Danny Grauer croit que ses connaissances sur le stade pourront l'aider lors du concours de coups circuits qui aura lieu lundi soir au parc RCGT.

Grauer parmi les étoiles pour s'imposer

D'habitude, un Match des étoiles, c'est une occasion de célébrer et de s'amuser.
Danny Grauer ne voit pas nécessairement les choses ainsi.
Les Champions d'Ottawa sont rentrés en ville, dimanche soir, avec le vent dans les voiles. En après-midi, ils ont complété leur balayage des Jackals du New Jersey avec une victoire de 9-3.
Quatre de leurs joueurs auront le privilège de participer aux festivités entourant le Match des étoiles du baseball indépendant, lundi et mardi. Cet événement, faut-il le rappeler, se déroulera cette année au parc RCGT.
Du nombre, Grauer doit être celui aura le plus à gagner.
Le receveur est âgé de 24 ans. Il a donc le droit de rêver qu'il peut gravir quelques échelons. Les prochains jours lui procureront donc une vitrine assez unique. Une demi-douzaine de dépisteurs des ligues majeures ont déjà confirmé leur intention de passer les prochains jours à Ottawa.
Pour Grauer, les prochains jours seront aussi une question d'orgueil.
Il a été désigné par son gérant, Hal Lanier, pour prendre part au concours de coups de circuit.
Lorsqu'il se présentera au marbre, lundi soir, il sera définitivement le favori de la foule.
Il ne sera toutefois pas le favori des parieurs.
Dans la victoire contre les Jackals, dimanche, il a claqué son septième circuit de la saison.
Les deux autres représentants de la Ligue Can-Am dans ce concours, Kalian Sams et Joe Maloney, en ont claqué respectivement 21 et 20, jusqu'ici.
«Les chiffres peuvent être un peu trompeurs», réagit Grauer.
Il fait ici référence au parc RCGT, qui est de loin le plus grand de la Ligue Can-Am.
«Sams et Maloney évoluent respectivement à Québec et à Rockland, dans des parcs aux clôtures bien plus petits. Dans un derby de circuits, nous partirons tous à égalité. Nous serons tous capables de frapper la balle de l'autre côté de la clôture.»
Grauer tente même de nous convaincre qu'il possède un avantage marqué sur ses rivaux. «Je connais bien le terrain. Je sais dans quels coins du stade la balle voyage. Je sais aussi où il est préférable de ne pas la frapper», assure-t-il.
En plus de Maloney et Sams, Grauer devra se frotter à trois joueurs d'une ligue rivale, l'American Association.
Progression
La simple présence de Danny Grauer au Match des étoiles témoigne d'une très belle progression.
Le joueur de Chesapeake, en Virginie, s'est joint aux Champions vers la fin de leur saison inaugurale, en 2015.
À sa première saison complète, il se distinguait surtout en dirigeant de façon habile les lanceurs.
Cet été, il a trouvé un moyen de s'illustrer autant avec son bâton qu'avec son gant.
«J'ai passé beaucoup de temps à travailler sur mes habitudes au bâton. J'ai regardé des tas de matches à la télévision. J'ai passé beaucoup de temps dans la cage des frappeurs avec nos entraîneurs, Seb et Jared Lemieux.»
Seb, c'est Sébastien Boucher. Le vétéran voltigeur des Champions prendra lui aussi part au Match des étoiles, cette semaine.
Les lanceurs Phillippe Aumont et Daniel Cordero seront également au rendez-vous.
«Je n'irais pas jusqu'à dire que j'ai douté de moi durant les périodes où je ne cognais pas à mon goût. Je reconnaîtrai quand même avoir traversé des périodes plus dures. J'ai travaillé sur mon mental.»
Combien de spectateurs ?
Selon le bruit qui court, les ventes de billets pour le Match des étoiles du baseball indépendant n'ont pas connu le succès espéré.
« Nous ne sommes quand même pas déçus des ventes jusqu'à maintenant. Ça va bien », assure le propriétaire des Champions et commissaire de la Ligue Can-Am, Miles Wolff.
Ce dernier insiste sur un truc. Le Match des étoiles du baseball indépendant est un événement assez unique qui ne risque pas de revenir en ville de sitôt.
« Nous ne prenons même pas le temps d'organiser un Match des étoiles chaque année, insiste-t-il. Nous avons déjà organisé un événement du genre à Winnipeg. Nous avons connu un certain succès lorsque nous l'avons fait à Québec. Nous ne pouvons pas toujours planifier une pause dans notre calendrier chargé. Nous avons aussi des contraintes géographiques avec lesquelles composer, vous savez. Les équipes de nos deux ligues sont répandues sur un assez vaste territoire. »
M. Wolff et ses associés de la première heure planifient ce Match des étoiles depuis plus de deux ans. 
Les Champions ont annoncé sa tenue dès leurs débuts, alors qu'ils donnaient une dernière chance au baseball professionnel à Ottawa.
Il s'agit, pour eux, d'une façon de se joindre aux célébrations du 150e anniversaire de la Confédération.
M. Wolff et son équipe pourraient profiter des ventes de dernière minute. Les fans qui se rendent au parc RCGT pour assister à un match des Champions n'ont pas l'habitude d'acheter leurs billets longtemps d'avance.
« La météo est souvent notre meilleur outil de promotion. Si le temps est clément, la foule sera plus importante », croit M. Wolff.
On prévoit du temps frais et pluvieux, lundi, à Ottawa. Le temps devrait se réchauffer, mardi.