Carey Price n’a pas perdu de temps pour faire sentir sa présence à son retour au jeu. Il a blanchi les Sabres, samedi.

Plusieurs piliers se sont levés

Le Canadien de Montréal n’a pas vaincu une puissance de la Ligue nationale de hockey samedi, mais le rendement de certains joueurs de qui les amateurs attendaient davantage depuis le début de la saison n’est pas passé inaperçu aux yeux de l’entraîneur-chef Claude Julien.

À tout seigneur, tout honneur, Carey Price a servi une performance encourageante en repoussant les 36 tirs des Sabres de Buffalo dans la victoire de 3-0 acquise au Centre Bell. Solide devant son filet, Price semble avoir démontré qu’il est bel et bien guéri de la blessure au bas du corps qui l’a tenu à l’écart du jeu pendant un peu plus de trois semaines.

«Carey était en excellente forme, il a fait de beaux arrêts pour nous. C’est sûr que ça donne confiance à tout le monde, a déclaré Julien. C’est le Carey Price qu’on est habitué de voir. C’était bon de le voir revenir en force. Il était calme, il était excité de jouer. Ç’a été un bon premier match.»

Julien avait aussi de bons mots à adresser à plusieurs membres de sa brigade défensive, et tout particulièrement Jeff Petry. Le vétéran défenseur s’est montré efficace au moment où le Canadien doit se débrouiller sans Shea Weber. «Lors de nos deux derniers matches, je dirais que Jeff a été exceptionnel. Il patine avec beaucoup de confiance, il gagne ses courses pour la rondelle et il joue avec énergie. C’est plaisant de voir un joueur relever son jeu d’un cran comme il le fait en ce moment, alors qu’il nous manque notre meilleur défenseur. Nous souhaitons qu’il puisse continuer de jouer de cette façon», a loué l’entraîneur-chef du Canadien.

Le concert de commentaires positifs ne s’est pas terminé là. Julien s’est attardé sur le travail du trio de Jonathan Drouin, Alex Galchenyuk et Paul Byron, qui ont récolté deux points chacun, et reconnu que le but de Byron marqué en désavantage numérique au milieu de la troisième avait fait très mal à l’adversaire.

Même Victor Mete, laissé de côté mercredi à Nashville, et Jakub Jerabek, qui ne disputait qu’un deuxième match avec le Tricolore, ont fait bonne impression, selon Julien. «Victor semblait avoir de l’énergie (samedi) soir, de la confiance. Dans le cas de Jerabek, peu importe qu’il n’ait pas joué dans la Ligue nationale, c’est un gars qui a participé à des compétitions internationales. Il est habitué de jouer contre le genre de compétition qui existe dans la Ligue nationale. L’adaptation se fait bien. Je vois un gars qui est calme avec la rondelle et qui fait de bons jeux. Ça nous donne de la profondeur.»

Weber absent

Weber n’a pas participé à la séance d’entraînement du Canadien. Julien a précisé qu’il était déjà prévu que Weber se soumette à une journée de traitements et affirmé qu’il n’y avait eu aucun recul dans le processus de guérison de sa blessure au bas du corps. Weber avait pris part à l’entraînement de l’équipe samedi, mais n’a pas affronté les Sabres. Le vétéran défenseur a raté quatre rencontres en novembre, dont les trois dernières, et son cas sera réévalué lundi, à quelques heures de la visite des Blue Jackets de Columbus.

De son côté, David Schlemko était de retour avec le Canadien après avoir disputé deux matches en moins de 24 heures avec le Rocket de Laval, à des fins de remise en forme. Il sent qu’il s’approche de la date de son premier match dans l’uniforme du Canadien, qui pourrait être lundi, mais il n’en a pas la certitude. «Ç’a été correct et ça s’améliorait graduellement, a décrit Schlemko au sujet de son rendement vendredi et samedi. Le synchronisme faisait un peu défaut lors du premier match. Je me suis senti mieux à partir du moment où j’ai commencé à retrouver un peu de force dans mes jambes.»