Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin.
Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin.

En faisant l'acquisition de Staal, Bergevin voulait ajouter de l'expérience au centre

Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le Eric Staal qui s’amène à Montréal ne ressemble plus à celui qui a aidé les Hurricanes de la Caroline à gagner la seule coupe Stanley de leur histoire il y aura bientôt 15 ans. Sera-t-il même aussi efficace que celui qui a porté les couleurs du Wild du Minnesota l’an dernier? Peut-être, mais rien n’est certain. Toutefois, il détient un atout inestimable pour l’édition 2021 du Tricolore: de l’expérience à la position de joueur de centre.

C’est cet élément qui a incité le directeur général Marc Bergevin à céder deux choix au repêchage en 2021 pour mettre la main sur le patineur de 36 ans dans une transaction avec les Sabres de Buffalo, vendredi.

En visioconférence samedi matin, Bergevin a reconnu qu’il avait constaté un manque d’expérience à cette position au sein de son équipe.

«On a des jeunes en Nick (Suzuki), KK (Jesperi Kotkaniemi) et Jake (Evans) qui n’ont pas beaucoup d’expérience. Même Phillip Danault n’a joué, je crois, que 16 parties dans les séries éliminatoires en carrière. On amène un gars qui a beaucoup d’expérience dans les séries et qui va nous aider, surtout au centre», a expliqué le directeur général du Tricolore.

Par ailleurs, Bergevin ne semble pas s’être préoccupé du fait que Staal n’a récolté que 10 points en 32 parties cette saison, avec un ratio défensif de moins-20, au sein d’une organisation qui semble en total désarroi.

Il a préféré s’attarder sur les statistiques que Staal a affichées au Minnesota il y a un an. Des statistiques qui, cependant, n’ont jamais cessé de baisser au cours des quatre dernières saisons.

Après des récoltes de 42 buts et 76 points en 82 parties en 2017-2018, il a été limité à 52 points, dont 22 buts, en 81 matchs en 2018-2019

«Ce n’est pas le joueur de 25 ans, on s’entend, mais c’est un joueur qui a beaucoup d’expérience, qui a eu une quarantaine de points en 66 matchs - 47 pour être précis - avec le Wild du Minnesota», a répété Bergevin.

«Il amène beaucoup et il est excité de venir à Montréal. (Il est un) gagnant d’une coupe Stanley et ce n’est pas par accident non plus que l’on amène des joueurs qui ont gagné des coupes Stanley.»

Le directeur général du Tricolore a procédé à cette transaction vendredi, quelque 24 heures après qu’il eut déclaré qu’il ne s’attendait pas à effectuer d’échanges d’ici le 12 avril, date limite pour le faire cette saison dans la LNH.

«Certains échanges prennent du temps (à se réaliser), d’autres se font plus rapidement. Celui-ci est arrivé vraiment vite. Ce que j’avais dit était vrai, pas que je ne cherchais pas (à faire un échange), mais que je ne croyais pas que ç’a allait se réaliser», a nuancé Bergevin.

«La principale raison, c’est que j’avais besoin de marge de manoeuvre vis-à-vis le plafond salarial, et peu importe l’argent que j’ajoutais, ils devaient, du moins dans le cas d’Eric, retenir au moins 50 pour cent (du salaire). Les Sabres étaient prêts à le faire, et le prix à payer était un choix de troisième ronde et un choix de cinquième ronde. Nous avions 14 choix, il nous en reste 12. Dans une année normale, vous avez seulement sept choix. Nous avons encore beaucoup de choix disponibles.»

Staal se présentera avec le Canadien après avoir amassé 1031 points en 1272 parties dans la LNH, incluant 439 buts. À cela, il a ajouté 21 buts et 51 points en 62 rencontres des séries éliminatoires.

Plus de la moitié de ses points en séries éliminatoires ont été obtenus au printemps 2006 lorsque les Hurricanes ont gagné la coupe Stanley. Staal avait alors terminé au premier rang des marqueurs avec 28 points en 25 matchs.

Il avait notamment marqué un but en prolongation pour donner aux Hurricanes un gain de 2-1 contre le Canadien lors d’un match de première ronde des séries éliminatoires.

Au moment où Bergevin échangeait avec les journalistes, Staal était en route vers Montréal. Il doit participer à une visioconférence dimanche.

Il devra aussi compléter une période de quarantaine de sept jours avant de participer à ses premières séances d’entraînement avec le Canadien.

Enfin, Bergevin garde bon espoir de voir son équipe reprendre le collier au début de la prochaine semaine. Cela dit, a-t-il fait remarquer, c’est la Ligue nationale de hockey qui doit confirmer à quel moment le Tricolore pourra reprendre ses activités sur la glace.

En principe, le prochain match du Canadien doit avoir lieu mardi, contre les Sénateurs à Ottawa.