Deux buts d'Auston Matthews ont permis aux Maple Leafs de l'emporter 3-2 en prolongation, mercredi.

Défaite du Canadien 3-2 en prolongation à Toronto

TORONTO — Le Canadien de Montréal a amorcé la saison 2018-2019 en réussissant à soutirer un point aux Maple Leafs de Toronto, qui l’ont emporté 3-2 en prolongation mercredi soir à l’Aréna Scotiabank.

Auston Matthews a mis fin au débat avec son deuxième but de la rencontre après 61 secondes de jeu lors de la période supplémentaire. Oublié à la droite de Carey Price, il n’a eu aucune difficulté à pousser la rondelle derrière le gardien du Canadien après avoir reçu une belle passe de Patrick Marleau.

Ce but de Matthews, son septième à ses quatre derniers matchs contre le Canadien, a mis fin à une séquence de quatre victoires du Tricolore en matchs d’ouverture. Les Maple Leafs avaient été la dernière équipe à battre le Canadien lors d’une rencontre inaugurale, en 2013.

«La déception, c’est qu’on veut gagner les matchs. On ne veut pas les perdre en prolongation, on ne veut pas les perdre en temps réglementaire. C’est décevant, mais je ne peux pas dire que l’équipe n’a pas connu un bon match, a déclaré l’entraîneur-chef Claude Julien après le revers.

«On a travaillé fort, on a fait beaucoup de bonnes choses, on s’est donné une chance de gagner. Il faut maintenant s’assurer de faire les ajustements nécessaires pour que les choses qui sont arrivées à la fin n’arrivent pas de nouveau», a-t-il enchaîné.

À son premier match avec les Maple Leafs, John Tavares a également déjoué Price, en deuxième période. Nazem Kadri, qui complète le «Big Three» de la formation torontoise au centre, a ajouté deux mentions d’aide.

La réplique du Canadien est venue d’Artturi Lehkonen, en première période, et d’Andrew Shaw, vers la fin du deuxième vingt. Max Domi a récolté deux passes et Jesperi Kotkaniemi a inscrit son premier point, alors qu’il a été crédité d’une aide sur le but de Shaw, inscrit en avantage numérique.

«Comme pour la majorité de l’équipe, il est venu pour jouer au hockey, a noté Julien au sujet du Finlandais de 18 ans. On voit un jeune joueur depuis le début du camp qui s’ajuste et qui s’améliore. Ce soir, c’était son premier vrai match dans la Ligue nationale. Je suis confiant qu’il va s’ajuster en cours de route et qu’on va voir un meilleur joueur. Ce soir, il a été bon. Je n’ai aucun problème avec son éthique de travail et de la façon dont il s’est comporté.»

Le Tricolore a livré une performance de haut niveau, à commencer par Price, malgré les trois buts accordés en 26 tirs. Trois buts sur lesquels il n’y pouvait absolument rien. Face à des rivaux que plusieurs observateurs voient gagner la Coupe Stanley, le Canadien n’a paru nullement intimidé alors qu’il a dirigé 36 rondelles vers Frederik Andersen.

Comme il y a une semaine

Exactement une semaine après avoir dominé à cinq contre cinq une formation presque complète des Maple Leafs lors d’un duel préparatoire au Centre Bell, le Canadien a refait le coup aux hommes de Mike Babcock.

La troupe montréalaise a amorcé le match avec énergie et récolté sept des huit premiers tirs du match. Elle a pris les devants quand Lehkonen a déjoué Andersen à l’aide d’un tir décoché de presque derrière le filet et qui a donné sur le gardien torontois à 9:34 de l’engagement initial.

Détenteurs d’un avantage numérique potentiellement dévastateur, les Maple Leafs l’ont prouvé quelque trois minutes après le but du Canadien. Matthews qui a déjoué Price à l’aide d’un sublime tir des poignets que l’Américain a laissé partir sans le moindre avertissement, du cercle de mise en jeu.

Les deux grands rivaux se sont échangé deux buts lors des deux dernières minutes de la période médiane durant laquelle Price a réalisé quelques arrêts de qualité.

Il n’a cependant eu aucune chance sur le but de Tavares, à 18:07, qui a effectué un bon tir des poignets de l’enclave.

Cette avance n’aura été que très brève, Shaw créant l’égalité avec 14 secondes à jouer à la période à l’aide d’un tir sur réception sur lequel Andersen n’a jamais eu le temps de réagir.

Deux vétérans dans les gradins

Pour ce premier match du calendrier, Claude Julien a causé une certaine surprise en laissant de côté deux vétérans, soit le centre Tomas Plekanec et le défenseur Karl Alzner, de même que l’attaquant Nikita Scherbak.

Pendant que Plekanec espérait jouer un 999e match en carrière, Alzner a vu sa séquence de parties consécutives s’arrêter à 622 parties, soit la quatrième plus longue parmi les joueurs actifs.

Ces décisions de Julien ont ouvert la porte au centre Matthew Peca et au défenseur Xavier Ouellet, qui se sont joints à Domi, Kotkaniemi, Joel Armia et Tomas Tatar à titre de nouvelles figures chez le Tricolore.

Un autre imposant défi attend le Canadien,  alors qu’il rendra visite aux Penguins de Pittsburgh samedi soir.