Avec une récolte de trois points, Zach Parisé (1 but 2 passes) a été l'un des principaux artisans de la victoire du Wild.

Le Wild rosse le Canadien 7-1

ST. PAUL, Minn. — Le Canadien de Montréal a beau vivre ses meilleurs moments, dès que le Wild du Minnesota croise sa route, il perd tous ses moyens.

Grâce à une explosion de quatre buts sans riposte en deuxième moitié de deuxième période, le Wild a corrigé le Tricolore par la marque de 7-1 mardi soir au Xcel Energy Center.

Le Canadien a ainsi vu sa séquence de victoires s’arrêter à trois, bien qu’il ait complété ce périple de trois matchs à l’étranger avec deux gains, à Ottawa et à Chicago.

Il a cependant subi une huitième défaite consécutive contre le Wild, une équipe qu’il n’a pas battue depuis le 8 novembre 2014. Durant cette séquence d’insuccès, la formation montréalaise a accordé 35 buts et n’en a marqué que dix.

De plus, c’était la première fois que le Canadien accordait sept buts dans un match depuis le 12 janvier 2017... face au Wild. À cette occasion, le Tricolore s’était incliné par exactement le même score.

Avec des récoltes de trois points, Zach Parisé (1-2) et Mikael Granlund (0-3) ont été les principaux artisans de cette victoire sans équivoque, mais ils n’ont pas été les seuls. Matt Dumba (2-0), Jared Spurgeon (1-1), Nino Niederreiter (1-1) et Ryan Suter (0-2) ont également participé à la pétarade.

Charlie Coyle et Eric Staal ont inscrit les autres buts du Wild, qui a marqué quatre de ses sept buts lors d’avantages numériques, tout ça en quatre tentatives. Les hommes de Bruce Boudreau ont même trouvé le fond du filet en désavantage numérique, grâce à Coyle.

Le seul but du Canadien a été l’oeuvre de Jeff Petry (5e), en troisième, au moment où le score était déjà de 6-0.

«Pour gagner dans cette ligue, il faut que tu sois prêt à jouer tous les soirs et faire le travail qu’il faut faire pour gagner. Ce soir, ce n’était pas le cas», a tranché l’entraîneur-chef Claude Julien, dont le point de presse a duré moins de deux minutes.

Tous les buts du Wild ont été inscrits aux dépens d’Antti Niemi, qui a laissé sa place à Carey Price après le dernier but, celui de Parisé à 6:10 de la troisième période. Carey Price a stoppé les neuf rondelles auxquelles il a fait face.

Niemi présentait pourtant une fiche plus que respectable de 11-4-2, une moyenne de 2,11 et un taux d’arrêts de ,922 en carrière face à la formation du Minnesota.

Mais Niemi n’avait jamais affronté le Wild dans l’uniforme du Tricolore avant mardi soir. Or, les joueurs du Canadien semblent plongés dans un coma collectif lorsqu’ils croisent le fer avec le Wild.

Pendant que Niemi se faisait déjouer de toutes les façons possibles, Devan Dubnyk a continué sa domination du Canadien avec une performance de 29 arrêts dont 14 au deuxième vingt. Depuis qu’il porte les couleurs du Wild, Dubnyk affiche un dossier impeccable de 6-0.

En carrière, sa fiche est de 8-1-1 face au Tricolore et sa dernière défaite remonte au 10 octobre 2013 alors qu’il jouait avec les Oilers d’Edmonton.

Mauvais début de match

Le Canadien a amorcé la rencontre de façon amorphe, mais malgré cela, il n’accusait qu’un but de retard après 20 minutes à la suite du but de Niederreiter.

Les hommes de Claude Julien ont été nettement meilleurs au début de la deuxième période, mais une pénalité à Shea Weber a donné le coup d’envoi de l’explosion de la troupe de Bruce Boudreau.

Dumba a exploité la punition à 11:11, et Coyle a enchaîné en marquant en désavantage numérique seulement 82 secondes plus tard. Staal, à 14:58, et Spurgeon, en avantage numérique avec 1,7 secondes à écouler au deuxième vingt, ont mis le match hors de portée.

«On était une équipe, ce soir, qui a démontré qu’elle n’était pas prête à faire ce qu’il fallait faire pour gagner, a déclaré Julien. C’était assez évident dès le début. Au début de la deuxième, on a semblé prendre un peu de vie. Malheureusement, une punition qui, à mes yeux n’était pas méritée, leur a donné le deuxième but. Ensuite, en avantage numérique, on leur en a donné un troisième et à partir de là, c’est devenu comme on dit en anglais ‘downhill’.»

Le Canadien aura congé de hockey mercredi, mais la journée sera consacrée à sa visite annuelle dans des hôpitaux de Montréal. À compter de jeudi, les hommes de Claude Julien joueront trois matchs au Centre Bell, d’abord face aux Hurricanes de la Caroline.

Le Canadien accueillera ensuite les Sénateurs d’Ottawa et les Bruins de Boston pour ses deux dernières parties à domicile en 2018.