Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Artturi Lehkonen a connu une bonne performance offensive dans la victoire de 4-0 face aux Oilers d’Edmonton, mardi.
Artturi Lehkonen a connu une bonne performance offensive dans la victoire de 4-0 face aux Oilers d’Edmonton, mardi.

Lehkonen ne s’en fait pas avec les rumeurs de transaction

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Malgré de longues disettes à l’attaque au cours des dernières saisons, Artturi Lehkonen était toujours de la formation du Canadien puisque l’entraîneur Claude Julien n’avait pas de reproches à lui faire concernant le reste de son jeu.

La situation est différente cette saison. Ce n’est pas que Lehkonen est moins bon sans la rondelle, mais plutôt que la profondeur du Tricolore à l’attaque offre différentes options à l’entraîneur.

Julien avait fini par retirer Lehkonen de la formation avant d’être congédié, tard en février. Depuis que Dominique Ducharme a pris la relève derrière le banc, Lehkonen a disputé seulement sept des 14 rencontres du Canadien.

«Vous voulez jouer chaque soir. Ce n’est pas très bon pour la confiance quand vous passez beaucoup de temps à regarder les matchs», a dit Lehkonen en visioconférence mercredi.

Lehkonen avait cependant des raisons de reprendre confiance à la suite d’une bonne performance offensive dans la victoire de 4-0 face aux Oilers d’Edmonton, mardi. Le Finlandais âgé de 25 ans a récolté un but et une aide, amassant ses premiers points en 14 sorties.

En 23 rencontres cette saison, il totalise maintenant trois buts et trois aides.

«Nous aimons l’ensemble de son jeu, ce qu’il amène en infériorité numérique, sa vitesse, ses bonnes habitudes. Il travaille de la bonne façon, a souligné Ducharme. Nous voyons un potentiel offensif en lui. Ç’a été payant pour lui (mardi). Dans son cas, c’est une question de confiance.»

Lehkonen a parfois servi d’homme à tout faire sous les ordres de Julien, obtenant même à quelques reprises du temps de jeu avec les meilleurs éléments offensifs de l’équipe. Cette saison, il a passé la majorité de son temps sur la quatrième unité, en raison notamment de l’arrivée de Josh Anderson et Tyler Toffoli.

Le directeur général Marc Bergevin a martelé au cours des dernières semaines qu’il n’avait pas de marge de manoeuvre sous le plafond salarial pour réaliser des transactions. S’il a réussi à faire l’acquisition d’Eric Staal en convainquant les Sabres de Buffalo de retenir la moitié du salaire du vétéran centre, il aura vraisemblablement besoin de sacrifier un joueur de la formation actuelle s’il souhaite obtenir d’autres renforts.

Paul Byron, Joel Armia et Lehkonen sont trois joueurs qui pourraient être inclus dans un échange, si jamais Bergevin décide de tirer la gâchette.

Lehkonen a un impact de 2,4 millions $ US sur la masse salariale du Tricolore, Armia, de 2,6 millions $ et Byron, de 3,4 millions $.

À moins de deux semaines de la date limite des transactions, le 12 avril, et avec son nom dans la machine à rumeurs pour une première fois de sa carrière, Lehkonen a affirmé que ce n’était pas ça qui allait l’empêcher de dormir.


« J’essaie de ne rien lire à ce sujet. Ça ne donne rien de me bourrer la tête avec ça. Je me concentre sur mon jeu »
Artturi Lehkonen

«Ça fait partie du métier, a ajouté Ducharme au sujet des rumeurs de transaction. Il veut être sur la glace, c’est normal. Il veut contribuer.

«Le plus important, c’est de se concentrer sur ce que vous contrôlez. C’est ce qu’il fait présentement tous les jours», a-t-il conclu.

La blessure à Toffoli et l’absence d’Armia en raison d’un contrôle positif à un variant de la COVID-19 ont acheté un peu de temps à Lehkonen pour refaire ses preuves. À lui d’en profiter pour forcer la main de son entraîneur à le garder dans la formation.