Propriétaire des Champions d'Ottawa, Miles Wolff a noté que 30 des 55 matches prévus au parc RCGT cette saison ont été affectés par la météo. Pour la première fois en trois ans, le club n'a franchi le cap des 100 000 spectateurs malgré une hausse accrue des assistances au mois d'août.

Champions: la pluie a chassé les partisans

La pluie s'est invitée dans les fins de semaine des fêtes de la Reine et du Travail, pendant la série contre la République dominicaine, pendant le concours d'habiletés du Match des étoiles du baseball indépendant et elle s'est même immiscée dans le week-end de fermeture de la saison des Champions d'Ottawa.
Sans grande surprise, l'équipe a connu sa pire saison aux guichets en trois ans. Pour la première fois depuis son retour dans la Ligue Can-Am, les Champions n'ont pas franchi le seuil des 100 000 spectateurs. En 47 programmes, l'équipe a attiré 90 057 spectateurs, soit une moyenne de 1916 partisans par match, au troisième rang de la ligue à six équipes. En 2016, l'année du championnat, 127 617 spectateurs avaient franchi les tourniquets du stade de la rue Coventry en 52 programmes, une moyenne de 2454 spectateurs par match.
Propriétaire majoritaire du club, Miles Wolff s'inquiétait en juin et juillet quand les partisans se faisaient peu nombreux au parc RCGT, mais il a été rassuré en août quand le mauvais temps a cessé de repousser sa clientèle.
« Nous avons eu sept matches annulés en raison de la pluie cette année contrairement à deux en 2016, mais surtout, 30 de nos 55 matches prévus ont été affectés par la météo... Ça veut dire que nous avons joué plusieurs matches malgré les intempéries. Dans un stade comme le nôtre où il n'y a pas de toit pour se mettre à l'abri, les gens vont rester à la maison si le ciel est menaçant. »
La météo avait beau ne pas coopérer, Wolff commençait tout de même à croire que son équipe tombait dans l'oubli des partisans avant une poussée au mois d'août. « Le mois d'août a été notre meilleur mois de notre histoire même si l'équipe avait de la difficulté à aligner les victoires. Nous avons perdu 25 000 partisans à cause des matches annulés cette année, car la pluie tombait souvent les fins de semaine quand nous attirons plus de monde. Je pense qu'avec un peu de soleil, nous aurions facilement pu surpasser nos chiffres de l'année dernière. »
Le dernier mois de la saison des Champions a donc encouragé le propriétaire par rapport à  l'intérêt des amateurs de baseball professionnel dans la capitale nationale. « Je pense que nos partisans nous aiment toujours. Plus tôt cet été, j'ai eu des doutes. Plus maintenant. Nous sommes en train de nous bâtir une belle base de partisans. »
Tous les éléments réunis
Le baseball de la Ligue Can-Am sera donc de retour à Ottawa en 2018. Toujours avec les mêmes propriétaires. Wolff, qui agit également à titre de commissaire de la « Can-Am », est appuyé par l'homme d'affaires David Gourlay, mais il a toujours dit qu'au moment propice, il souhaiterait céder l'équipe à un autre groupe.
« Nous cherchons toujours des partenaires locaux prêts à acheter l'équipe, mais ce n'est pas encore arrivé. Quand les bonnes personnes voudront embarquer, nous allons vendre l'équipe, à condition de la garder ici. Ottawa est tellement un bon marché. Tous les éléments sont réunis pour que ça fonctionne à part peut-être le soleil... »