Andrew Shaw a repris sa place dans l’alignement sans avoir participé à un seul match préparatoire. Il a marqué un but lors du match d’ouverture de la saison, mercredi à Toronto.

Le retour réussi d’Andrew Shaw

Sans brûler les étapes ni se retremper dans le bain à pleine vapeur, Andrew Shaw estime avoir connu un retour au jeu satisfaisant après un intervalle d’environ sept mois entre son dernier match la saison dernière et l’ouverture du calendrier régulier mercredi dernier à Toronto.

Dans l’ensemble, Shaw croit avoir bien fait les choses lors de ses deux premières sorties de la saison, surtout face aux Maple Leafs contre lesquels il a marqué son premier but depuis le 2 janvier dernier.

«J’avais un surplus d’énergie et d’excitation lors du premier match. Lors du deuxième, j’ai ressenti un peu de fatigue mais la glace était un peu plus lente, ce qui nous a forcés à travailler un peu plus fort. Je dois améliorer un peu mon synchronisme mais à part cela, je rejoins les rondelles libres, je fonce au filet et j’essaie de créer autant d’occasions que possible pour mes coéquipiers de trio», a analysé Shaw dans le vestiaire du Complexe sportif Bell.

Shaw a repris sa place au sein de l’alignement du Canadien dès le début de la saison même s’il ne lui a pas été possible de participer à un seul match préparatoire.

Son entre-saison a été consacrée à se remettre d’une opération au genou gauche et à effacer les derniers symptômes liés à une commotion cérébrale, résultat d’un même choc avec Greg Pateryn, des Stars de Dallas, au Centre Bell le 13 mars.

Shaw a notamment raconté qu’il n’a pas été capable de marcher pendant deux mois et qu’il a gagné du poids pendant son inactivité.

À partir du moment où il a repris l’entraînement hors glace, a-t-il ajouté, il a perdu une bonne partie de cet excès de poids bien qu’il dit faire osciller l’aiguille du pèse-personne à environ 190 livres.

«J’aurais aimé jouer lors des matchs préparatoires, mais le calendrier ne s’y prêtait pas. J’ai eu besoin de jours additionnels avant de recevoir le feu vert des médecins, et j’avais aussi besoin de m’entraîner avec l’équipe. Tout s’est bien terminé et je remercie l’entraîneur pour son respect à mon endroit et d’avoir eu assez confiance en moi lorsque je lui ai dit que j’étais prêt pour me faire jouer dès le premier match.»

Julien n’a pas hésité

Malgré la longue inactivité de son fougueux ailier, Julien n’a pas semblé hésiter à lancer Shaw dans le feu de l’action mercredi dernier. Il l’a tout de même fait avec une certaine parcimonie en l’utilisant pendant une moyenne d’environ 13 minutes.

«L’entraîneur m’avait avisé que ça commencerait de cette façon et qu’il ne me ferait pas jouer pendant 15 ou 16 minutes immédiatement, a confié Shaw. C’est quelque chose qui va augmenter graduellement au cours des premières semaines de la saison. De cette façon, je suis confiant de pouvoir m’améliorer de match en match.»

Julien avoue qu’il ne savait pas trop à quoi s’attendre de Shaw en vue du match inaugural la semaine dernière. Toutefois, il sait que son attaquant peut aider le Canadien de plusieurs façons.

«Il a patiné beaucoup par lui-même. Par contre, il n’a participé qu’à deux entraînements avec nous. Il a beaucoup d’atouts dans son jeu et ce que j’avais vu lors des deux entraînements, c’est qu’il patinait quand même assez bien. À un moment donné, c’était une question de lui donner la chance de jouer, a expliqué Julien.

«Pour un gars absent depuis le mois de mars, je pense qu’il s’est bien débrouillé. Il n’a pas eu d’énormes responsabilités, mais des responsabilités quand même en désavantage numérique. Et son trio nous a donné de bonnes présences sur la glace.»