Un enseignant francophone d’Ottawa, Thomas Westfall, a remporté le tournoi Alexandre de Tunis, lundi, au club Camelot où il est membre depuis l’âge de sept ans. Il s’agit de la deuxième étape de la triple couronne du golf amateur québécois.
Un enseignant francophone d’Ottawa, Thomas Westfall, a remporté le tournoi Alexandre de Tunis, lundi, au club Camelot où il est membre depuis l’âge de sept ans. Il s’agit de la deuxième étape de la triple couronne du golf amateur québécois.

Champion local inattendu au Alexandre de Tunis [PHOTOS]

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
L’histoire de sa victoire sur les verts et allées du club Camelot de Cumberland possède tous les ingrédients d’un bon film de Disney dans lequel un négligé devient champion inattendu.

Thomas Westfall a gagné le prestigieux tournoi Alexandre de Tunis, lundi, après avoir ramené une carte de 67, cinq coups sous la normale. Cet enseignant francophone d’Ottawa a notamment réussi cinq oiselets sur les neuf premiers trous en route vers son premier titre majeur en carrière.

En prime, ça se passait sur un terrain de l’Est ontarien que l’homme de 32 ans connaît trop bien.

«Je joue ici depuis l’âge de sept ans. Mon père est un des membres fondateurs. Le fait de gagner ici rend ça encore plus spécial, surtout que j’ai appris que je suis le premier membre du Camelot à remporter le Tunis.»

À quel point Westfall ne faisait-il pas partie des favoris?

Il a été le premier des 115 golfeurs à s’élancer sur le coup de 7h30. Ce n’est pas la plage horaire réservée habituellement à un éventuel champion.

«Honnêtement, ça faisait mon affaire. Je suis habitué de jouer tôt. Puis j’étais avantagé car les verts étaient parfaits.»

Onze heures après son premier coup de départ, Westfall était déclaré vainqueur. Il a même eu le temps de rentrer au travail en après-midi!

L'Alexandre de Tunis se déroulait en version Covid-19 au Club de golf Camelot.

«Je regardais souvent le tableau des meneurs sur le web pour voir si j’étais encore en bonne position. Je peux dire que je suis content qu’il n’y ait pas eu de prolongation. Ça faisait six heures que j’avais terminé de jouer. Je n’aurais pas été prêt pour retourner sur le terrain!»

Thomas Westfall a devancé par deux coups ses deux plus proches poursuivants, Robert Mustard (Carleton) et Alexis Clément (Drummondville).

Le Gatinois Maxime Marengère, du club Rivermead, a terminé à égalité en huitième position de ce tournoi de la triple couronne du golf amateur québécois.

Un lien uni Marengère à Westfall.

Les deux ont fait leurs classes au programme sport-études en golf à l’école secondaire de l’Île, à Hull, au début des années 2000. Marc-Étienne Bussières, qui a déjà gagné le Tunis en 2008, a fait partie du même programme.

«Marc-Étienne est un an plus vieux que moi tandis que Maxime est plus jeune», a relaté Thomas Westfall.

Ces deux golfeurs ont continué la compétition après leurs études tandis que le nouveau champion, lui, s’est concentré sur sa vie professionnelle, d’abord dans le domaine financier avant de passer à l’enseignement.

«Ça faisait longtemps que je n’avais pas joué un tournoi de ce niveau-là, probablement trois ou quatre ans, a expliqué Westfall. Mes priorités étaient ailleurs dans ma vie. J’ai déménagé. Ma game n’était pas bonne. Je n’étais plus confiant.»

Sauf que la pandémie a changé la donne. «J’ai joué plus de golf que l’habitude cet été», a-t-il noté.

Ajoutez qu’il s’est pointé en confiance sur le premier tertre de départ.

«J’étais inspiré. J’avais vu il y a une semaine la victoire de Sophia Popov à l’Omnium féminin britannique. De voir une personne, avec son histoire, gagner, je me disais pourquoi pas moi, que je suis aussi capable de bien faire.»

Popov, rappelons-le, a été couronnée championne contre toute attente, devenant la première Allemande à mettre la main sur un titre majeur de la LPGA. Il s’agissait seulement de sa quatrième présence à un tournoi du Grand Chelem. Des problèmes de santé l’avaient ralenti depuis six ans.

Westfall, lui, a aussi puisé dans ses souvenirs d’ado en arrivant au terrain, lundi matin.

«J’avais en mémoire la dernière fois que j’avais joué un gros tournoi ici. J’avais 15 ans. J’avais eu une ronde de 68 au championnat québécois juvénile. C’était alors ma meilleure ronde à vie, a-t-il relaté.

«J’ai bien géré le parcours aujourd’hui. J’ai évité les erreurs.»

En raison de la pandémie, Golf Québec a dû changer le format du tournoi Alexandre de Tunis. L’événement a été disputé en une seule ronde plutôt que les deux traditionnelles. Initialement prévu au début de l’été, il a été présenté à la fin des vacances.

La dernière étape de la triple couronne, le Duc de Kent, aura lieu le 14 septembre au club Royal Québec. Le jeune Malik Dao (Summerlea) avait remporté la première étape, le championnat provincial amateur masculin, plus tôt en août.