Phillippe Aumont a retiré les neuf premiers frappeurs des Aigles dans l’ordre et se dirigeait vers une avance de 2-0 après six manches quand sa défensive l’a laissé tomber.

Aumont remet son étoile

Lanceur le plus dominant de la Ligue Can-Am à la pause de mi-saison, Phillippe Aumont n’ira pas au Match des étoiles prévu mercredi entre les meilleurs joueurs des ligues Can-Am et Frontier.

Il mène la ligue avec 74 retraits au bâton en 63 manches. 

Le Gatinois est aussi premier pour la moyenne de points mérités (2,40) parmi les lanceurs partants, mais il laissera son étoile à quelqu’un d’autre cette semaine pour une raison bien évidente.

« C’est toujours un privilège d’être invité à un Match des étoiles. Je ne tiens pas cela pour acquis, mais je suis un nouveau parent et c’est encore un ajustement pour nous. Les gars partent demain matin (lundi) pour un match mercredi. Je pense que je passerai plus de temps de qualité à la maison à aider Frédérique (sa conjointe). Elle n’aura pas à sentir qu’elle devra prendre soin du bébé, de la maison et des chiens en même temps. J’avais accepté l’invitation au début, mais les circonstances sont différentes cette année. Nous voulons être de bons parents et être là pour la petite dans ses premières semaines. »

Il a beau être nouveau père, Aumont se sentait d’attaque pour remporter un sixième manche en huit décisions dimanche. 

En contrôle absolu, il a mal été appuyé par son attaque qui n’a obtenu que six coups sûrs, mais surtout par sa défensive qui l’a forcé à travailler plus longuement que prévu.

« C’est frustrant parce que je me donne à 100 %. J’exécute les tirs que je veux, mais je n’en suis pas récompensé. Au lieu d’avoir terminé une manche (la 6e en raison d’une erreur), j’ai dû retourner au monticule. Mon compte de lancers a continué de monter et j’ai donné un but sur balles après. Puis, Taylor Brennan a eu un bon élan. Je sais que le point n’était pas mérité à ma fiche, mais je pense à l’équipe. Je voulais le gagner, ce match-là. Présentement les gars sont à plat. Ils n’ont pas d’énergie. Ils ne sont pas alertes. »

Aumont a lancé sept manches contre les Aigles de Trois-Rivières dimanche. 

Il a cédé six coups sûrs, un but sur balles et il a retiré cinq frappeurs sur des prises. 

Quand il a quitté le match, c’était l’égalité 3-3, mais il admet que les lanceurs des Champions d’Ottawa commencent à être nerveux quand les balles sont frappées à certains endroits de l’avant-champ ou du champ extérieur.

« Je comprends que les erreurs vont arriver ici et là, mais pour un lanceur, ça commence à être difficile de bien faire son travail quand tu perds confiance envers ta défensive. Les gars sont endormis. Ça va être au personnel d’entraîneurs de voir à régler le problème. On ne peut pas retirer tous les frappeurs sur trois prises... »