Les Champions d'Ottawa ont signé un gain de 1-0 contre les Aigles de Trois-Rivières, vendredi soir, au parc RCGT.

Garcia musèle les Aigles et les Champions l'emportent

L’attaque des Champions d’Ottawa est pas mal anémique cette saison, mais elle en a fait juste assez pour permettre à Danny Garcia de remporter un excellent duel de lanceurs vendredi soir au parc RCGT.

L’artilleur gaucher a blanchi les Aigles de Trois-Rivières sur seulement trois coups sûrs en sept manches de travail, et sa relève a complété son bon boulot dans un gain de 1-0 devant une petite foule de 1227 amateurs.

La troupe de Sébastien Boucher a compté son seul point une fois que le partant des Aigles Garret Harris, qui a une excellente fiche de 8-1, a pris le chemin des douches en ayant accordé seulement deux coups sûrs en six manches. Ce point a été non-mérité à la fiche du releveur Brandon Bosher alors qu’Andy Mocahbee est venu croiser le marbre quand l’arrêt-court Thomas Roulis a commis une erreur sur le roulant de Nick DeTringo. 

« Quand j’ai su que j’affrontais Harris, je me suis dit qu’il fallait que je sois prêt pour un duel de lanceurs. Je me suis battu afin de rentrer dans l’abri le plus vite possible pour laisser nos frappeurs faire leur travail. J’ai bien établi ma rapide sur les coins intérieurs et extérieurs, et je les ai gardés hors d’équilibre avec mon changement de vitesse et ma tombante », a raconté Garcia après avoir porté sa fiche à 5-3 cette saison.

La mince avance des locaux a été préservée en début de huitième manche quand le voltigeur de gauche Eduard Pinto a retiré Joe Deluca avec un relais précis au receveur Larry Balkwill alors que le joueur des Aigles tentait de compter du deuxième but sur un simple de Tucker Nathans.

« J’étais dans l’enclos des releveurs en train de travailler sur mon bras. J’ai vu le coup sûr et je me suis dit que Pinto pourrait le retirer, car il a un canon comme bras. Quand l’entraîneur au troisième but l’a envoyé vers le marbre, je savais que ce ne serait même pas serré », a relaté Garcia.

Le gérant des Aigles T.J. Stanton a reconnu après coup que le match s’est joué là en grande partie, après l’erreur coûteuse de Roulis.

« Quand il (Deluca) a atteint le deuxième but, je lui ai crié que je l’envoyais au marbre peu importe ce qui arriverait. C’était un jeu de désespoir, un pile ou face. Il devait courir vite, et il ne l’a pas fait, a-t-il blagué. C’était un match où les deux offensives n’ont rien généré. Garcia a fait du bon travail pour placer la balle sur les deux côtés du marbre... Nos gars sont un peu fatigués alors que c’était le huitième match d’une séquence de 10 de suite à l’étranger, alors perdre 1-0 ou 10-0 ne change rien. Nous allons être prêts pour le match de (samedi). »

Son vis-à-vis Sébastien Boucher a évidemment bien aimé le résultat final, ce qui donnait un deuxième gain d’affilée aux siens après une série noire de sept revers d’affilée. Les Champions (30-44) reprennent ainsi espoir de participer aux séries éliminatoires, eux qui demeurent à cinq parties et demie des Boulders de Rockland. Ces derniers ont aisément eu raison des Capitales de Québec 10-4 vendredi soir.

« Garcia a lancé un superbe match, il avait son étoffe et il était vraiment dominant. On ne lui a pas donné trop de support en attaque, mais on lui a donné un point quand ça valait la peine. (Evan) Rutckyj et (Austin) Glorious (les deux releveurs utilisés après Garcia) ont réussi à fermer la porte, c’est un match très bien lancé de notre part, a-t-il analysé. Deux victoires, c’est ce qu’on a besoin maintenant et il faut continuer comme ça. Un jeu comme le relais de Pinto, ça monte le moral et ça donne de l’énergie, c’est certain. »

Les deux mêmes équipes s’affrontent à nouveau samedi soir ainsi que dimanche après-midi.