Danny Grauer a subi une opération au bras droit, en octobre. La guérison est beaucoup plus lente que prévue initialement.

Le receveur étoile est blessé

Très mauvaise nouvelle pour les Champions d’Ottawa, à quelques heures du match inaugural.

La saison du receveur numéro un de l’équipe, Danny Grauer, pourrait être compromise.

Le colosse de 225 livres a subi une opération au bras droit, en octobre. Quand il ne s’est pas présenté au parc RCGT pour l’ouverture du camp d’entraînement, on se doutait bien qu’il raterait le début de la saison.

« Il m’a écrit quelques textos, lundi. Selon ce que je comprends, sa guérison est vraiment lente. Ce n’est vraiment pas positif. Je pourrais me tromper, mais j’ai l’impression qu’il risque de passer tout l’été sur la touche », confie le gérant Hal Lanier.

Grauer est devenu, en 2017, un pilier chez les Champions.

Il a pris le deuxième rang dans l’équipe avec ses huit circuits. Il est arrivé en quatrième position avec ses 46 points produits. Il a conservé une moyenne au bâton de ,283, ce qui lui a valu une invitation au Match des étoiles du baseball indépendant.

Il a surtout été l’homme de confiance pour diriger les lanceurs. dans 78 des 98 matches de la saison régulière.

« Il s’était beaucoup amélioré défensivement, l’an dernier. Il était en grande forme, physiquement. Il avait perdu du poids. Il a été super efficace pour retirer des coureurs en tentative de vol. Il était, à mon sens, le meilleur receveur de toute notre ligue », commente Lanier.

Le pire, dans cette histoire, c’est que Grauer s’est infligé sa blessure à la coiffe du rotateur durant l’avant-dernier match de la saison régulière. Ce match ne voulait strictement rien dire. Les Champions étaient déjà écartés de la course aux séries éliminatoires.

Vieux routier, celui qui dirige des équipes de baseball depuis une quarantaine d’années ne perd pas trop de sommeil. Il en a vu et vécu d’autres.

« De toute façon, même si Danny avait évité cette blessure, nous l’aurions probablement perdu. J’ai reçu quelques coups de fil à son sujet la saison dernière. Quelqu’un aurait fini par l’inviter à prendre part à un camp d’entraînement des majeures. Il aurait probablement poursuivi son chemin dans le baseball affilié. »

Lanier a deux receveurs à sa disposition. Adam Martin et Tyler Nordgren se partageront le travail, derrière le marbre, dans les prochains mois.

Polyvalence
Nordgren devrait obtenir le poste de receveur numéro un en début de saison.

Lanier est un gérant loyal. Il va d’abord donner sa chance à celui qui attendait son tour, à titre de réserviste, l’an dernier.

Pour augmenter son temps de jeu, en 2017, Nordgren s’est rendu disponible à titre de joueur d’utilité.

« Je suis devenu receveur au début de ma carrière professionnelle. J’étais un joueur d’arrêt-court à l’école secondaire. Je me suis retrouvé au troisième but à l’université. J’ai toujours été prêt à tout pour aider mon équipe », explique-t-il.

Nordgren a conservé des statistiques correctes, au bâton, en 2017. À l’approche d’une saison nouvelle, il passe beaucoup de temps dans la cage des frappeurs.

Curieusement, il se soucie davantage de sa défensive quand il pense aux défis qui se dressent devant lui.

« J’essaie de ne pas trop me fixer d’objectifs individuels. Les receveurs ont déjà beaucoup de pression car ils ont un grand rôle à jouer dans l’allure du match. Ma priorité consiste donc à maintenir de bons rapports avec tous les lanceurs. Tant que leurs moyennes de points mérités seront basses, j’aurai l’impression de bien faire mon travail. »

« Je veux que tous les lanceurs se sentent à l’aise. Ils ne doivent pas avoir peur de lancer des balles cassantes qui toucheront le sol en arrivant derrière le marbre », d’ajouter l’athlète qui est originaire de San Diego, en Californie.

Jake Hale, entraîneur des lanceurs et as de la rotation

Les Champions demeurent parfaits en matches préparatoires. Mardi après-midi, au parc RCGT, ils ont battu les Aigles de Trois-Rivières, 4-3.

C’était, en quelque sorte, une répétition générale pour le match inaugural de la saison régulière, qui opposera les deux mêmes équipes, vendredi.

À Ottawa, la plupart des grosses décisions ont déjà été prises. Hal Lanier sait par exemple à qui il confiera le premier départ.

Il n’a pas eu à trop se creuser les méninges. Jake Hale a été embauché à titre d’entraîneur des lanceurs, durant la saison morte. Aussi bien lui décerner, aussi, le titre de partant numéro un.

Le droitier de six pieds et sept pouces est un vétéran du baseball indépendant. Dans la trentaine, il vient de connaître une saison dominante dans l’Atlantic League, un circuit plus relevé que la Can-Am. Il a conservé une fiche de 11-6 et une moyenne de points mérités de 3,24 avec une formation du Texas, les Skeeters de Sugar Land.

« Je suis un lanceur qui laisse les frappeurs faire contact. Contre moi, on frappe beaucoup de roulants, affirme-t-il. Cela permet à mes coéquipiers de rester impliqués, dans le match. En restant impliqués, défensivement, ils sont naturellement plus concentrés quand ils se présentent au bâton. »

Deux autres droitiers, Austin Chrismon et Steve Borkowski, suivront Hale dans la rotation. Ils faisaient tous les deux partie de l’équipe qui a remporté le championnat de la Ligue Can-Am, en 2016.

Lanier et Hale offriront à deux nouveaux venus la chance de compléter le portrait.

« Noah Gapp a fait du très bon travail pour nous, en relève, la saison dernière. Jordan Kurokawa était pour sa part un des meilleurs lanceurs de la Frontier League. Il a du potentiel », croit le gérant.

« Chaque équipe a ses points d’interrogation », ajoute-t-il.

En tant qu’entraîneur des lanceurs, Hale tâchera d’abord de réduire le nombre de buts sur balles. « Ce sera un énorme objectif. Si nous réussissons, nous réduirons le nombre de points marqués contre nous, cette saison. »