Cayden Primeau a disputé deux parties avec le Canadien. Le gardien a récolté une victoire en prolongation face aux Sénateurs et subi la défaite face à l’Avalanche.

Des premiers séjours avec le CH qui donnent le goût de revenir

LAVAL — En raison des nombreuses blessures chez le Canadien de Montréal cette saison, plusieurs joueurs ont pu goûter pour une première fois dans leur carrière à la LNH, ou pour une première fois depuis un certain temps.

Cayden Primeau, Lukas Vejdemo et Otto Leskinen ont fait leurs premiers pas avec le grand club, avant d’être retournés chez le Rocket de Laval pour poursuivre leur apprentissage dans la Ligue américaine de hockey.

« C’est un rêve de jouer dans la LNH, a noté Vejdemo, qui a disputé quatre parties avec le Canadien. D’avoir pu le vivre un peu, c’est très motivant. »

Vejdemo a passé environ trois semaines avec le Tricolore. Pour leur part, Leskinen et Primeau ont passé une dizaine de jours avec le Canadien. Leskinen a disputé cinq parties et Primeau, deux.

« C’était très enivrant. Les gars sont très accueillants et c’était une expérience enrichissante, a mentionné Primeau. D’un autre côté, je ne veux pas laisser ma tête s’enfler avec ça. Vous devez jouer quand on fait appel à vos services. Et j’ai beaucoup appris. »

Aux yeux de l’entraîneur-chef du Rocket, Joël Bouchard, ces premiers séjours dans la Ligue nationale sont des occasions pour les joueurs de mieux saisir son message et comprendre l’ampleur de la marche entre les deux niveaux.

« Je leur dis qu’ils vont voir quand ils vont monter dans la LNH, ce ne sera pas plus facile. Vous allez voir que tel ou tel jeu est exécuté de telle manière, a mentionné Bouchard. Avant d’arriver dans la LNH, ils ne le croient pas toujours. L’entraîneur a bien beau leur dire, c’est quand ils le voient de leurs propres yeux qu’ils saisissent vraiment la rapidité et la qualité de l’exécution des jeux.

«Quand Otto Leskinen est revenu ici, je l’ai croisé dans le corridor, je lui ai fait l’accolade et je lui ai demandé comment il avait trouvé ça la LNH. Il m’a dit : ‘C’est tellement rapide !’ On pouvait voir qu’il a compris ce que je veux dire quand je dis qu’il faut être plus rapide pour ne pas se mettre dans des situations précaires.

«Pour plusieurs, ça leur ouvre les yeux, ça leur permet de voir c’est quoi la LNH. Vous jouez avec de meilleurs joueurs, mais vos adversaires ne sont pas moins bons», a ajouté l’ex-entraîneur de l’Armada de Blainville-Boisbriand.

Bouchard a toutefois rappelé que certains jeunes mis à l’essai par le Canadien n’avaient pas rempli des rôles majeurs, ce qui limite un peu leur apprentissage lors de tels séjours. Vejdemo a mentionné ne pas avoir eu beaucoup d’échanges avec les entraîneurs quand il n’était pas de la formation.

Le Suédois âgé de 23 ans a aussi indiqué avoir eu l’impression d’être un peu rouillé à son retour chez le Rocket, le 8 janvier. Il a également été employé à l’aile par le Tricolore, alors qu’il est plus à l’aise au centre. Cela ne l’a quand même pas empêché de tirer quelques conclusions de son séjour avec le grand club.

«Je veux être plus fort avec la rondelle, pour mieux la protéger dans les coins de patinoire, et ne pas la perdre trop facilement», a-t-il indiqué.

De son côté, Primeau a pu observer Carey Price et travailler avec l’entraîneur des gardiens Stéphane Waite. Une des priorités dans son développement est son travail en maniement de la rondelle autour de son filet.

«Quand il est arrivé au camp de développement puis au camp des recrues, nous nous disions que ce serait un problème pour lui cette saison, parce qu’il avait vraiment une faiblesse à ce niveau, a mentionné Bouchard. Mais ce que j’aime de ce gars-là, c’est qu’il a une excellente capacité d’apprentissage et il s’applique au travail.

«Dans les matches, il n’est pas parfait, mais il ne nous fait pas mal, a-t-il ajouté. Sa progression au cours des trois derniers mois pour jouer avec la rondelle est vraiment bonne. Nous sommes vraiment contents.»

Primeau a passé une partie de l’entraînement du Rocket, mardi, à travailler sur cet aspect avec l’entraîneur des gardiens Marco Marciano. Il a aussi indiqué que ces situations se retrouvaient dans l’analyse vidéo des matches, afin qu’il puisse revoir s’il a pris la bonne décision ou non en sortant de son filet.

«Je crois que cet aspect du jeu est 90 %de la confiance et 10 % des habiletés, a affirmé Primeau. Je travaille donc pour être plus à l’aise autour de mon filet.»

Primeau ne sait pas quand il sera de nouveau rappelé par le Canadien, mais il ne s’en fait pas trop avec ça. Et comme quelques-uns de ses coéquipiers, il est encore plus affamé après avoir goûté une première fois à la LNH.