Le Canadien pourrait avoir les outils nécessaires pour tenter l’impossible au retour de sa semaine de congé. Mais la tâche sera ardue.

Une mince lueur d’espoir chez le Canadien

Claude Julien a martelé que personne n’a abandonné chez le Canadien, mais le travail qui attendra l’entraîneur-chef de la formation montréalaise au retour de sa semaine de congé sera important.

La série de huit défaites du Tricolore au retour du congé de Noël, sa deuxième de la campagne, a complètement fait dérailler la saison de l’équipe. Avant les matchs de dimanche, le Canadien occupait le 12e rang de l’association de l’Est, à sept points des Flyers de Philadelphie et du deuxième laissez-passer supplémentaire donnant accès aux séries, ainsi qu’à six points des Panthers de la Floride et du troisième rang de la section Atlantique. De plus, les Flyers avaient un match en main sur le Canadien, et les Panthers, trois.

La situation du Canadien pourrait être encore moins favorable quand il reprendra le collier lundi prochain en accueillant les Capitals de Washington, puisque plusieurs équipes devant lui au classement joueront certains de leurs matchs en main avant de commencer leur semaine de congé.

Malgré tout, la dernière semaine permet aux plus optimistes de garder une lueur d’espoir. Le Canadien a remporté quatre matchs sur cinq en huit jours et l’enthousiasme contagieux d’Ilya Kovalchuk semble avoir ravivé la passion des partisans.

«Nous allons dans la bonne direction, a affirmé l’attaquant Nick Cousins après la victoire en fusillade de 5-4 du Canadien face aux Golden Knights de Vegas, samedi soir. Nous avons espoir de voir quelques joueurs effectuer des retours au jeu en santé après le congé. Nous allons vouloir continuer sur notre lancée.»

À l’infirmerie

Les attaquants Jonathan Drouin, Brendan Gallagher et Paul Byron sont toujours à l’infirmerie du Tricolore. Leur retour dans la formation permettrait à d’autres joueurs de se retrouver dans des chaises plus familières.

En l’espace de deux semaines, Cousins est passé du premier au quatrième trio en vertu notamment de l’embauche de Kovalchuk et du retour au jeu de Joel Armia. Ce n’est peut-être qu’une coïncidence, mais il a inscrit deux buts face aux Golden Knights, mettant fin à une disette de 15 rencontres.

«C’est ce dont nous avons besoin en ce moment. C’est toujours bien quand l’offensive vient d’un peu tout le monde, a noté Julien. Quand votre quatrième trio génère deux buts, vous êtes en droit de vous attendre à gagner.»

Le Canadien pourrait donc avoir les outils nécessaires pour tenter l’impossible au retour de sa semaine de congé. Mais la tâche sera ardue.

Encore une fois samedi, le Tricolore a démontré qu’il est capable du meilleur comme du pire, gaspillant des avances de 3-0 et 4-2 avant de s’imposer en tirs de barrage.

Un miracle?

Au cours des dernières semaines, quelques joueurs du Canadien ont rappelé le parcours miraculeux des Blues de St. Louis l’hiver dernier, quand ils ont remporté la coupe Stanley après avoir occupé le dernier rang du classement général de la LNH tôt en janvier. Samedi, ce fut le tour de Tomas Tatar de le mentionner.

Les Blues se sont donné une chance de remonter au classement l’an dernier en enchaînant 11 victoires consécutives, dont 10 de suite au retour de leur semaine de congé. «Nous devons nous inspirer de leur exemple, a dit Tatar. Nous devons jouer avec plus de constance pour nous donner une chance d’y arriver.»

Kovalchuk disait après le match contre les Golden Knights qu’il aurait préféré ne pas avoir de congé et continuer à jouer. De son côté, le gardien Carey Price a rappelé qu’un peu de repos fait toujours du bien.

«Le congé de Noël est tombé à un mauvais moment aussi, puisque nous jouions du bon hockey, a pour sa part rappelé Cousins. Mais je crois que ça nous fera du bien d’avoir l’occasion de faire le vide, remettre le compteur à zéro et profiter du soleil un peu.»