Canadien

Bergevin ne veut pas sacrifier l'avenir pour des solutions à court terme

Le Canadien est au cœur de la course aux séries à la mi-saison, ce qui plaît bien sûr à Marc Bergevin. Cependant, le directeur général de la formation montréalaise a insisté pour dire qu'il ne sacrifiera pas l'avenir de l'équipe pour des solutions à court terme.

De retour du Championnat mondial de hockey junior, où il a pu observer sept espoirs du Tricolore, Bergevin a fait le point sur la situation de l'équipe.

Canadien

Price n'ira pas au match des étoiles

Carey Price est toujours ennuyé par ce que le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, a finalement qualifié d’«inflammation» au bas du corps et le gardien âgé de 31 ans a accepté de renoncer au match des étoiles de la LNH, le 26 janvier à San Jose.

La direction de l’équipe a confirmé la nouvelle lundi.

«Je suis revenu du Championnat mondial hier (dimanche) et c’était important de rencontrer Carey et notre groupe de médecins ce matin pour déterminer ce qui était le mieux pour lui à court et long terme, a affirmé Bergevin en conférence de presse. Après avoir discuté, nous avons conclu que c’était mieux pour lui et l’organisation qu’il prenne ce temps-là pour se reposer.

«Il a une blessure qui continue à l’agacer. Nous aurons aussi notre congé de cinq jours après le match des étoiles. Il aura donc du temps pour se reposer pour être en mesure de continuer à nous aider dans le dernier droit.»

Price a raté les trois matchs du Canadien entre Noël et le Jour de l’An, en Floride, à Tampa et à Dallas. Il est revenu au jeu le 3 janvier, face aux Canucks de Vancouver, qu’il a blanchis 2-0 au Centre Bell. Price a également affronté les Predators de Nashville samedi à Montréal, mais la formation montréalaise s’est inclinée 4-1.

«À ce point-ci de ma carrière et où j’en suis présentement, c’était mieux de prendre congé, a dit Price, après la défaite de 1-0 du Canadien face au Wild, lundi soir. Je crois avoir été un participant impliqué au sein de cet événement jusqu’ici et c’est un bel honneur d’avoir été invité une fois de plus. Toutefois, c’était plus sage de prendre du temps pour me reposer cette fois-ci.»

Après le week-end du match des étoiles, le Canadien sera en congé et ne reprendra le collier que le samedi 2 février contre les Devils du New Jersey. Price pourrait rater cette rencontre, car son absence au match des étoiles mènera à une suspension automatique d’un match. La suspension pourrait aussi être servie le 23 janvier lors de la visite des Coyotes de l’Arizona.

Price a été sélectionné le 2 janvier dernier à titre de représentant du Canadien pour la classique annuelle. Il s’agit d’une sixième nomination pour le gardien originaire d’Anahim Lake, en Colombie-Britannique. Price a participé au match des étoiles de la LNH en 2009, 2011, 2012, 2015 et 2017.

«Pour lui, c’est un honneur d’avoir été choisi, a rappelé Bergevin. Chaque fois qu’il avait été invité, il y était allé. Dans le fond, il aurait aimé y aller, mais il comprend la situation. Le plus important pour lui, c’est le Canadien de Montréal et il a accepté la décision.»

Price montre une fiche de 16-12-4 cette saison avec une moyenne de buts alloués de 2,71 et un taux d’efficacité de ,909. Il a remporté sa 300e victoire en carrière en saison régulière dans la LNH le 20 décembre dernier, en Arizona.

Canadien

Le Canadien soumet le nom de David Schlemko au ballotage

MONTRÉAL — Le nom du défenseur David Schlemko a été soumis au ballottage. Âgé de 31 ans, Schlemko n’a pas joué depuis le 20 décembre face aux Coyotes de l’Arizona en raison d’une blessure au haut du corps.

Le Canadien tentera de retrouver sa place dans le portrait des séries éliminatoires avec une victoire face au Wild du Minnesota, lundi.

Les Islanders de New York ont devancé le Tricolore grâce à une victoire de 4-3 face aux Blues de St. Louis, samedi, pendant que le Canadien s’inclinait 4-1 face aux Predators de Nashville.

Il s’agissait pour le Canadien (22-15-5) de sa deuxième défaite seulement à ses sept dernières sorties. Ses 49 points le classent au neuvième rang de l’Association de l’Est, à un point des Islanders et des Sabres de Buffalo. Les Islanders ont deux matchs en main sur le Canadien et les Sabres.

L’entraîneur-chef Claude Julien a légèrement brassé les cartes à l’entraînement, lundi matin, inversant les positions de Joel Armia et Paul Byron parmi ses trios. Armia se retrouvait donc à la droite de Jonathan Drouin et Max Domi, tandis que Byron complétait l’unité d’Artturi Lehkonen et Jesperi Kotkaniemi.

Carey Price sera devant le filet du Canadien pour une troisième rencontre d’affilée.

Blessé à répétition depuis que le Canadien a acquis ses services des Golden Knights de Vegas le 22 juin 2017, Schlemko a été limité à 55 rencontres en une saison et demie avec le Tricolore. En 18 parties cette saison, il a amassé deux aides.

Les 30 autres formations de la LNH ont jusqu’à mardi midi pour le réclamer, sans quoi il sera vraisemblablement rétrogradé au sein du Rocket de Laval, dans la Ligue américaine de hockey.

Le Wild (20-17-3) a gagné trois de ses quatre dernières parties, incluant des victoires par des scores de 4-3 face aux Maple Leafs de Toronto et aux Sénateurs d’Ottawa pour commencer un voyage de quatre rencontres contre des formations de la section Atlantique.

Il s’agira du deuxième et dernier duel entre le Canadien et le Wild cette saison. Le Tricolore avait encaissé un cuisant revers de 7-1, le 11 décembre au Minnesota.

Le Canadien a perdu ses huit derniers matchs face au Wild. Sa dernière victoire remonte au 8 novembre 2014, quand Brendan Gallagher, Max Pacioretty, Lars Eller et Jiri Sekac avaient inscrit les buts du Tricolore dans un gain de 4-1.

Canadien

Le Canadien devra retenir la leçon offerte par les Predators samedi

L’entraîneur-chef Claude Julien avait passé les derniers jours à répéter que la deuxième moitié de saison serait encore plus difficile et que l’adversaire allait resserrer le jeu.

Julien a finalement été prophète de malheur alors que les Predators de Nashville ont offert une performance sans faute aux dépens du Canadien dans une victoire de 4-1, samedi.

Les Predators ont d’une certaine manière appliqué la recette parfaite pour étouffer le Canadien.

«Ils ont dicté le jeu et nous avons joué dans leurs forces, a indiqué l’attaquant Brendan Gallagher après la rencontre. Ils ont contré notre vitesse avec leur schéma 1-3-1 et nous n’avons jamais trouvé notre erre d’aller. Nous n’avons jamais été capables de nous ajuster en cours de route et contrer leur échec-avant.»

Le Canadien a ainsi passé la majorité de la rencontre embouteillé dans son territoire, incapable d’y aller de sorties de zone efficace. Il a commis un total de 18 revirements au cours de la soirée et n’a généré que très peu d’occasions de marquer.

«Une des forces de leur équipe est la création de revirements en zone neutre pour utiliser leur vitesse en contre-attaque, a noté le défenseur Shea Weber. Ils veulent vous forcer à lancer la rondelle dans le fond de leur zone puisqu’ils ont un joueur à l’arrière prêt à la récupérer. Ils comptent aussi sur deux bons gardiens pour manier la rondelle. Nous l’avons donnée un peu trop souvent à leur gardien, qui pouvait ensuite amorcer la relance.»

Manque de volonté

Julien a critiqué le manque de volonté de ses joueurs après la rencontre. Phillip Danault a aussi reconnu que l’équipe avait été moins affamée que les Predators, qui voulaient rebondir après une contre-performance la veille.

«Je pense qu’il aurait fallu prendre plus de vitesse à deux contre un, a mentionné Danault en tentant d’offrir des solutions que le Canadien aurait dû explorer. Nous perdions nos batailles, nous n’étions pas assez impliqués dans le jeu, nous n’étions pas assez physiques. Ils ont donc gagné le match.»

Alors que le Canadien devra peut-être s’attendre à de plus en plus de matchs serrés de la sorte en deuxième moitié de campagne, il ne fait pas de doute que l’équipe devra apprendre à s’ajuster et trouver une solution quand l’adversaire ferme le jeu.

«Quand une équipe parvient à vous ralentir, vous devez vous ajuster. Vous devez en parler sur le banc avec vos compagnons de trio pour penser à changer certaines choses, a indiqué Gallagher. Cette fois-ci, nous n’avons rien changé pendant trois périodes. Il n’y avait pas d’appui pour contrer l’échec-avant, nous n’avons pas utilisé notre vitesse et nous avons abouti avec le résultat que nous méritions.

«Nous avons appris des choses tout au long de la saison. Il y a des situations que nous avons bien gérées, ce ne fut pas le cas cette fois-ci. Nous devons en retenir quelque chose. Si nous n’apprenons rien, c’est du gaspillage. Nous devons comprendre ce qui n’a pas fonctionné pour mieux gérer la situation si elle se présente à nouveau.»

Le Canadien aura l’occasion de se reprendre dès lundi, quand le Wild du Minnesota sera de passage au Centre Bell. Le Tricolore se rendra ensuite à Detroit mardi, puis à St. Louis jeudi, avant de compléter une semaine chargée en accueillant l’Avalanche du Colorado samedi prochain.