Le départ de Thomas Chabot permet de croire qu'Erik Karlsson est sur le point de revenir au jeu.

Chabot à Belleville, Formenton à London

Récolter ses deux premières mentions d’assistance en carrière dans la LNH lors des deux parties en Alberta n’aura pas suffi à Thomas Chabot pour convaincre ses patrons qu’il est prêt pour un poste permanent avec les Sénateurs.

Le défenseur québécois de 20 ans a été cédé au club-école des Senators de Belleville au retour de l’équipe dans la capitale nationale dimanche, au même moment où l’attaquant de 18 ans Alex Formenton était retourné à son équipe junior, les Knights de London.

Cette décision du directeur général Pierre Dorion et de l’entraîneur-chef Guy Boucher est un indice que le capitaine Erik Karlsson est proche d’un retour au jeu. Boucher a laissé entendre qu’il pourrait être disponible pour le match de mardi.

Chabot semblait commencer à prendre ses aises à la pointe du jeu de puissance, ayant amorcé un jeu poursuivi par Mark Stone et complété par Derick Brassard pour le deuxième but des Sénateurs samedi à Edmonton. Mais comme il avait été rappelé pour palier aux absences de Karlsson et Johnny Oduya, le club a décidé de s’en tenir à son plan original de l’envoyer poursuivre son apprentissage dans la Ligue américaine.

« Il a bien fait. Tous les matches, que ce soit ici ou dans la Ligue américaine, l’aident à progresser. C’est un petit gars qui veut vraiment s’améliorer. Tous les jours en étant ici autour des joueurs, et en lui donnant des minutes importantes, ça lui permet de grandir plus rapidement et d’être capable d’absorber ça... On y va graduellement avec lui », a confié Boucher en fin de soirée samedi.

Quand il s’est fait demander si Chabot lui compliquait un peu la vie, sa réponse trahissait ce qui s’en venait pour le premier choix du club au repêchage de 2015. « Non. Nous, on suit notre plan, on est convaincu de notre plan, on va continuer à suivre la même démarche avec lui », a-t-il répondu.

Vendredi, Chabot a sauté dans les bras de Ryan Dzingel quand il a récolté son premier point en carrière. « Ma réaction est arrivée sur le moment, j’étais pas mal content. Avant ça, j’avais eu de bons tirs au but qui ont généré de bons rebonds. C’est le premier en espérant de plusieurs, et en plus on a gagné », a raconté Chabot, qui a récupéré la rondelle de ce premier point pour ses parents.

Chabot a présenté un différentiel de plus-4 lors des trois parties du voyage, mais les Sénateurs peuvent difficilement lui faire une place. Chris Wideman a déjà marqué trois buts, dont deux sur l’attaque à cinq, en Alberta. « Je prends des tirs avec de bons écrans. On a des gars qui voilent bien le gardien adverse. Notre jeu de puissance obtenait des chances quand nous étions 0 en 20, ça a pris un bout de temps avant de compter, mais on ne fait rien de bien différent, c’est juste que ça rentre », a noté l’arrière américain.

Formenton, pour sa part, n’aura joué qu’un match dans la LNH, le deuxième de la saison contre Detroit, après avoir été la révélation du camp d’entraînement. Il devrait jouer beaucoup à London cette année et il pourrait avoir une chance de se tailler une place avec Équipe Canada junior.

Le centre de 19 ans Logan Brown, qui n’a pas joué depuis le match inaugural de la saison contre Washington, demeure avec le club jusqu’à nouvel ordre. Comme il a passé les trois matches du voyage dans les gradins, ce n’est probablement qu’une question de temps avant qu’il retourne à Windsor pour compléter son stage chez les juniors.

LES SÉNATEURS EN BREF

Un club élite ?

Alors que plusieurs observateurs considéraient que leur participation à la finale de l’Est le printemps dernier était un accident de parcours, les Sénateurs se sont affairés depuis le début du calendrier régulier à montrer qu’ils ne sont pas un feu de paille. Alors, Zack Smith, est-ce que votre club est en train de montrer qu’il fait partie des clubs d’élite de la LNH maintenant : « Je pense que oui, mais il est encore tôt. Savoir qu’on peut gagner à l’étranger cependant, et gagner deux matches en deux soirs alors qu’on va en jouer 19 cette saison, c’est une bonne sensation. C’est un boost pour la confiance de tout le monde », a-t-il répondu. Guy Boucher, lui, se balance de l’étiquette qui peut être donnée à son club. « La seule affirmation qu’on a voulu faire (pendant le voyage), c’est qu’on veut être prêt à chaque match », a-t-il dit.

Borowiecki contre Lucic

Le défenseur Mark Borowiecki a lâché les gants contre Milan Lucic dès la première minute du match de samedi soir, celui-ci ayant donné un coup de bâton sur la mitaine du gardien Mike Condon. Mal lui en a pris alors que l’ancien Bruin a eu le dessus dans le combat, mais peu importe, il a inspiré ses coéquipiers. « Il ne recule devant personne, même quand il se fait dire qu’il n’a pas besoin de se battre contre tel ou tel gars. Il va sur la glace et il voit rouge, il est dans sa zone. C’est pour ça qu’on l’aime, il va aller à la guerre pour tout le monde dans l’équipe. Il ne reçoit pas assez de crédit pour ce qu’il fait », a noté Smith.

Entre les lignes

L’unité de désavantage numérique a encore été parfaite samedi soir à Edmonton et elle n’a toujours alloué aucun but en 15 opportunités pour l’attaque à cinq adverse d’être déployée. Les Sénateurs sont donc premiers dans la LNH en désavantage numérique et après avoir compté cinq buts à ses huit dernières chances en Alberta, l’attaque à cinq est passée du 26e au 17e rang, avec un taux d’efficacité de 17,8 %... Smith s’était vu créditer son premier but de la saison samedi soir, mais les officiels mineurs lui ont retiré pour le donner à Kyle Turris, dont la passe a dévié sur un défenseur des Oilers finalement... Les Senators de Belleville ont remporté le premier gain de leur histoire samedi, 5-2 à Hershey alors qu’un joueur à l’essai, Ethan Werek, a dirigé l’attaque avec deux buts et une passe. Le Gatinois Vincent Dunn, disputant un deuxième match cette saison, a obtenu une passe.