Les Champions d’Ottawa rateront les séries éliminatoires pour une quatrième fois en cinq saisons. Ils se sont inclinés 6-1 face aux Boulders de Rockland mardi au parc RCGT.

Les Champions sont éliminés

Sébastien Boucher est sorti de l’abri au pas de course. Il n’avait pas de temps à perdre. Il fallait enguirlander l’arbitre au troisième coussin, qui venait de prendre une très mauvaise décision.

Bel effort. Sauf que c’était trop peu, trop tard.

Nous étions en fin de huitième manche, mardi soir, au parc RCGT. Les Champions tiraient de l’arrière par quatre points. Ils avaient frappé tout juste six coups sûrs. Ils n’étaient simplement pas dans le coup.

La colère du jeune gérant n’a rien changé à l’affaire. Les Champions ont fini par s’incliner, 6-1, devant les Boulders de Rockland.

C’était leur 53e revers de l’année. Le revers qui scelle l’issue de cette saison de misère. Ils sont officiellement, mathématiquement, écartés de la course aux séries éliminatoires.

Boucher était toujours de très mauvaise humeur, plus tard, quand il est arrivé dans sa conférence de presse.

Il n’était pas en rogne contre les arbitres, mais contre ses joueurs.

« Je ne sais pas à quoi penser de mes gars. Le manque de constance a défini notre équipe, cette année. Nos joueurs sont capables de frapper 15 coups sûrs, un soir, avant de complètement disparaître le lendemain. »

Les partisans des Champions ont pris l’habitude des saisons qui se terminent mal, lors du long week-end de la fête du Travail. Les Champions ont participé aux séries une seule fois en cinq saisons.

Dans une toute petite ligue indépendante, où quatre des six formations se qualifient, ça devient gênant.

« Nos gars vont peut-être frapper 15 coups sûrs demain, dans un match qui ne voudra plus rien dire. »

« Au moins, nos lanceurs ont été solides. Ce soir, nous avons alloué un seul point mérité. Si nous n’avions pas commis autant d’erreurs, le score aurait été égal, 1-1, après neuf manches. »

Il ne reste plus que les meubles à sauver.

Les Champions ont joué mardi leur 89e match. Ils ont subi leur 53e revers. Ça signifie qu’ils ont gagné 36 parties.

Si la météo collabore, ils pourront jouer six matches pour conclure leur parcours.

Personne ne s’attend à ce qu’ils les gagnent toutes. Ils n’ont pas connu une seule séquence de six victoires, en 2019.

S’ils vont chercher, par miracle, ces six victoires, ils pourront se consoler. La saison 2019 n’aura pas été la pire de l’histoire de la jeune concession.

En tant qu’équipe d’expansion, en 2015, ils avaient présenté une fiche de 41-60.

Billets gratuits

La direction du club devra faire son bilan dans les prochains jours.

Selon toute vraisemblance, rien n’a changé. Le propriétaire Miles Wolff est toujours à la recherche d’investisseurs locaux qui seraient intéressés à prendre la relève. Malgré ses efforts soutenus, dans les derniers mois, il ne serait pas près de vendre.

Les spectateurs se sont curieusement précipités au stade, mardi, pour le début du dernier séjour à domicile de la saison. Une foule de presque 4300 personnes était sur place, pour assister à ce long match de plus de trois heures et 30 minutes dans lequel l’attaque des Champions était au neutre.

On nous a dit qu’une poignée d’organismes locaux ont distribué des centaines de billets gratuits, dans la communauté.

Cette bonne foule a quand même fait grimper la moyenne. Après 43 matches à la maison, elle s’élève maintenant à 1724 spectateurs.

Le prochain week-end sera donc également déterminant aux guichets.

Les Champions ont atteint un sommet de popularité en 2016, durant l’année où ils ont maintenu une moyenne de 2454 spectateurs par match.

Ils ont connu leur pire saison, deux ans plus tard, avec une moyenne de 1831 fans.

Tout se jouera donc dans les prochains jours.

Au moins, la météo sera de leur côté. On prévoit du beau temps, dans la capitale, à compter de jeudi.