Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Dominique Ducharme remplace Claude Julien.
Dominique Ducharme remplace Claude Julien.

Dominique Ducharme taillé pour le poste

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Il ne fait aucun doute dans l’esprit de ceux qui ont côtoyé Dominique Ducharme que le nouvel entraîneur-chef intérimaire du Tricolore est au bon endroit.

Ducharme remplace Claude Julien, congédié en compagnie de Kirk Muller à la suite de la défaite de 5-4 en tirs de barrage, mardi, contre les Sénateurs d’Ottawa, une sixième en huit sorties et une troisième d’affilée.

Steve Hartley, qui a été son adjoint trois ans à Halifax et deux autres années à Drummondville dans la LHJMQ, est convaincu qu’il est taillé sur mesure pour le poste.

«Sa qualité première, c’est la structure qu’il apporte à ses équipes, a indiqué Hartley lorsque joint par La Presse Canadienne. Il a un grand sens du hockey. On entend souvent parler d’ancienne école versus nouvelle école : Dominique a juste le bon mélange des deux, en étant juste assez proche de ses joueurs, tout en gardant suffisamment de distance.

«Sa façon de gérer chaque situation, son calme : c’est méthodique. Il n’y a aucun détail qui est laissé au hasard. C’est pour ça que pour moi il n’y a pas de doute qu’il obtiendra du succès.»

Hartley, maintenant à la tête des Voltigeurs depuis que Ducharme s’est joint au CH en 2018, ajoute qu’il n’aura pas de mal à faire le passage entre diriger dans le junior et au niveau professionnel.

«Aujourd’hui, c’est dans ta gestion des gens. C’est comme n’importe quelle entreprise : si tu es capable de gérer les gens, tu auras du succès. Dom est passé par toutes les étapes : il a été entraîneur-chef au junior AAA, adjoint dans le junior majeur, entraîneur-chef dans le junior majeur, d.g. dans le junior, il a dirigé Équipe Canada junior avant d’être adjoint avec le Canadien.

«Il a fait ses classes. Il a dirigé de bons joueurs. Nathan MacKinnon dans le junior ou Nathan MacKinnon dans la LNH, c’est pareil. Si tu es capable de gérer les gens, junior ou professionnel, il n’y a pas de différence.»

Communication

La plus grande qualité de Ducharme, aux yeux d’Hartley, est son talent de communicateur.

«C’est noir ou blanc, il n’y a pas de zone grise. C’est honnête, a souligné Hartley. Tu fais une erreur, il te le dit. Tu fais un bon coup, il te le dit aussi. C’est sa grande qualité. Rien n’est laissé au hasard. Quand il te dit quelque chose, c’est réfléchi, précis. C’est pourquoi les joueurs apprécient jouer pour lui.»


« Il a fait ses classes. Il a dirigé de bons joueurs. Nathan MacKinnon dans le junior ou Nathan MacKinnon dans la LNH, c’est pareil. Si tu es capable de gérer les gens, junior ou professionnel, il n’y a pas de différence »
Steve Hartley, qui a été adjoint de Dominique Ducharme à Halifax

Des propos qui font écho auprès de ses anciens joueurs.

«Bien sûr, c’est différent dans la LNH. Mais (Dominique) n’était pas seulement bon pour diriger l’équipe, mais diriger les joueurs, sur la patinoire comme à l’extérieur, a indiqué l’attaquant des Jets de Winnipeg Nikolaj Ehlers, qui a joué pour Ducharme à Halifax. C’est un gars avec qui vous pouviez toujours parler. Quand je suis arrivé (au Canada), je ne savais pas à quoi m’attendre. À Halifax, l’équipe m’a facilité les choses. Dom y a été pour une grande part.

«Dom a été incroyable. Je lui parle souvent. Il est toujours disponible. Avec toute son expérience, il en sait beaucoup sur le hockey. Je me suis énormément développé sous ses ordres. Je lui dois beaucoup pour la carrière que j’ai jusqu’ici. (...) Je suis très heureux pour lui. Il mérite cette chance, c’est certain.»

«À la base, Dom est une bonne personne. Nous n’avons pas travaillé longtemps ensemble, mais c’est un gars qui était facile d’approche, toujours là pour toi», a ajouté Pierre-Luc Dubois, qui a côtoyé Ducharme avec Équipe Canada Junior, en 2017.

«Au Mondial junior, à 18 ans, je ressentais beaucoup de pression. Il a été bon pour moi, il m’a enlevé cette pression. C’est un bon entraîneur de système. J’ai aimé travailler avec lui.»

-

Le journaliste Alexis Bélanger-Champagne a participé à la rédaction de cet article.