Un optionnel de Coco Johnson a permis aux Champions de prendre une petite avance et d’être optimistes pour la suite.

Septième revers de suite pour les Champions

Les Champions d’Ottawa vont-ils gagner un autre match devant leurs partisans avant la fin de leur saison de misère ?

Ils ont eu leur chance de mettre fin à une série de six défaites de suite mercredi soir au parc RCGT, mais ies Capitales de Québec ont profité d’une relève chancelante pour combler un déficit de trois points lors des deux dernières manches, l’emportant ultimement 10-6 devant une petite foule de 839 partisans.

Un circuit de trois points de Jordan Caouillet en cinquième manche avait converti un recul de 1-3 en avance de 4-3. Les locaux ont ensuite ajouté à leur priorité en septième reprise grâce à un simple productif de Vinny Guglietti et un optionnel de Coco Johnson.

Le partant Auston Chrismon a cependant quitté après avoir alloué trois points, dont deux mérités, sur sept coups sûrs en sept manches de travail, et les releveurs Daniel Carela et Scott Maine ont ensuite bousillé son travail.

Carela n’a obtenu qu’un retrait tout en allouant deux points sur trois coups sûrs et un but sur balles, et Maine n’a pas été en mesure de sauver les meubles quand il s’est amené, allouant un triple avec les buts remplis à Nick Van Stratten, redonnant les devants 8-6 aux visiteurs.

Les Capitales ont ensuite ajouté deux points d’assurance en début de neuvième sur un mauvais lancer de Maine et un simple productif de Phildrick Llewellyn.

« C’était un match serré, puis soudainement, nous avons perdu. Et quand on perd, c’est laid avec un L majuscule », a dit le gérant Hal Lanier après ce cinquième revers de suite de ce séjour à domicile amorcé par un balayage subi aux mains des Aigles de Trois-Rivières.

« Chrismon a lancé avec son cœur, il a donné tout ce qu’il avait. Caillouet nous a donné l’avance avec son circuit de trois points. C’est honteux de ne pas être capable d’obtenir six retraits en huitième et neuvième manches pour l’emporter. On fait beaucoup d’erreurs, en défensive, sur les sentiers et sur la butte, pour perdre des matches et c’est pourquoi nous sommes sur notre séquence actuelle (de revers) », a ajouté le gérant septaguénaire.

Son vis-à-vis Patrick Scalabrini était d’accord après la rencontre pour louanger le travail de Chrismon, le lanceur par excellence de la Ligue Can-Am en 2016.

« Je suis satisfait de la manière dont notre attaque a répondu, surtout quand on est tombé en arrière et que Chrismon est sorti du match. Chrismon nous donne toujours une très solide opposition, chaque fois qu’on l’affronte, on a de la difficulté à compter des points contre lui. On cherche à avoir un bon “momentum” en approchant des séries et c’est bon de voir un gars comme Van Straten, qui est revenu au jeu hier et devrait être une pièce importante pour nous, connaître un gros, gros match. Son triple a changé le match complètement, le point tournant, c’est indéniable. »

Van Stratten a obtenu deux autres coups sûrs en plus de ce triple fatidique, marquant un point en plus. Brad Antchak a aussi récolté trois coups sûrs en cinq présences, avec deux points produits.

Les Capitales ont aussi volé quatre buts dans ce match, dont deux par Kalian Sams. C’était en fin de rencontre, « et c’est parce que nos releveurs ne retenaient pas bien les coureurs, ce n’est nullement la faute de notre receveur Tyler Nordgren, qui fait du travail admirable derrière le marbre », a noté Hal Lanier.

Les deux équipes vont s’affronter une dernière fois dans cette série, et cette saison, jeudi soir au parc RCGT.

+

BOUCHER PENSERA À SON AVENIR PLUS TARD

La campagne de misère des Champions d’Ottawa s’achève et bientôt, il sera temps pour eux de penser à l’an prochain, s’ils ne le font pas déjà.

Les mêmes questions qui reviennent depuis quelques saisons mortes vont revenir à nouveau, à commencer par l’avenir du gérant Hal Lanier. À 76 ans, celui-ci ne doit plus prendre trop de plaisir à sillonner le Québec et les états de New York et du New Jersey en autobus, surtout quand les défaites s’accumulent comme cette année.

Lanier a déjà dit qu’il va en parler avec son épouse une fois la saison terminée, et la décision qu’il prendra aura évidemment un impact sur celui qui est son dauphin, le joueur/instructeur des frappeurs Sébastien Boucher.

Sébastien Boucher

Occupé qu’il est présentement avec la fin de ce qui a été une autre bonne campagne d’un point de vue personnel, lui qui se retrouve parmi les meneurs pour la moyenne au bâton (,321 avant le match de mercredi contre Québec), le vétéran de 36 ans ne voulait pas vraiment en parler lorsqu’approché par Le Droit.

« Je ne pense pas vraiment à l’an prochain, je suis pas mal dans le jus avec mon sport-études (à Nicholas-Gatineau) qui commence mardi, le lendemain de notre dernier match de la saison lundi. On a du pain sur la planche là, donc je n’y pense pas trop, trop. Je n’ai pas encore parlé avec Hal de ce qu’il entend faire, j’imagine qu’on va le faire dans les prochains jours », a confié le joueur natif de Hull qui a grandi dans le quartier Overbrook voisin du parc RCGT.

Affecté par les blessures au cours des dernières saisons, Boucher a encore été ralenti quand son corps lui a causé des problèmes cet été. L’ancien voltigeur de centre a été limité à un rôle de frappeur désigné en raison d’une blessure à une épaule.

« Pendant un mois et demi, je jouais quand même, mais j’avais pas mal de misère à frapper. Ça ne paraît pas dans mes chiffres, mais je n’étais pas capable de m’élancer vraiment. C’est peut-être une raison pourquoi je n’ai pas de circuit cette année. Les jambes, j’ai eu des hauts et des bas. Mais à part ça, ça a été correct côté santé », a-t-il indiqué.

Boucher, qui avait frappé sept longues balles l’an dernier, est content d’avoir frappé plus de doubles à la place des circuits (23 contre 17 l’an dernier). Il est heureux aussi d’avoir ramené sa moyenne au-dessus de la barre des ,300 (elle a été de ,296 en 2017). Et il ne pense pas à remporter un deuxième championnat des frappeurs, après celui remporté en 2014 avec les Capitales, alors qu’il accuse un recul difficile à combler par rapport au meneur, Mickey Reynolds, de Sussex County (,336 avant les parties de mercredi).