmi eux ont encore une fois vu le voltigeur de centre Steve Brown connaître une bonne soirée à la plaque, lui qui est allé d’un triple productif lors d’une deuxième manche de deux points qui a lancé les hommes de Sébastien Boucher en avant 3-0, avance qu’ils n’ont jamais perdue dans un gain de 5-2. Brown a plus tard ajouté deux simples et il a croisé le marbre deux fois alors qu’il rebondissait d’une rare soirée de zéro en quatre la veille.

« C’est un ajustement contre leurs lanceurs (japonais), ils ont tous des motions un peu différentes et c’est un ajustement, que j’ai réussi à faire ce soir », a-t-il confié après le match.

Le Colombien de 32 ans ne faisait que continuer son excellent travail cette saison, qui lui a valu une invitation au match des étoiles de la semaine prochaine alors que les meilleurs joueurs de la Ligue Can-Am affronteront ceux de la Frontier League, en plus du titre de meilleur frappeur du mois de juin dans le circuit, lui qui a notamment connu une séquence de 14 parties avec au moins un coup sûr au début de ce mois. Il avait la troisième meilleure moyenne au bâton de la ligue après le match de mercredi, à ,338.

Pas si mal pour un joueur qui avait été libéré par les Champions l’hiver dernier, après une deuxième saison avec eux où il n’avait frappé que pour une moyenne de ,244. Le club espérait attirer le voltigeur Tyson Gillies, bon ami du lanceur Phillippe Aumont, mais il a finalement décidé de rester avec les Capitales de Québec.

« J’étais peut-être un peu trop confortable l’an dernier, je ne sais pas. Je me concentre un peu plus et je mets la balle en jeu plus souvent. Je n’ai pas vraiment changé mon approche au bâton. Je fais mon travail en connaissant une excellente saison. J’ai du plaisir à chaque jour, et j’ai maintenant hâte d’aller avoir du plaisir au match des étoiles. »

Vétéran qui a fait le tour des clubs canadiens de la Can-Am, ayant commencé à Québec avant de passer quatre saisons avec les Aigles de Trois-Rivières (il a aussi joué deux ans à Edmonton dans la NABL à ses débuts chez les pros en 2010), Brown passe une partie de ses hivers à Trois-Rivières, s’étant marié l’an dernier à une francophone de l’endroit. Le reste de l’hiver est passé à jouer au baseball d’hiver dans son pays, qu’il ira représenter aux Jeux panaméricains le mois prochain, d’ailleurs. « Je comprends un peu le français, mais je ne le parle pas encore », confie-t-il.

Pour ce qui est du match de mercredi, le partant des Champions Jared Mortensen a été solide en n’accordant que deux points, dont un seul mérité, sur cinq coups sûrs, avec huit retraits sur des prises en sept manches de travail. Il a quitté avec une avance de 3-2 que les releveurs Andrew Cooper et Evan Rutckyj ont ensuite protégé, alors que les locaux ont obtenu deux points d’assurance en début de neuvième manche pour leur simplifier la vie.

Le quatrième et dernier match de cette série contre la formation japonaise aura lieu jeudi soir.