Depuis qu’il a été rappelé une deuxième fois de Belleville à la fin novembre, Chabot fait preuve de plus en plus d’assurance alors qu’il joue régulièrement à la ligne bleue.

Chabot peut défaire ses boîtes

Le directeur général Pierre Dorion a dit avant le match de jeudi soir, sur un ton plus ou moins sérieux, que si ses Sénateurs d’Ottawa gagnaient contre les Blues de St-Louis, son défenseur recrue Thomas Chabot obtiendrait probablement le feu vert pour se trouver un appartement à Ottawa.

Les Sénateurs ont perdu, ce qui fait que lorsqu’il a été convié dans le bureau du d.g. adjoint Randy Lee, Chabot était un peu nerveux.

« Je pensais que je me faisais renvoyer “en bas” (à Belleville, dans la Ligue américaine), normalement, c’est comme ça que ça se passait quand j’étais rétrogradé. Mais cette fois, il m’a plutôt dit que je pouvais me trouver une place pour habiter... Ça enlève un peu un poids de sur mes épaules, mais en même temps, ça ne change pas mon approche, c’est comme avant, je dois batailler pour garder ma place dans l’alignement. Ils m’ont aussi dit que ça ne voulait pas dire que je ne retournerai jamais à Belleville », a-t-il confié vendredi après la pratique des siens.

Depuis qu’il a été rappelé une deuxième fois de Belleville à la fin novembre, Chabot fait preuve de plus en plus d’assurance alors qu’il joue régulièrement à la ligne bleue, montrant les atouts qui lui ont valu d’être nommé le joueur et le défenseur par excellence du Championnat mondial junior de l’an dernier. En 24 parties, il a récolté trois buts et six passes avec un différentiel de plus-1, un de seulement quatre joueurs avec un différentiel positif sur le club.

Il était pensionnaire chez son coéquipier Derick Brassard depuis près de deux mois, un arrangement qui pourrait se poursuivre pour le reste de la saison, il n’en était pas encore certain vu qu’ils n’ont pas eu le temps d’en discuter.

« Je ne sais pas ce que je vais faire, je vais devoir en parler avec lui. Je suis assez chanceux qu’il m’ait déjà laissé vivre avec lui, il m’a aidé beaucoup en dehors de la glace ainsi qu’à l’aréna, partout... On verra, il reste trois mois à la saison. Je suis plus jeune et je ne veux pas le déranger, il aimerait peut-être être seul des fois aussi, je ne sais pas », mentionnait Chabot.

Le Gatinois entend lui laisser la décision entre les mains. « Quand sa blonde est en ville, il va à l’hôtel, donc ça fait trois jours que je suis seul. On va s’en parler à un moment donné, on va voir ce qu’il va décider, ça ne me dérange pas vraiment. Je suis content pour lui, il a prouvé avec son jeu qu’il mérite de rester... Je pense que c’est clair qu’il est dans nos six meilleurs. Il a un bel avenir devant lui, il a une bonne attitude. Les gars, on est excités de l’avoir avec nous. Il devient meilleur de jour en jour, il se sent plus à l’aise à faire certaines choses sur la patinoire », a noté Brassard.

Il rejoignait les propos de l’entraîneur-chef Guy Boucher à ce sujet. « Ce que j’aime, c’est qu’il n’a pas régressé. Il n’a pas fait un pas en avant et deux vers l’arrière. Ça indique que sa progression devrait continuer à aller dans la même direction. Chaque match, chaque semaine, il s’améliore. Encore (jeudi), il a eu un bon match, on ne voit plus autant certaines des erreurs qu’on voyait au début. Il est plus intelligent dans sa possession de rondelle. Il améliore tout ce qu’on lui demande, et chaque match qu’il joue rend notre club meilleur à long terme. Présentement, il joue assez bien pour être dans notre “top 6’ », a souligné Boucher.

RAPPEL DE COLIN WHITE

Le centre Nate Thompson étant retourné sur la liste des blessés alors que sa blessure au bas du corps ne lui a pas permis de terminer le match de jeudi contre les Blues, les Sénateurs ont été dans l’obligation de rappeler le centre de 20 ans Colin White, leur autre choix de première ronde en 2015 (après Thomas Chabot). 

La transaction a été effectuée après 17 h, histoire de sauver une journée de salaire de la LNH. Il s’agit de son deuxième rappel depuis le début de janvier 2018, lui qui a joué les trois dernières parties avant la pause de la semaine dernière, en remplacement de Thompson également. 

L’entraîneur-chef Guy Boucher a laissé entendre vendredi qu’il avait l’intention de laisser intact le quatrième trio de Filip Chlapik entre Gabriel Dumont et Alexandre Burrows, ce qui veut dire que White devrait se retrouver aux côtés de Zack Smith, qu’il entend muter au centre, et Tom Pyatt.