« Il y a des soirs, comme ça, où tes lancers ne fonctionnent pas comme tu voudrais. C’est correct. Ça ne m’empêchera pas de dormir », a déclaré le partant des Champions Phillippe Aumont après la défaite.

Aumont en parfait contrôle

Phillippe Aumont a connu lundi soir son moins bon départ de la saison.

Il faut dire que tout est relatif.

Aumont a quand même très bien lancé, lundi.

Il n’a pas réussi à ramener son équipe dans le sentier de la victoire. À leur retour au parc RCGT, après une longue semaine sur la route, les Champions d’Ottawa ont été battus 4-3 par les Boulders de Rockland.

Un troisième revers consécutif, pour eux.

Aumont leur a quand même donné une chance.

Les Champions tiraient de l’arrière par un seul point lorsque l’as partant/instructeur des lanceurs a quitté le monticule, en fin de sixième manche.

Et il a joué de malchance. Les Boulders ont marqué ces deux points grâce à un simple à l’avant-champ extrêmement chanceux, qui leur a permis d’étirer leur tour au bâton.

Dans sa conférence de presse d’après-match, le gérant Sébastien Boucher a blâmé tous ses joueurs avant de s’en prendre à son bras droit.

« Nous avons joué un match pourri, a-t-il commencé. Nous n’avions pas d’énergie. Nous avions l’air endormis quand nous étions en défensive. Ce n’était pas vraiment mieux lorsque nous étions au bâton. En somme, nous avons à peine fait acte de présence. »

« Phil n’était peut-être pas au sommet de sa forme, mais au moins, il s’est battu. Il a réussi à se tirer d’affaire à quelques occasions parce qu’il s’est battu. »

La journée d’Aumont avait vraiment bien débuté. En matinée, on lui a décerné le titre de lanceur par excellence de la dernière semaine, dans la Ligue Can-Am.

C’était pleinement mérité.

Lors de ses deux premiers départs, il avait retiré 17 frappeurs sur des prises et alloué un seul but sur balles.

Lundi, il a retiré six frappeurs de plus. Les Boulders ont cogné une dizaine de coups sûrs à ses dépens.

Les deux points marqués lors de sa présence au monticule ont fait légèrement gonfler sa moyenne. Elle s’élève maintenant à 1,53.

« Ça fait partie de la game », a-t-il résumé, lorsqu’est venu le temps de faire le bilan de sa soirée au monticule.

« Il y a des soirs, comme ça, où tes lancers ne fonctionnent pas comme tu voudrais. C’est correct. Ça ne m’empêchera pas de dormir. Je vais reprendre ma routine demain. On se reparlera dans cinq jours. »

La défaite fait quand même mal, dans une soirée où l’attaque des Champions s’est réveillée sur le tard.

La défaite fait doublement mal, au terme d’un match joué dans un stade pratiquement vide. On a annoncé une foule de 331 spectateurs. Il faut drôlement aimer le baseball pour passer une soirée en plein air, par un tel froid.

La météo devrait être plus agréable, mardi, pour le deuxième match de la série.

Pinto blessé

En attendant, la victoire subie lundi fait triplement mal, puisqu’un membre important de l’équipe a quitté le terrain en boîtant, en fin de soirée.

À sa dernière présence au bâton de la soirée, en fin de neuvième manche, Eduard Pinto a été atteint à la cheville droite par un tir du pompier adverse.

Le frappeur gaucher connaissait un intéressant début de saison. Il domine les Champions avec ses huit points produits et ses deux buts volés.

« Si je devais me prononcer, je dirais qu’il va obtenir une soirée de congé, mardi. Son état sera évalué par la suite », a dit Boucher.