Le voltigeur de droite Nick Van Stratten ne s’est pas contenté de donner le ton en attaque, mardi, lui qui a glissé au sol pour priver Chase Harris d’un coup sûr dès la première manche.

Défaite des Champions à Québec

Malmenés la veille, les lanceurs des Capitales de Québec ont eu le dessus sur les frappeurs des Champions d’Ottawa, mardi, au Stade Canac, pour l’emporter 4-1.

Le duel de lanceurs entre Ryan Searle (7-3) et Edilson Alvarez (3-3) a été à l’avantage de celui de la formation locale, qui retrouvait le chemin de la victoire après deux défaites de suite. Il s’agissait d’une deuxième victoire à leurs huit derniers matchs tandis que les visiteurs s’inclinaient une quatrième fois à leurs cinq plus récentes rencontres.

Défait à sa dernière sortie à Rockland, le droitier australien avait plus l’allure du lanceur qu’il était en début de saison que dans les deux dernières semaines. Il a tenu l’adversaire en déséquilibre pendant sept manches, n’accordant qu’un point et cinq coups sûrs.

«J’étais vraiment fatigué ces derniers temps, on passe tous par là au cours d’une saison, surtout avec le mauvais calendrier de voyage que nous avons. Je me suis permis d’accorder du repos à mon corps, je me sentais beaucoup plus fort», notait Searle, en soulignant l’apport défensif de ses coéquipiers.

Il a profité d’une avance dès la manche initiale alors que les Capitales ont inscrit deux points aux dépens d’Alvarez, auteur d’un match complet malgré la défaite portée à sa fiche. Les Capitales ont ajouté un point en troisième et un autre en sixième avant de voir les Champions s’inscrire au tableau en septième, dernière manche de travail de Searle.

«Tout part de nos lanceurs, ce sont eux qui dictent le rythme, l’approche des frappeurs. Si on obtient des départs de qualité, ce qui n’a pas été le cas dernièrement, nos chances de l’emporter sont excellentes. Avec toutes les mouches qui tombent, nous avons besoin de Searle», a raconté le gérant Patrick Scalabrini à propos de l’important membre de la rotation.

En quête de constance
Dans le clan adverse, on levait notre chapeau au lanceur des Capitales. Après les 10 points de la veille, les Champions n’ont pas été aussi productifs en attaque.

«Nous commençons à avoir besoin de partir sur une bonne séquence. Il faut trouver de la constance, d’une façon ou l’autre. On a eu une grosse partie, lundi, mais on a été tenu au silence, ce soir [mardi]. L’idéal serait de marquer six points tous les soirs», a précisé Sébastien Boucher, frappeur de choix et entraîneur adjoint des Champions.

Boucher a apprécié l’effort d’Alvarez, un ancien lanceur des Aigles de Trois-Rivières qui a aussi joué pour les deux équipes itinérantes, Salina et Hollywood, cette saison.

«Il se rend toujours à sept ou huit manches. Il n’y a que la première [manche] où ç’a été un peu plus difficile. Il a fait son travail, mais Searle a été très bon, il maîtrisait bien tous ses lancers», a ajouté Boucher, dont le club occupe le dernier rang du classement de la Ligue Can-Am. C’est le vétéran Coco Johnson qui a produit l’unique point des Champions.

Nick Van Stratten a donné le ton pour les Capitales avec deux coups sûrs et deux points marqués à titre de premier frappeur de l’alignement. James McOwen a aussi frappé deux coups sûrs pour Québec. «Il a été notre bougie d’allumage. Il nous donne de l’énergie, c’est un leader dans la chambre, il est positif et il veut être au cœur de l’action», soulignait Scalabrini à propos du vétéran voltigeur.

Les Capitales occupent le deuxième échelon du classement de la Ligue Can-Am à six matchs des Miners de Sussex County. «Il nous reste un gros match [mercredi], il faut gagner contre l’équipe de dernière place», a ajouté le gérant, dont la troupe reprendra ensuite la route pour une série contre les meneurs au classement à compter de jeudi.