«Personne n’est particulièrement enthousiaste, mais nous allons dans la bonne direction», a confié l’entraîneur du Canadien, Claude Julien.

Julien demeure prudent

MONTRÉAL — Il n’a fallu que 54 matches au Canadien pour surpasser son nombre de victoires acquises pendant l’ensemble de la saison dernière, mais même si les acquis dans la course aux séries semblent de plus en plus solides, Claude Julien résiste encore à la tentation de regarder trop loin devant.

Le Canadien a atteint les 30 victoires (30-18-6) en venant à bout des Ducks d’Anaheim mardi, après s’être contenté d’un dossier de 29-40-13 la saison dernière. Avant les matches de mercredi, le Tricolore occupait le troisième rang de la section Atlantique, à un point des Maple Leafs et du deuxième rang et avec un coussin de huit points sur les Sabres de Buffalo, neuvièmes dans l’Association de l’Est. Les deux équipes ont toutefois deux matches de plus à disputer que le Canadien d’ici la fin de la campagne.

La troupe de Julien semble donc en voie de gagner son pari et de déjouer les pronostics de nombreux observateurs, qui s’attendaient à une deuxième saison difficile de suite. Questionné à savoir s’il sentait que son groupe pouvait accomplir quelque chose de spécial d’ici la fin de son parcours, Julien n’a toutefois pas voulu y aller de grandes prédictions.

« Présentement, nous voulons simplement passer à travers une éreintante saison, a dit Julien. Nous voulons rester dans la lutte, rester dans le moment présent. Nous disons souvent qu’il ne faut jamais avoir le moral trop haut ou trop bas et c’est ce que nous faisons. Personne n’est particulièrement enthousiaste, mais nous allons dans la bonne direction.

«Ça ne veut pas dire que nous n’avons pas le droit d’être heureux de ce que nous avons accompli jusqu’ici, mais nous ne pouvons pas être satisfaits. Nous devons continuer à nous battre dans les tranchées.»

«Encore du travail à faire»

Avec encore 28 matches à disputer, il n’y a toujours rien de garanti pour le Tricolore. Mais le plateau atteint mardi pouvait apporter une certaine fierté pour les joueurs qui ont vécu le long calvaire de la saison passée.

«Je ne le savais pas. C’est bien, a reconnu Brendan Gallagher au sujet du nombre de victoires du Tricolore par rapport à la dernière campagne. Mais bien sûr que nous ne sommes pas encore là où nous voulons être et il y a encore du travail à faire.

«Nous sommes dans une position décente, nous avons la chance de nous battre pour une place en séries, ce qui était l’objectif. C’est excitant. Il y a beaucoup de joueurs dans notre vestiaire qui n’ont jamais vécu les éliminatoires à Montréal. C’est un facteur de motivation.»

Si les trois premiers matches du Canadien au retour de son long congé ont été contre des équipes à la dérive ou en fond de classement – les Devils du New Jersey, les Oilers d’Edmonton et les Ducks –, les choses seront bien différentes à compter de jeudi. Les Jets de Winnipeg, meneurs de la section Centrale, seront alors les visiteurs au Centre Bell. Le Tricolore accueillera ensuite les Maple Leafs samedi.

Le Canadien s’envolera ensuite pour un voyage de trois rencontres avec des arrêts à Nashville, Tampa Bay et Sunrise.

«Il ne faut pas regarder trop loin, mais il faut profiter du reste de notre séquence à domicile pour nous installer en bonne position», a indiqué Gallagher.

«Nous avons bien commencé la saison, mais nous ne voulons pas seulement 30 victoires, a renchéri Jonathan Drouin. Nous en voulons 40, 45, 50. Et si nous continuons à jouer de la même manière, ça va bien aller.»