Anthony Duclair (10) tente de ralentir Cale Fleury (83) lors d'un match préparatoire à Ottawa, le 21 septembre dernier.

La relève aidera-t-elle le Canadien à éviter un échec historique?

Le Canadien est passé tout près de participer aux séries éliminatoires le printemps dernier, coiffé par deux points au fil d’arrivée par les Blue Jackets de Columbus.

Bien que Geoff Molson et Marc Bergevin refusent de parler d’urgence, le temps commence à presser aux yeux de certains vétérans, dont Carey Price. Si le Canadien devait rater à nouveau sa qualification pour le tournoi printanier, ce serait seulement la troisième fois dans son parcours dans la LNH qu’il serait exclu trois saisons d’affilée.

Voici les raisons pour lesquelles le Canadien se taillera une place en séries ou non.

Le Canadien se qualifiera pour les séries, si...

La relève du Tricolore est l’une des plus intrigantes du circuit. Nick Suzuki, Ryan Poehling et Cale Fleury ont tous démontré pendant le camp qu’ils ont les habiletés pour jouer dans la LNH. Leur contribution pourrait varier, mais s’ils parviennent à progresser pendant la saison et enlever de la pression des épaules des vétérans, des joueurs comme Artturi Lehkonen et Paul Byron se retrouveraient ainsi dans des rôles qui leur conviennent mieux au sein de l’échiquier de l’équipe.

Carey Price a été ennuyé par des blessures plus souvent qu’à son tour lors des quatre dernières saisons. Il a toutefois retrouvé son aplomb des beaux jours dans le dernier droit l’hiver dernier. En 36 sorties à partir de janvier, Price a affiché une moyenne de 2,20 avec un taux d’efficacité de ,928. Le camp de Price a été écourté par une contusion à la main gauche, mais le gardien âgé de 32 ans a brillé à sa dernière sortie préparatoire. Bergevin aime répéter que si Price joue bien, tout est possible pour le Canadien. Le succès de la saison de l’équipe passera en partie par les performances de Price.

Malgré son rôle de neutraliser les meilleurs attaquants adverses, le trio de Phillip Danault, Tomas Tatar et Brendan Gallagher a été l’un des plus constants chez le Canadien la saison dernière. Le travail de Danault n’est d’ailleurs pas passé inaperçu, puisque le centre de Victoriaville s’est classé septième au scrutin pour le trophée Selke, remis au meilleur attaquant défensif du circuit. Après avoir établi un sommet personnel avec 53 points, dont 47 à cinq contre cinq, Danault pourrait voir sa production augmenter en obtenant une chance de se faire valoir en avantage numérique. Les comparaisons avec Patrice Bergeron, des Bruins de Boston, seraient ainsi encore plus nombreuses.

+

+

Le Canadien ne sera pas des séries, si...

Le Tricolore est arrivé à court dans le dernier droit et un joueur a été particulièrement effacé lors des deux derniers mois de la saison: Jonathan Drouin. Le natif de Sainte-Agathe-des-Monts a inscrit seulement sept points à ses 26 dernières rencontres, dont quatre lors du même match. Ses habiletés offensives ne font pas de doute, mais une autre saison en deçà des attentes de la part de Drouin pourrait miner la campagne du Canadien.

Le rendement du Tricolore en avantage numérique la saison dernière a été son pire depuis que la LNH compile cette statistique, soit depuis la saison 1977-78. Les résultats en avantage numérique ne sont pas toujours un bon indicateur des performances générales de l’équipe. Toutefois, une bonne unité force l’équipe adverse à demeurer disciplinée et permet d’aller chercher un but important en fin de match. Une mauvaise unité peut casser l’élan d’une formation, comme on l’a vu trop souvent chez le Canadien l’hiver dernier. Si le scénario se répète, les huées pourraient être entendues régulièrement au Centre Bell.

Carey Price a beau faire des miracles certains soirs, il ne peut pas non plus tout faire seul. À force de faire face à des occasions de qualité, Price peut finir par craquer devant le filet. C’est là où le jeu défensif du Canadien doit se resserrer, que ce soit en évitant les revirements en zone neutre ou en assurant une meilleure couverture de l’enclave. Le Tricolore espère que Ben Chiarot aidera à protéger Price et la zone dangereuse. La mobilité de Shea Weber et Chiarot demeure un point d’interrogation, alors que la vitesse d’exécution demeure la tendance dans la LNH.

Note aux lecteurs: Ceci est une version corrigée. Dans le deuxième paragraphe, il fallait lire que ce serait seulement la troisième fois dans son parcours dans la LNH que le Canadien serait exclu des séries trois saisons d’affilée, et non la deuxième fois.