« Notre formation au bâton me semble meilleure depuis environ deux semaines », déclare le frappeur de choix et entraîneur des frappeurs, Sébastien Boucher (gauche).

En dernière position à la mi-saison

Les Champions d’Ottawa ont officiellement atteint le cap de la mi-saison, en jouant leur 50e partie, mercredi soir. Il n’y a pas eu de feux d’artifice ou de célébrations. Ils ont subi un autre revers, 5-3, contre les Miners de Sussex County.

Ils présentent une fiche de 22-28 et demeurent bien installés au sixième et dernier rang du classement de la Ligue Can-Am de baseball indépendant.

« Jusqu’ici, nous avons surtout manqué de confiance », résume le gérant Hal Lanier.

« Je croyais que les choses se redressaient, durant cette séquence où nous avons gagné huit parties sur 10. Ça n’a pas duré. Vous savez, il n’est pas facile de remonter au classement quand on glisse sous la barre de ,500. Il faut se concentrer sur les clubs qui nous devancent et avancer tranquillement... »

Lanier, vieux routier du baseball, sait qu’il ne sert à rien de trop s’attarder au passé. Il préfère se concentrer sur ce qui l’attend dans la deuxième portion du calendrier.

Celle-ci s’amorcera au stade Stéréo Plus de Trois-Rivières, jeudi soir. Les occupants de l’endroit, les Aigles, détiennent présentement le cinquième rang du classement.

« Nous avons quatre matches à jouer contre eux. Il faut se fixer l’objectif de revenir de là-bas avec au moins trois victoires, lance Lanier. C’est un objectif ambitieux, mais il est à notre portée. Nous allons quand même leur mettre quelques lanceurs de qualité dans les pattes... »

Les Champions ne connaissent pas leurs plus gros ennuis au monticule. Ils misent sur deux solides partants en Jordan Kurokawa et Jake Hale. Leur enclos des releveurs n’a probablement jamais été aussi efficace.

À l’attaque, c’est moins reluisant.

« Notre formation au bâton me semble meilleure depuis environ deux semaines », déclare le frappeur de choix et entraîneur des frappeurs, Sébastien Boucher.

« Tu regardes le match de ce soir... On a frappé la balle avec aplomb. La balle n’a pas tombé. »

Les Champions devront aussi régler le mystère du parc RCGT. Les cinq autres équipes de la Can-Am ont remporté au moins 60 % de leurs matches à domicile. Les Champions, eux, ont remporté seulement 11 parties sur 24 devant leurs partisans.

« Il faudra gagner plus de matches à la maison, c’est certain », dit Lanier.

Lanier à Winnipeg
Un siège ne sera pas occupé, à bord de l’autocar qui mènera les Champions sur l’autoroute 40, jeudi matin.

Hal Lanier doit plutôt monter dans un avion qui le mènera vers l’ouest. Les Goldeyes de Winnipeg, une formation indépendante qui évolue dans la Frontier League, vont retirer le numéro 22 qu’il portait, à l’époque où il était leur gérant.

« Ce sera une soirée spéciale. J’ai quand même passé une dizaine d’années dans cette ville », a-t-il déclaré.

Lanier s’est effectivement installé dans la capitale manitobaine en 1996. Il a réussi à conserver une fiche gagnante lors de neuf de ses 10 saisons à titre de gérant, là-bas.

Toujours passionné par son boulot, Lanier n’a pas l’intention de s’éterniser dans l’ouest. Il devrait être de retour en Mauricie pour le deuxième match de la série contre les Aigles, vendredi.

L’entraîneur-adjoint Jared Lemieux agira à titre de gérant, pendant son absence.