Montana Champagne représentera le Canada – et Orléans – aux Universiades d’été qui auront lieu en Italie.

Champagne nagera aux Universiades d’été

La dernière semaine et demie a été fertile en émotions pour le nageur Montana Champagne.

Où commencer ? Par le début. L’Université d’Ottawa a profité de son banquet sportif pour lui remettre un prix spécial soulignant sa brillante carrière dans l’eau.

Ses huit médailles, dont quatre d’or, au fil des cinq dernières années aux championnats nationaux universitaires s’avèrent le plus grand nombre jamais obtenu par un étudiant-athlète des Gee Gees. Il détient notamment neuf records d’équipe.

« C’est un nouveau trophée et ça me touchait beaucoup d’en être le premier récipiendaire », a reconnu Champagne, dimanche après-midi. Il profitait d’une courte pause dans ses études en gestion des ressources humaines pour jaser de natation.

« Il me reste deux examens à compléter cette semaine pour obtenir mon diplôme », a-t-il précisé.

Dans les derniers jours, Champagne a aussi appris qu’il défendrait les couleurs du Canada en Italie en juillet. Plus précisément à Naples.

On l’a choisi en vue des Universiades d’été.

« J’ai déjà participé à des étapes juniors de la Coupe du monde. Mais ça sera ma première expérience au sein de l’équipe canadienne senior », a soutenu le jeune homme âgé de 22 ans, qui a grandi à Orléans. « Je suis très excité d’obtenir cette opportunité », a-t-il ajouté.

Surtout que cette compétition se déroulera un an avant les prochains Jeux olympiques à Tokyo.

Un rendez-vous qui s’avère dans sa mire. En 2016, il n’avait que 19 ans quand il a participé aux qualifications olympiques, participant à trois finales.

On l’avait vu au 200 m papillon de même qu’aux 200 m et 400 m QNI.

« Puisque l’école sera terminée pour moi, je vais pouvoir me dévouer à temps plein à la natation lors de la prochaine année. J’ai hâte de voir ce que je peux accomplir. Je vais tenter ma chance aux prochains essais. »

Montana Champagne va quand même continuer à se pointer à son travail à temps partiel, question de payer les factures mensuelles. Il est caissier à une succursale de la Banque Scotia dans la capitale.

« Je suis chanceux. J’ai des patrons très compréhensifs. Il m’accorde tout le temps nécessaire pour que je poursuive ma carrière en natation. Je vais notamment devoir m’absenter pendant trois semaines cet été en vue des Universiades. »

Champagne pourra continuer à s’entraîner dans un environnement familier. La piscine de l’Université d’Ottawa s’avère un des domiciles de son club civil, GO Kingfish.

Son père a notamment déjà été président de ce club.

« Je vais devoir travailler sur mon endurance dans la prochaine année, mais également ma technique et aussi ma nutrition, surtout que maintenant j’aurai beaucoup de temps libre. »

Ce qui joue aussi en sa faveur en route vers les prochaines qualifications olympiques ?

Son corps n’a pas été hypothéqué par les blessures au fil des saisons, même s’il donne des coups de bras dans l’eau depuis l’âge de sept ans.

« J’ai été chanceux. J’ai toujours bien pris soin de moi-même. J’ai toujours effectué mes étirements et je n’ai jamais trop poussé quand j’étais endolori. »