Karol-Ann Canuel
Karol-Ann Canuel

Canuel roulera une autre saison

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Sa saison ne s’est pas terminée de la façon dont elle l’aurait souhaité. Mais Karol-Ann Canuel était tout de même de bonne humeur.

La cycliste de Gatineau venait de recevoir deux bonnes nouvelles dans les derniers jours. D’abord elle a été nommée athlète féminine par excellence de l’année lors du Mérite cycliste québécois.

«Un honneur toujours spécial à recevoir. J’apprécie le moment pendant que ça dure! Bientôt, les petites jeunes vont me ramasser!»

Puis Canuel, 32 ans, a vu son équipe professionnelle, Boels Dolmans, prolonger son contrat d’une autre saison.

«C’était mon choix numéro un de rester ici. Ça faisait un bout que j’en parlais avec notre directeur Danny Stam. Il connaissait mes intentions. Il aurait pu me dire dire non. Je suis tellement contente qu’il me fasse confiance.»

Initialement, Canuel jonglait avec l’idée de prendre possiblement sa retraite à la fin de 2020. Mais ça, c’était avant la pandémie.

C’était à la veille de la saison. Quand elle pensait pouvoir rouler à Tokyo en juillet.

Puisque les Jeux olympiques ont été repoussés d’un an en raison de la COVID-19, Canuel tenait à continuer. Elle est déjà assurée de sa place au sein de l’équipe canadienne, tout comme quatre autres cyclistes de la région.

«En espérant maintenant que les Jeux auront lieu», avoue-t-elle.

La saison 2021 marquera tout de même un changement. Son équipe pro changera de commanditaire. Donc du même coup de nom et de couleurs.

La formation s’appellera dorénavant Team SD Worx en l’honneur de la compagnie belge qui la financera.

Jamais l’équipe dont Canuel fait partie depuis cinq ans n’aura possédé une saveur aussi internationale avec 14 cyclistes provenant de dix pays différents.

«Je crois que c’était une volonté de notre nouveau commanditaire», affirme la vétérante qui roule depuis 10 ans chez les pros.

Cette dernière a terminé la dernière saison au 145e rang mondial du classement de l’UCI.

«Pour être honnête, j’étais en forme après le confinement. Mes entraînements avaient bien été. Je me sentais bien lors de mes premières courses en Espagne. J’avais bon espoir que de bien faire pour le reste de la saison.»

Il y avait eu une 22e place à la Emakumeen Nafarroako Klasikoa et surtout une neuvième position à la Strade Bianche, en Italie.

«Mais je suis tombé malade durant le Giro. C’était ensuite une course après l’autre. J’étais toujours fatiguée.»

Canuel n’a pu faire mieux que le 22e rang au contre-la-montre individuel des championnats du monde à la fin septembre.

«À cause de ça, je suis un peu déçue de la saison.»

Son rôle ne changera pas en vue de 2021 chez Team SD Worx. On l’utilisera en appui aux championnes Anna van der Breggen et Chantal Blaak.

«Je n’ai plus 20 ans, rappelle Karol-Ann Canuel, qui a quand même terminé sixième à la course sur route des championnats du monde», il y a deux ans.

«Je suis contente de pouvoir aider quelqu’un qui peut gagner. Mais c’est sûr que si une opportunité se présente, je vais avoir la confiance de l’équipe.»