Il s’en est fallu de peu pour que les Capitales rattrapent les Champions en huitième manche, en marquant les deux points nécessaire à leur victoire.

Les Champions rattrapés en huitième

Depuis quelques matchs, ils avaient tendance à abandonner des coureurs sur les sentiers. James McOwen a choisi le bon moment pour remédier à cette situation, mercredi au Stade Canac, en produisant deux points à l’aide d’un triple en fin de huitième manche pour donner une victoire de 4-3 aux Capitales de Québec contre les Champions d’Ottawa.

Il s’en est fallu de peu pour que les visiteurs l’emportent une deuxième fois d’affilée. En fait, ils n’étaient qu’à une prise de retirer McOwen et de mettre fin à cette menace.

«À la fin, on n’a pas été capable de l’arracher. Il nous manquait deux pouces», illustrait l’instructeur des frappeurs des Champions Sébastien Boucher en parlant du coup frappé le long de la ligne du premier but par McOwen. Celui-ci n’avait rien fait de bon lors de ses quatre précédentes présences au bâton. Avec deux prises contre lui, il s’est ressaisi juste à temps.

«Ce fut une soirée frustrante pour moi, je ne frappais pas très bien. À deux prises, j’ai décidé de reculer jusqu’à la ligne arrière dans le rectangle. Je suis bien rentré dans sa balle rapide», expliquait celui qui a transformé un déficit de 3-2 en avance de 4-3.

Le voltigeur aurait aimé permettre à Kalian Sams d’ajouter un coussin, mais il s’est fait surprendre en contournant le troisième but. «L’important, c’est que le quatrième point était rentré. Maintenant, je pense qu’on pourrait rattraper les Miners [de Sussex] en première place, les probabilités sont de notre côté», estimait McOwen à propos des six matchs qui séparent les Capitales de la tête du classement de la Ligue Can-Am.

Le coup sûr opportun de McOwen était accueilli avec soulagement dans l’abri des Capitales. «Tout juste avant qu’il ne frappe son triple, j’étais en train de dire qu’on laissait trop de coureurs sur les buts, mais je n’ai pas eu le temps de finir ma phrase… Notre gars le plus régulier nous a donné cette victoire», racontait le gérant Patrick Scalabrini.

Benitez solide

Il avait aussi de bons mots pour Juan Benitez, qui a lancé sept manches de qualité. Dire qu’il ne devait même pas être le partant, mercredi. «Benitez contre Alvarez, nos chances n’étaient pas très élevées. Trois points contre lui, on aurait pris ça n’importe quand. On se cherche un lanceur, pourra-t-on en trouver un meilleur que lui ? Avec ce qu’il a fait, non, mais peut-il le refaire ?»

Will Dennis (3-2) a récolté la victoire, tandis que Trevor Bayless a obtenu son 11e sauvetage. La défaite est allée au dossier d’Andrew Cooper (0-1), qui a bousillé l’avance de 3-2 des siens en huitième. Dommage pour Edilson Alvarez, fort efficace pendant sept manches, lui qui n’a donné que deux points sur sept coups sûrs.

«Alvarez a bien lancé, il s’est bien débrouillé. Les gars sont déçus de perdre ce match qu’on pouvait gagner. Même si l’espoir est mince, les gars ne lâchent pas. Ils ne le feront pas non plus si on devait être éliminés. Hal [Lanier] et moi, on regarde ce qu’on pourrait faire pour l’an prochain, mais il faut continuer quand même», précisait Boucher.

Jordan Caillouet, Vincent Guglietti et Brian Portelli ont produit les points des Champions. Yordan Manduley et Adam Ehrlich en avaient fait autant pour Québec avant le triple de McOwen.