Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’ère Ducharme commence avec un revers de 6-3 du Canadien face aux Jets.
L’ère Ducharme commence avec un revers de 6-3 du Canadien face aux Jets.

L’ère Ducharme commence avec un revers de 6-3 face aux Jets [VIDÉO]

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Les joueurs du Canadien ont commencé leur première rencontre avec Dominique Ducharme comme entraîneur-chef par intérim en jouant avec une énergie renouvelée, puis tout s’est effondré.

La formation montréalaise a finalement gaspillé des avances de 2-0 et 3-1 avant de s’incliner 6-3 face aux Jets de Winnipeg, jeudi soir au Bell MTS Place.

L’électrochoc lié au congédiement de Claude Julien et Kirk Muller, mercredi, n’a donc pas suffi pour que le Canadien sorte instantanément de son marasme des dernières semaines.

«En première moitié de match, ce n’était pas parfait, mais il y a beaucoup de choses que nous faisions bien. Ensuite, nous avons craqué mentalement et physiquement», a résumé Ducharme.

Les Jets ont pris leur envol grâce à un but de Kyle Connor en avantage numérique tôt en deuxième période. Ils ont finalement inscrit les cinq derniers buts de la rencontre.

«Je crois que nous pouvons être meilleurs avec la rondelle, lors des sorties de zone, a reconnu Ducharme. Nous devons faire les jeux avec plus de conviction, prendre de meilleures décisions, faire les jeux à haut taux de réussite.

«Défensivement, nous étions bons dans notre zone en début de rencontre. Mais plus le match avançait, plus nous étions sur nos talons et nous passions plus de temps dans notre zone. Nous provoquions moins de revirements en zone neutre, ce qui a mené à moins de contre-attaques et à du jeu moins rapide. Tous les aspects du jeu sont reliés les uns aux autres.»

Joel Armia a réussi un doublé, tandis que Tomas Tatar a aussi touché la cible pour le Canadien (9-6-4), qui n’a que deux victoires à ses neuf dernières parties (2-5-2). Carey Price a accordé cinq buts sur 30 tirs.

Price n’a qu’une victoire à sa fiche lors de ses six dernières sorties (1-4-1). Il a concédé 21 buts au cours de cette séquence.

«Tout le monde veut jouer à son meilleur. (Price) est un professionnel, un compétiteur. Il est un gars qui a à coeur le succès de l’équipe. C’est tout», a dit Ducharme au sujet de son gardien vedette.

Du côté des Jets, (12-6-1), Connor terminé la rencontre avec deux buts à sa fiche. Blake Wheeler a récolté un but et deux aides, Pierre-Luc Dubois et Mark Scheifele ont été crédités chacun d’un but et une aide, alors que Nate Thompson a été l’autre buteur de l’équipe. Connor Hellebuyck a effectué 18 arrêts.

L’attaquant Artturi Lehkonen avait été inséré dans la formation du Canadien par Ducharme à la place de Jake Evans.

Le Canadien a perdu les services de l’attaquant Josh Anderson tard en première période. Il a été victime d’un croc-en-jambe de Dylan DeMelo et est tombé lourdement contre sur son dos.

Ducharme a affirmé qu’il ne croyait pas qu’Anderson avait subi une blessure sérieuse, mais il a indiqué qu’il devrait avoir plus de détails à offrir vendredi.

Les deux équipes s’affronteront à nouveau samedi soir, toujours à Winnipeg.

L’histoire se répète

Le Canadien a commencé la rencontre avec énergie, mais ce sont les Jets qui sont passés les plus près de marquer en début de rencontre. Connor a atteint le poteau à la droite de Price après s’être moqué d’Alexander Romanov.

Anderson a ensuite raté deux belles occasions d’ouvrir le pointage, mais il n’a jamais été en mesure de tirer lors de deux chances à bout portant.

Armia a finalement ouvert le bal à 13:45, battant Hellebuyck entre les jambières en échappée.

Le Finlandais âgé de 27 ans est revenu à la charge à 17:29, peu de temps après qu’il eut été muté à la droite de Jonathan Drouin et Nick Suzuki à la suite du départ d’Anderson. Armia a profité d’une passe parfaite de Drouin lors d’une attaque à deux contre un.

Hellebuyck a été défié par Paul Byron en échappée tôt en deuxième période, mais Byron a raté la cible du revers.

Les Jets sont revenus dans le match grâce à un but en avantage numérique à 5:37 du deuxième vingt. Pendant que Shea Weber était au cachot pour avoir dégagé le disque par-dessus la baie vitrée, Connor a profité d’une rondelle libre dans la zone bleue du gardien pour inscrire son premier but de la rencontre.

Le Canadien a donné la réplique aux Jets, marquant un premier but en avantage numérique en 13 occasions depuis le 6 février dernier. Tatar a marqué après une courte remise de Jesperi Kotkaniemi.

Les Jets ont cependant ramené tout le monde à la case départ avant la fin du deuxième engagement.

Connor a d’abord inscrit son deuxième but du match à 11:50, complétant un bel échange à trois avec Nikolaj Ehlers et Paul Stastny. Wheeler a ensuite créé l’égalité à 14:31, quand son tir a semblé dévier contre Weber avant de surprendre Price.

Les Jets ont finalement pris les devants après 6:37 de jeu en troisième période. Thompson a profité d’une passe de Mason Appleton pour surprendre Price et marquer son premier but de la saison.

Dubois a porté le coup de grâce à 12:37, quelques instants après la fin d’un avantage numérique des Jets. Scheifele a complété la marque dans un filet désert avec 1:38 à écouler au cadran.

Échos de vestiaire

Jonathan Drouin a noté les ennuis du Canadien dans sa couverture défensive.

«Même quand on fait notre repli, nous ne choisissons pas nécessairement le bon joueur à couvrir. Nous pourrions avoir quatre joueurs en repli et ne pas identifier le joueur qui arrive derrière. Ce ne sont pas de grosses erreurs ou de gros problèmes, mais nous devons les éliminer de notre jeu.»

Carey Price ne s’est pas trop étiré dans l’analyse de son jeu.

«Je crois que je réfléchis trop. C’est tout ce que j’ai pour vous.»

Phillip Danault avait du mal à expliquer les nombreuses punitions écopées par le Canadien cette saison.

«Nous jouons de manière robuste et parfois nous écopons de punitions que nous ne méritons pas. Parfois, notre bâton se retrouve au mauvais endroit au mauvais moment. Ce sont des gestes d’inattention.»