Le groupe qui propose de ramener le baseball à Ottawa a encore besoin de l’accord du conseil municipal, mais le projet est prometteur et il permettrait à la Ville de récupérer le loyer impayé par les Champions.

Le baseball de retour à Ottawa en 2021

EXCLUSIF / À moins d’un revirement de situation, il y aura à nouveau du baseball professionnel à Ottawa en 2021.

Les Champions ont été exclus de la fusion avec la Ligue Frontier après la conclusion de leur cinquième saison au mois de septembre. Deux raisons avaient forcé l’équipe à mettre la clé sous la porte en 2020.

D’abord, elle n’avait pas de bail de location avec la Ville, puis comme il commençait à se faire tard pour renouveler ce bail, la Ligue Frontier fusionnée avec la Ligue Can-Am se retrouvait avec un nombre pair de 14 équipes. Une ligue de baseball avec un nombre d’équipe impair n’est pas fonctionnelle.

Il y aura cependant des développements mardi prochain lorsqu’un rapport du comité des finances et du développement de la Ville va recommander au conseil municipal d’approuver l’offre de location d’un bail de 10 ans avec de nouveaux investisseurs. Le comité a choisi de travailler avec le groupe de Sam et Regan Katz, déjà propriétaires des Goldeyes de Winnipeg dans l’Association américaine de baseball indépendant.

L’OSEG, propriétaire du Rouge et Noir au football ainsi que des 67’s d’Ottawa au hockey, agira aussi à titre de partenaire, mais son rôle sera mineur.

Pendant 10 ans, le groupe s’engage à louer les installations à un coût annuel de 125 000 $ par année avec des augmentations indexées au coût des produits de consommation de l’Ontario à partir de la troisième année.

Gain majeur pour la Ville dans l’entente renouvelable pour deux périodes de cinq ans, le nouveau groupe s’engage à rembourser toutes les créances laissées par Miles Wolff, l’ancien propriétaire des Champions d’Ottawa. Cet été, il était en défaut de paiement de près de 420 000 $.

Si le conseil municipal approuve le mémorandum d’entente mardi, Sam et Regan Katz auront la voie libre pour préparer le retour du baseball professionnel dans la capitale après une seule année d’absence.

« Notre objectif, c’est de ramener le baseball à Ottawa. Si le vote passe mardi, nous allons nous asseoir ensemble pour mettre les points sur les “i” et les barres sur les “t” », a avancé Sam Katz au Droit vendredi.

Ligue Frontier

Dans le document qui sera déposé devant le conseil municipal mardi, on indique que l’équipe de baseball pourrait évoluer autant dans la Ligue atlantique que dans la Ligue Frontier, la première étant la plus forte de toutes les ligues indépendantes. Mais Sam Katz ne miserait pas sur cette option.

« J’ai d’excellents liens avec les commissaires des deux ligues. Les deux ligues sont prêtes à nous accueillir à bras ouverts, mais la Ligue atlantique a un long calendrier qui s’étend du mois d’avril au mois d’octobre et les déplacements sont plus longs. Dans la Ligue Frontier, c’est le même calendrier de mai à septembre que la Ligue Can-Am et il y a aussi deux équipes canadiennes à Québec et Trois-Rivières. Pour le moment, ce qui me préoccupe, c’est de finaliser l’entente de location. Après, nous allons nous amuser ! »

La Ligue Frontier va procéder à une expansion d’au moins deux équipes en 2021. Dès que le bail de l’équipe d’Ottawa sera réglé, elle obtiendra automatiquement son accès à la ligue.

Histoire à succès

Même si le baseball professionnel n’a pas nécessairement fait courir les foules à Ottawa depuis plusieurs années, Katz croit dur comme fer au potentiel de la région de la capitale nationale. Il est propriétaire des Goldeyes depuis leurs débuts il y a 25 ans. L’équipe a connu 22 saisons gagnantes en plus d’occuper le premier ou le deuxième rang de la ligue au chapitre des assistances pendant toutes ces années. Depuis 10 ans, la moyenne d’assistance à Winnipeg oscille entre 4000 et 5000 spectateurs.

Confiant, Sam Katz dit qu’il a plusieurs raisons de croire en ses chances de réussite à Ottawa.

« J’ai un quart de siècle d’expérience au baseball indépendant. Je suis spécialisé en matière de divertissement. Nous allons faire des choses qui n’ont jamais été faites à Ottawa. Et pour avoir du succès, il ne faut pas avoir peur d’injecter de l’argent dans un produit. Enfin, nous allons nous impliquer dans la communauté. À Winnipeg, notre fondation Field of Dreams a remis 2,2 millions $ aux enfants de notre communauté. Il faut redonner. »

Play ball en 2021 ? Les chances sont fortes.