Phillippe Aumont a signé son premier match sans point ni coup sûr en carrière offrant du même coup une 900e victoire en carrière dans le baseball indépendant à son gérant Hal Lanier.

Sans point ni coup sûr!

Phillippe Aumont a choisi d'effectuer un retour au jeu dans la Ligue Can-Am parce qu'il avait « recommencé à aimer le baseball ».
Mercredi soir, au parc RCGT, le baseball lui a prouvé que c'est réciproque.
Aumont a lancé le premier match sans point ni coup sûr de sa carrière. Parce qu'il a été dominant d'un bout à l'autre du match, les Champions d'Ottawa n'ont pas eu trop de mal à battre l'équipe nationale de la République dominicaine, 7-0.
Le Gatinois s'est frotté à 30 frappeurs durant cette soirée. Onze d'entre eux ont été retirés sur des prises. Le dernier à se présenter au bâton, le receveur Danny Tavares, a cogné un faible roulant en direction de l'arrêt-court. L'abri des joueurs s'est vidé d'un trait. Aumont a reçu une douche de Gatorade... et une belle ovation des 1721 spectateurs présents.
« Je crois que j'ai laissé 25 billets au comptoir pour des amis et des membres de ma famille. Je le dis depuis que je suis arrivé ici. C'est spécial de pouvoir lancer devant tous les gens que j'aime. Vivre un moment comme celui-ci rend cette saison encore plus spéciale », a-t-il reconnu plusieurs minutes plus tard.
Aumont a mis du temps à comprendre qu'il vivait une soirée spéciale.
« La cinquième manche passe, la sixième aussi. Je voyais bien que les choses se passaient bien pour moi, mais je me répétais que le match était loin d'être fini. Beaucoup de choses pouvaient se produire. Quand j'ai quitté le monticule au terme de la huitième manche, j'ai pris une grande inspiration en me disant qu'il ne restait plus que trois retraits à aller chercher. »
« Au début de la neuvième, je ne voulais même pas regarder le tableau indicateur. Je ne voulais pas y penser du tout. J'essayais de chanter les chansons qu'on faisait jouer dans les haut-parleurs. Je voulais m'évader. J'ai essayé de faire comme si c'était la première manche. Je me répétais que je devais me contenter de lancer des prises. Je me disais que tout allait bien se passer. »
Trois frappeurs dominicains, en tout, ont atteint les sentiers dans cette partie. Des joueurs d'avant-champ des Champions ont commis des erreurs en quatrième, puis en cinquième manche. Aumont a offert un but sur balles au neuvième frappeur adverse en début de sixième.
Après, tout s'est joué très rapidement.
« Quelle performance, s'est exclamé le gérant des Champions, Hal Lanier. Tout fonctionnait pour lui. Sa balle rapide était précise. Sa cassante avait du mordant. Il a effectué moins de 100 lancers dans cette partie. Ça vous dit à quel point il contrôlait bien ses tirs. »
Il faut reconnaître que l'équipe dominicaine n'est pas la plus compétitive. Elle a signé seulement deux victoires en 17 parties, depuis le début de sa tournée des stades de la Ligue Can-Am.
« Je me fiche un peu de l'adversaire. Pour réussir un match sans point ni coup sûr, dans le baseball professionnel, il faut se défoncer », tranche le gérant.
Lanier, qui fêtera ses 75 ans la semaine prochaine, a vécu plus d'un match sans point ni coup sûr dans sa vie. « Je n'oublierai pas celui-ci de sitôt. Phil nous a prouvés qu'il avait un bras des ligues majeures ce soir. »
Trop dominant ?
Ça soulève une question. Aumont aimerait retourner dans le baseball affilié. Il rêve toujours de retourner dans les majeures. Combien de temps avant qu'une organisation ne lui donne sa chance ?
« Je ne pense pas comme ça. Je suis ici et je m'amuse. Je lance un match sur cinq. Les quatre autres jours, je travaille comme entraîneur des lanceurs et j'aide les autres à s'améliorer. »
« J'ai 28 ans. Le temps file, mais je ne suis pas pressé. »
Il s'agissait du premier match sans point ni coup sûr réussi par un club d'Ottawa depuis 1999.