Le Canadien affrontera les Capitals lundi sans Brendan Gallagher, Jonathan Drouin et Paul Byron.
Le Canadien affrontera les Capitals lundi sans Brendan Gallagher, Jonathan Drouin et Paul Byron.

Drouin, Gallagher et Byron manquent toujours à l’appel

BROSSARD — Le Canadien est revenu de vacances encore plus loin d’une place en séries qu’il ne l’était avant d’avoir l’occasion de fuir l’hiver montréalais, mais les joueurs espèrent profiter de ce nouveau départ pour commencer à grimper au classement.

Au moment de partir en vacances, le 19 janvier dernier, le Tricolore se retrouvait à six points d’une place en séries éliminatoires. Les équipes qu’il pourchasse ont été sans pitié et ont creusé l’écart à 10 points en écoulant leurs matches en main.

« Il ne faut pas regarder ça. Il faut y aller un match à la fois, a insisté le centre Phillip Danault. Ça va être difficile si nous regardons le portrait des séries.

«Il faut continuer à travailler, à se donner au maximum.»

Le Canadien espérait obtenir des renforts à son retour au travail, dimanche, mais il devra patienter encore un peu. Paul Byron, Jonathan Drouin et Brendan Gallagher ont patiné sur la glace du Complexe sportif Bell après leurs coéquipiers.

L’entraîneur-chef Claude Julien a indiqué qu’ils étaient à différents stades dans leur remise en forme et que Drouin et Gallagher étaient un peu en avance sur Byron.

Drouin et Byron sont absents depuis qu’ils ont subi des blessures respectivement à un poignet et à un genou le 15 novembre dernier face aux Capitals de Washington. Gallagher a subi une commotion cérébrale le 31 décembre contre les Hurricanes de la Caroline. Il a affronté les Oilers d’Edmonton le 9 janvier avant de retourner sur la touche en raison de maux de tête.

«Nous espérons avoir de bonnes nouvelles dans les prochains jours», a répété Julien en répondant à des questions sur l’état de santé de Drouin et de Gallagher.

Gallagher avait toujours une visière teintée et l’intensité des lumières avait été baissée pendant qu’il était sur la patinoire.

Faire le vide

En attendant les renforts, les joueurs du Canadien espèrent que la pause de sept jours leur aura permis de faire le plein d’énergie. L’équipe disputera 15 matches en 29 jours en février et 17 matches en 34 jours à compter de lundi, quand le Tricolore accueillera les Capitals.

«D’une certaine manière, c’est un nouveau départ, a mentionné l’ailier Ilya Kovalchuk. Ça change les idées de ne pas être à l’aréna, loin des autres gars et des entraîneurs. Vous revenez la tête bien reposée.»

On pourrait croire que le Canadien aurait aimé poursuivre sur sa lancée, lui qui avait gagné quatre de ses cinq derniers matches avant sa semaine de congé. D’une certaine manière, les vacances sont peut-être arrivées à un bien mauvais moment.

Les joueurs ont toutefois noté qu’un peu de repos ne pouvait avoir été que bénéfique. Julien a aussi préféré voir le verre à moitié plein.

«Il y a des exemples dans le passé d’équipes qui prennent feu après leur semaine de congé et qui connaissent de bonnes fins de saison, a mentionné Julien. Nous allons nous concentrer pour créer une étincelle, pour en profiter si jamais nous obtenons de l’aide d’autres équipes et profitons d’un peu de chance pour remonter au classement.»

Julien a d’ailleurs tenu à rappeler que c’est notamment en raison des blessures que la campagne du Tricolore a déraillé.

«Avant de perdre deux joueurs importants pour ce qui fait plus de deux mois, nous étions en bonne posture, a dit Julien. Et malgré les blessures, notre attitude, notre approche et notre intensité n’ont jamais changé.

«Quand les joueurs blessés vont revenir, si nous pouvons rester en santé, nous pouvons nous permettre d’espérer partir sur une lancée. Je crois d’ailleurs que si l’équipe était restée en santé, nous serions en bien meilleure position au classement.»

Le Canadien aura un bon test lundi face aux Capitals, même si ces derniers seront privés d’Alex Ovechkin, suspendu pour avoir décliné l’invitation de la LNH pour le Match des étoiles.

Les Capitals seront dans la même position que le Tricolore, eux qui disputeront aussi un premier match en neuf jours.