Cody Glass et Victor Mete (à droite) ont pris part mardi à la première journée du camp d’Équipe Canada junior à St. Catharines, en Ontario.

Le rêve de Mete devient réalité

Victor Mete n’a pas été surpris quand le Canadien l’a informé qu’il était prêté à Équipe Canada junior pour le tournoi du temps des Fêtes.

Le défenseur âgé de 19 ans a appris la nouvelle, lundi, la veille de l’ouverture du camp de l’équipe, à St. Catharines, en Ontario. «Tous nos défenseurs retrouvaient la santé et j’avais été laissé de côté lors des deux derniers matchs, a rappelé Mete lors de son premier jour avec l’équipe nationale. À quelques jours du début du camp, je me doutais que je me retrouverais ici, où j’aurai l’occasion de jouer. C’était probablement la bonne décision à prendre. J’ai toujours rêvé de participer au Championnat mondial junior.»

Après s’être taillé un poste au sein de la brigade défensive du Canadien lors du camp automnal, Mete a disputé 27 matchs dans la LNH. Il a accumulé quatre aides et présente un différentiel de + 5.

Les retours au jeu de Shea Weber et de David Schlemko, ainsi que l’émergence de Jakub Jerabek, ont déjà coûté au Canadien le défenseur Brandon Davidson, réclamé au ballottage par les Oilers d’Edmonton, le 2 décembre. Le prêt de Mete permettra à la direction du Tricolore de gagner du temps avant de décider de le retourner ou non dans le junior avec les Knights de London après la conclusion du tournoi, le 5 janvier.

«C’est une belle expérience qu’un jeune joueur n’a pas toujours l’occasion de vivre, a mentionné l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien. C’est une occasion idéale pour lui, une grosse compétition internationale. Ça va lui donner toutes les chances de continuer à s’améliorer.»

Plus de la moitié des joueurs du Canadien ont vécu l’expérience du Championnat mondial junior avant de faire leur place dans la LNH. Les quelques joueurs interrogés à ce sujet après l’entraînement de l’équipe, mardi, avaient les yeux pétillants quand ils ont parlé de leur expérience.

«Il va en profiter»

«Pour moi, l’expérience avait été très positive», s’est remémoré Brendan Gallagher, qui a aidé le Canada à gagner le bronze à Calgary en 2012. «C’est vraiment spécial quand tu es jeune. Lui, il arrive de la LNH. Mais pour moi qui arrivait du junior, c’était incroyable de jouer dans une ambiance comme celle-là sous le regard du pays entier. Oui, il aimerait probablement être encore ici avec nous, mais il va en profiter. Je lui souhaite la meilleure des chances et j’espère qu’il reviendra avec la médaille d’or autour du cou.»

«C’est quand même un calibre assez élevé et il y a d’excellents joueurs qui participent au tournoi», a ajouté Phillip Danault, qui a terminé quatrième avec la formation canadienne en Russie en 2013. «Je suis content qu’il aille là-bas. Il va avoir beaucoup de temps de jeu et il n’aura pas le temps de se laisser mettre les pieds dans le ciment.»

L’an dernier, Mete avait été retranché par l’entraîneur-chef Dominique Ducharme et ses adjoints lors du camp de sélection. Cette fois, il est le seul joueur d’âge junior qui a été prêté à l’équipe canadienne par une formation de la LNH.

«L’équipe était très bonne l’an dernier. Elle a perdu en fusillade en finale, a rappelé Mete. [Les entraîneurs] savaient ce dont ils avaient besoin et je n’ai pas été choisi. J’étais un peu déçu l’an dernier. Cette fois-ci, j’ai la chance de tourner la page.»

Même si trois défenseurs ayant gagné l’argent à Montréal l’an dernier seront de retour pour défendre les couleurs de l’unifolié à Buffalo, Ducharme a accueilli à bras ouverts le prêt de Mete. «Victor a toujours été un jeune homme très mature, a reconnu Ducharme. D’avoir vécu l’expérience de la LNH, c’est un élément très positif. L’expérience, ça ne s’achète pas.»