Les Champions d’Ottawa ont encaissé un revers de 5-1 à leur retour à la maison, lundi soir. Austin Chrismon n’a pas joué.

Les Champions congédient Chrismon

Presque tous les joueurs des Champions d’Ottawa ont retrouvé le parc RCGT, lundi, après un long séjour sur la route.

Austin Chrismon, lui, n’a pas été admis.

En milieu de journée, lundi, le gérant Sébastien Boucher a congédié l’expérimenté lanceur droitier.

Il n’a certainement pas pris cette décision à la légère.

Chrismon était avec l’équipe depuis bientôt quatre ans. En 2016, il avait été la révélation. Il avait mérité le titre de lanceur par excellence de la Ligue Can-Am pour ses prouesses en saison régulière. Il avait ensuite joué un rôle dans la conquête du championnat des séries éliminatoires.

Chrismon a eu tout plein de problèmes de constance, par la suite.

Lors de son dernier départ à la maison, le 4 juillet, il a blanchi l’équipe d’étoiles japonaise de Shikoku Island pendant neuf manches.

« Sur la route, il allouait en moyenne neuf points par match. Selon notre calendrier, ses trois prochains départs étaient prévus sur la route », explique le gérant des Champions, Sébastien Boucher.

« Austin était un bon gars, apprécié dans le vestiaire, mais on ne peut pas se permettre d’allouer autant de points. Quand on saute sur le terrain, il faut se donner une chance de gagner », ajoute-t-il.

Le gérant des Champions n’était pas trop content quand il s’est présenté en conférence de presse, en fin de soirée, lundi.

Le premier match à domicile au retour du voyage s’est joué rapidement. Après deux heures et 22 minutes, tout était réglé.

Le match s’est joué rapidement parce que l’attaque des Champions n’a rien fait de bon. L’équipe a baissé pavillon, 5-1, devant les Boulders de Rockland.

« L’attaque ne s’est pas présentée. Nous avons frappé six coups sûrs. Trois terribles erreurs commises par nos coureurs, sur les sentiers, ont fait en sorte que nous n’avons jamais été compétitifs. Je veux dire... On dirait que la même chose se produit, chaque fois qu’on rentre à la maison après un voyage. C’est agaçant. Il faudra y voir. »

On dirait que Boucher manque de patience. Il a envie de poursuivre le ménage.

« Il faut se présenter. Il faut se présenter chaque soir, offensivement. »

« Les joueurs qui ne sont pas capables de comprendre cela ou qui ne réussiront pas à s’ajuster devront partir. »

Kurokawa paie le prix

Dans le rayon des bonnes nouvelles, Jordan Kurokawa prend du mieux. Le lanceur par excellence de la Ligue Can-Am, en 2018, maîtrisait la plupart de ses tirs, en début de soirée. Il a commis quelques erreurs qui lui ont coûté cher. Les frappeurs des Boulders ont sauté sur deux de ces erreurs pour frapper autant de coups de circuit.

« Le reste du match, tout était parfait. Il a lancé un très bon match. Il a fait tout ce qu’on lui a demandé. Notre attaque ne l’a pas soutenu », commente Boucher.

Les Champions auront besoin que Kurokawa poursuive sur sa lancée.

Leur meilleur partant et leur meilleur releveur vont bientôt quitter. Phillippe Aumont et Evan Rutckyj vont se joindre à l’équipe canadienne qui participera aux Jeux panaméricains, du 26 juillet au 11 août.

Boucher, curieusement, ne semble pas sur le point d’embaucher de nouveaux lanceurs pour remplacer ceux qui s’en vont.

« On a déjà planifié notre rotation jusqu’au retour de Phillippe. Si on évite les blessures, on devrait être correct. On ne s’inquiète pas trop là-dessus. La perte de Phillippe, de Rutckyj va nous faire mal. Il faudra quand même continuer. »