Après quatre matches à domicile, les Champions entreprennent mardi un séjour de sept matches à l’étranger.

Champions d'Ottawa : le bâton de Caillouet se réveille

C’était plutôt bien parti pour les cogneurs des Champions d’Ottawa. Sauf, peut-être, pour un ou deux vétérans.

Le troisième but Jordan Caillouet, entre autres.

Un des rares rescapés de la saison 2018, le joueur aux racines louisianaises n’avait pas obtenu un seul petit coup sûr dans les trois premières parties de la saison. Zéro en 11, pouvait-on lire sur le tableau indicateur du parc RCGT, lundi après-midi, quand il a pris son bâton.

Il a trouvé un moyen de renverser la tendance.

Il s’est présenté au bâton pour la première fois en fin de deuxième manche, lors du quatrième et dernier match de la série contre les Jackals du New Jersey. Il a conjuré le mauvais sort en catapultant une balle de l’autre côté de la clôture du champ gauche.

C’était le début d’une très belle journée. Il a cogné deux simples et un double, par la suite, pour terminer le match avec une fiche de quatre en quatre.

Les Champions ont vaincu les Jackals, 5-2.

Ils complètent donc leur premier – court – séjour à domicile avec une fiche de deux victoires contre autant de revers. Ils disputeront leurs sept prochains matches à l’étranger.

« Je savais très bien que ma fiche était de zéro en 11 avant le match d’aujourd’hui », a commenté le héros du jour.

« Je devais continuer à m’élancer. Je devais continuer de croire que je travaillais correctement. Je me prépare correctement. Il fallait bien que ça finisse par payer. »

« Jordan était sur la bonne voie, estime pour sa part le nouveau gérant, Sébastien Boucher. Même s’il n’avait pas encore frappé son premier coup sûr, je trouvais qu’il avait obtenu de bonnes présences au bâton. Parfois, la balle ne tombe pas là où il faut. Aujourd’hui, il a été plus chanceux. »

Boucher croit en son protégé, c’est évident.

À 25 ans, après avoir passé quatre saisons à évoluer dans le baseball indépendant, Caillouet songeait à la retraite. Il avait composé avec une blessure durant la majeure partie de la saison 2018. Avant toute chose, il devait subir une intervention chirurgicale.

« Je l’ai appelé pour lui souhaiter bonne chance. On s’est mis à jaser de baseball... »

Dans le temps de le dire, Caillouet s’engageait pour une autre saison.

« Il a beaucoup de potentiel, jure Boucher. Pour commencer, il est énorme, défensivement. Il a brillé, pour nous, tout au long de la saison dernière. Il est un vrai dur. Il nous a souvent prouvé qu’il était prêt à s’imposer les sacrifices nécessaires. J’ai adoré ce côté de sa personnalité. Il incarne toutes les qualités que je recherche. Il est parfait pour nous. »

Un autre vieux routier du baseball indépendant, Jared Mortensen, a tiré son épingle du jeu lors du match de lundi.

Le droitier canadien de 30 ans a lancé six solides manches sans allouer un seul point pour obtenir sa première victoire en carrière dans la Ligue Can-Am.

« Je crois qu’il a un peu surpris les Jackals avec sa balle rapide. Ils n’étaient pas prêts pour ça », dit Boucher.

Un autre lanceur canadien, Andrew Cooper, a complété le sauvetage. Belle façon de rebondir pour celui qui a bousillé l’avance de son équipe, dans le match inaugural de vendredi.

Malgré la météo plutôt moyenne, plus de 8000 spectateurs ont franchi les tourniquets ce week-end.