Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La formation montréalaise a défait les Sénateurs d’Ottawa 2-1, samedi après-midi.
La formation montréalaise a défait les Sénateurs d’Ottawa 2-1, samedi après-midi.

Le Canadien vient à bout des Sénateurs, 2-1

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Claude Julien sentait peut-être le tapis en train de glisser sous les pieds de sa troupe et il a réussi à fouetter ses joueurs à temps pour éviter un deuxième revers de suite contre l’une des pires formations de la LNH. Josh Anderson a brisé l’égalité tôt en troisième période et le Canadien de Montréal a défait les Sénateurs d’Ottawa 2-1, samedi après-midi.

Les Sénateurs avaient mis fin à une série de neuf défaites en battant le Tricolore 3-2, jeudi.

Ils ont continué à embêter le Canadien pendant de longs moments samedi. Ils ont même pris le contrôle du match en deuxième période, quand le Tricolore a écopé trois punitions. C’est alors que Julien y est allé d’un discours intense pendant le deuxième entracte.

«C’était dans l’objectif de trouver un moyen de gagner le match et de jouer un peu mieux que nous l’avions fait jusque là», a indiqué l’entraîneur-chef du Canadien.

Anderson a inscrit le but qui a fait la différence en battant Matt Murray sur un retour après 1:35 de jeu en troisième période. Il s’agissait pour Anderson d’un huitième but cette saison.

«Ça n’a pas été parfait, mais nous avons trouvé le moyen de gagner, a souligné Julien. Nous avions été bons en première période. C’était 1-1, mais nous avions été dominants. Nous nous sommes placés dans le trouble en deuxième période en prenant des punitions et ça leur a donné du rythme.

«Il faut donner crédit aux Sénateurs pour les deux derniers matchs. Ils jouent dur et travaillent fort.»

Josh Anderson (17) déjoue le gardien des Sénateurs d'Ottawa, Matt Murray.

Jeff Petry a aussi touché la cible pour le Canadien (8-2-2), qui n’a toujours pas perdu deux matchs de suite cette saison. Jake Allen a repoussé 34 lancers.

Allen totalise déjà quatre victoires cette saison. C’est autant que le total des trois auxiliaires de Carey Price utilisés la saison dernière.

«C’est une acquisition clé et nous le savions dès la première journée que nous avions mis la main sur un bon gardien qui allait nous permettre de donner le repos voulu à Carey, a souligné Julien. Au moment où l’on se parle, notre calendrier n’est pas très condensé, mais nous sommes capables de garder nos deux gardiens frais et dispos, tout en les utilisant les deux.»

Le Tricolore a offert une 200e victoire à Julien derrière le banc de l’équipe, une 666e en carrière dans la LNH.

Colin White a été l’unique buteur des Sénateurs (2-9-1). Murray a effectué 30 arrêts.

Le Canadien jouera son prochain match mercredi, quand il accueillera les Maple Leafs de Toronto.

À l’arraché

Le Canadien a dominé les Sénateurs 19-8 au chapitre des tirs au but en première période et a provoqué de nombreux revirements.

Il lui a toutefois fallu un avantage numérique pour réussir à s’inscrire au pointage à 6:10. Petry a déjoué Murray, quand son lancer a dévié contre le bâton de Connor Brown avant d’aboutir dans l’objectif.

Les Sénateurs ont répliqué un peu moins de six minutes plus tard, eux aussi en avantage numérique. White a profité d’une remise de Derek Stepan et a réussi à faire dévier la rondelle entre les jambières d’Allen.

Le vent a tourné en deuxième période, alors que le Canadien a écopé trois punitions mineures, dont deux pour des bâtons élevés au visage de Tim Stützle.

Thomas Chabot s’est buté à Allen à la fin d’un avantage numérique, mais les Sénateurs ont aussi manqué de chance.

Nikita Zaitsev a vu l’un de ses tirs toucher le bâton de Petry avant d’atteindre la barre transversale. De son côté, Brady Tkachuk a fait dévier un tir de Josh Norris contre le poteau à la gauche d’Allen.

Le Canadien a réussi à vite reprendre les devants en troisième période, après 1:35 de jeu. Le Tricolore s’y est pris à trois reprises pour battre Murray après un long dégagement de Petry. Anderson a finalement déjoué Murray, déporté un peu hors de son filet au terme de la séquence.

Les Sénateurs ont multiplié les assauts vers le filet du Canadien par la suite. Allen a toutefois répondu présent.

Ils ont également obtenu un avantage numérique avec un peu plus de quatre minutes à faire, mais Chabot a à son tour pris la direction du banc des punitions un peu plus d’une minute plus tard.

Échos de vestiaire

Jake Allen a souligné que les Sénateurs n’ont pas été une proie facile.


« Ils travaillent fort et sont structurés. Ils décochent beaucoup de tirs et foncent au filet. Ils comptent sur plusieurs jeunes joueurs qui veulent prouver qu’ils méritent une place dans la formation. Ils vont nous donner du fil à retordre pendant toute la saison. »
Jake Allen (34), à propos des Sénateurs d'Ottawa

Malgré un deuxième match difficile de suite dans le cercle des mises en jeu, Nick Suzuki a pris et gagné les deux dernières mises en jeu du match en territoire défensif. Phillip Danault, qui était aussi sur la patinoire, a noté que c’était à sa suggestion que Suzuki avait pris les deux mises en jeu.

«J’ai essayé de le motiver en lui disant d’être plus affamé sur les mises en jeu. J’avais eu de la difficulté dans le match sur ce côté-là. Claude (Julien) avait eu la même idée en le laissant sur la patinoire.»

Nick Suzuki est celui qui a vendu la mèche concernant le discours de Claude Julien pendant le deuxième entracte.

«Nous n’étions pas contents avec l’allure du match. Nous avons réussi à revenir en force en début de troisième période. Claude y est allé d’un discours intense et nous savions que nous devions réagir.»

Phillip Danault s’est plaint qu’Erik Gudbranson n’ait pas été puni pour une mise en échec à la tête de Jake Evans en troisième période.

«C’était épaule contre tête. Je ne sais pas ce que les arbitres ont vu. Ça va vite et s’est difficile de prendre une décision dans le feu de l’action, mais c’était épaule contre tête.»