Le défenseur Josh Brook

Le défenseur Josh Brook tranformé en attaquant le temps d’un match

LAVAL — Le nom du défenseur Jeff Petry est souvent mentionné dans les rumeurs de transactions ces temps-ci, mais celui qui pourrait être appelé à occuper le même rôle que Petry un jour chez le Canadien de Montréal a eu droit à une surprise de la part de son entraîneur le week-end dernier.

Josh Brook a été employé comme attaquant par le Rocket de Laval face au Moose du Manitoba lors des deux rencontres entre les deux équipes à Winnipeg.

« C’était bien. Je ne réfléchissais pas trop, je ne faisais que jouer. C’est ce que les entraîneurs souhaitaient me voir faire », a raconté Brook, mardi.

Brook en est à sa première campagne complète chez les professionnels, après un stage de sept parties le printemps dernier avec le Rocket au terme de son parcours dans le hockey junior. Malgré son profil de défenseur offensif, il avait amassé seulement trois buts et cinq aides en 38 rencontres avant le week-end, cette saison.

Souhaitant lui permettre de se changer les idées après l’avoir écarté de la formation pour deux parties, et ayant besoin de se tourner vers un défenseur pour jouer à l’attaque en raison des blessures de ce côté, l’entraîneur-chef Joël Bouchard a décidé d’offrir une expérience un peu différente à Brook.

« De tous nos défenseurs, il était probablement celui avec les meilleures qualités pour contribuer comme attaquant, a expliqué Bouchard. Il a disputé deux excellents matches. Les joueurs l’ont choisi comme joueur par excellence lors du premier match et il a marqué lors du deuxième. »

« C’est quoi ses forces ? Il bouge la rondelle, patine bien vers l’avant et possède une belle vision du jeu. Ce sont des qualités qui sont aussi bonnes pour un défenseur que pour un attaquant. »

Bouchard a également rappelé qu’il avait lui-même été employé comme attaquant avec les Flames de Saint-Jean pour quelques matches lors de son parcours comme joueur.

« Je n’en suis pas mort et j’ai joué dans la Ligue nationale », a-t-il insisté.

Brook n’en était pas non plus à sa première expérience comme attaquant. Il a indiqué qu’il avait disputé quelques rencontres à cette position avec les Warriors de Moose Jaw dans la Ligue de l’Ouest.

« Après avoir été laissé de côté, j’étais content de pouvoir réintégrer la formation, patiner et m’amuser, a raconté Brook. J’ai eu du plaisir. Ça ne peut être que bénéfique. »

Brook, qui est âgé de 20 ans, a admis que sa première saison chez les pros n’était pas sans heurt. Il est conscient qu’il doit améliorer son jeu en territoire défensif s’il souhaite accéder un jour à la Ligue nationale.

« Je faisais parfois le jeu difficile. Je ne prenais pas les bonnes décisions, a-t-il admis. Comme attaquant, j’étais un peu plus impliqué. J’ai pu prendre mon rythme. »

De son côté, Bouchard a rappelé que l’adaptation au hockey professionnel était différente pour chaque joueur.

« Dans le junior, les défenseurs sont moins défiés physiquement que chez les pros, a-t-il noté. Josh est moins fort physiquement que Cale Fleury l’an dernier, par exemple. Dans ses batailles à un contre un, dans le jeu physique, le jeu défensif, il est sous pression. »

« Avec la rondelle, il va faire plus d’erreurs et il devient aussi plus gêné offensivement. Ça affecte son jeu. »

Bouchard aura l’occasion dès mercredi de voir si l’expérience de Brook à l’attaque a été fructueuse, alors que le Rocket accueillera le Crunch de Syracuse. Bouchard a aussi prêché la patience avec Brook.

« Nous travaillons pour développer des joueurs efficaces dans la LNH et parfois, ça prend du temps, a-t-il dit. Je comprends que tout le monde veut que ça aille vite. On voit des noms et des statistiques, puis on s’énerve. Sur Amazon, on commande et ça arrive le lendemain ! Dans le cas de Josh, j’aime beaucoup son potentiel. »

« Ses capacités physiques vont s’améliorer au fil des années et son jeu défensif va continuer à progresser. Il n’y a rien d’alarmant », a-t-il conclu.