Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Claude Julien et Kirk Muller congédiés [VIDÉO]

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Marc Bergevin voyait le navire voguer à la dérive et il a voulu intervenir avant le naufrage.

Le directeur général du Canadien de Montréal a annoncé mercredi que l’entraîneur-chef Claude Julien et l’entraîneur associé Kirk Muller étaient congédiés.

Dominique Ducharme, qui était l’un des adjoints de Julien, assurera le poste d’entraîneur-chef par intérim. Alex Burrows, entraîneur adjoint à Joël Bouchard chez le Rocket de Laval, se joint au personnel d’entraîneurs du Tricolore.

«J’ai vu une équipe qui était perdue, qui manquait de sens de direction, a dit Bergevin en visioconférence. Ça arrive parfois dans le sport professionnel que les entraîneurs continuent à donner des instructions, mais que le message ne passe plus.

Dominique Ducharme devient entraîneur-chef par intérim du Canadien de Montréal.

«Basé sur ce que j’ai vu au cours de la dernière semaine et l’an dernier, et puisque nous sommes dans une saison écourtée, j’ai pris la décision de faire le changement.»

Le congédiement de Julien est survenu au lendemain d’une défaite en fusillade de 5-4 face aux Sénateurs d’Ottawa. Il s’agissait pour le Canadien d’un sixième revers en huit matchs (2-4-2), dont trois face aux Sénateurs, qui ne comptent que six victoires cette saison.

Bergevin a également rappelé que l’équipe avait vu sa campagne être déraillée par deux séries de huit défaites en 2019-20.

«Je l’ai dit au camp, nous sommes à prendre au sérieux, a dit Bergevin. Les attentes sont hautes. Je m’attends à ce que le bateau vire de bord et que les joueurs répondent.

«Tout le monde doit être meilleur. Chaque joueur. C’est mon message aux partisans. C’est ça qu’il faut.»

L’équipe avait bénéficié de quatre jours d’entraînement la semaine dernière et espérait retrouver ses repères. Bergevin a admis qu’il avait souhaité donner une chance à Julien et Muller de sortir l’équipe de sa glissade.

Le Tricolore a finalement perdu face aux Maple Leafs de Toronto samedi, avant de s’incliner deux fois de suite en bris d’égalité face aux Sénateurs.

Après une nuit difficile, Bergevin a décidé d’agir mercredi matin, alors que le Canadien (9-5-4) se retrouvait au quatrième rang de la section Nord.

Luke Richardson et Stéphane Waite, respectivement entraîneur des défenseurs et des gardiens, conserveront leurs responsabilités au sein du groupe d’entraîneurs.

Des choses à corriger

Ducharme, qui est âgé de 47 ans, a donc été promu au poste d’entraîneur-chef par intérim après deux saisons dans le rôle d’entraîneur adjoint.

Il aura comme mission de ramener une forme de cohésion au sein du jeu de l’équipe.

«Nous avons eu du succès en jouant d’une manière. Je suis certain que ça va continuer de ressembler à ça», a dit Bergevin, soulignant que Ducharme n’aura pas à réinventer la roue.

Après un début de saison canon, l’offensive du Tricolore s’est retrouvée sur le neutre dernièrement, ne marquant que 18 buts en huit rencontres.

L’avantage numérique du Canadien, qui était supervisé par Muller, n’a inscrit que deux buts à ses 30 dernières occasions. Burrows sera responsable de relancer l’avantage numérique du Tricolore.

«Il y aura des petits ajustements en avantage numérique, à cinq contre cinq et dans les trois zones, a dit Ducharme. En avantage numérique, ça commence avec l’état d’esprit. Je veux que nous soyons plus agressifs.

«Pour créer de l’attaque, tout ne tourne pas autour du joueur en possession de la rondelle, a-t-il ajouté de manière plus générale. Il doit être mieux appuyé. Nous devons travailler ensemble pour nous offrir des options.»

Ducharme n’a pas voulu entrer dans les détails sur les ajustements qu’il souhaitait apporter. Il devait rencontrer les joueurs une première fois en soirée mercredi.

Parmi les forces de Ducharme, Bergevin a souligné ses qualités de communicateur. Il l’a qualifié «d’entraîneur moderne», en insistant pour dire qu’il ne lançait pas de flèches à Julien en parlant des qualités de Ducharme. Il a aussi mentionné que les joueurs avaient besoin d’entendre une nouvelle voix.

Le principal intéressé a affirmé qu’il ne se croyait pas nécessairement différent des autres.

«Tout le monde a sa personnalité. Moi, j’ai ma façon de faire, a dit Ducharme. Pour moi, les choses sont claires quand elles sont sur la table, quand les joueurs savent à quoi s’attendre. C’est ma façon de communiquer avec eux.»

Ducharme n’aura pas beaucoup de temps pour apporter des ajustements. Le Canadien affrontera les Jets de Winnipeg jeudi soir et il aura très peu de journées d’entraînement d’ici la fin de la saison.

«Si la barre était trop haute, qu’est-ce que nous faisons ici? C’est notre raison d’être. Nous sommes dans la meilleure ligue au monde. Si vous n’êtes pas quelqu’un de compétitif, vous n’êtes pas à la bonne place», a déclaré Ducharme.

Un emploi de rêve, mais...

Originaire de Joliette, Ducharme a accroché ses patins en 2001 après une carrière au cours de laquelle il aura atteint la Ligue américaine de hockey, disputant six matchs avec les Aces de Cornwall en 1995-96. Il a admis s’être ensuite donné comme objectif de devenir entraîneur-chef dans la LNH.

Il s’est joint au personnel d’entraîneurs du Canadien en avril 2018 après 10 saisons passées derrière le banc dans la LHJMQ, remportant la coupe Memorial avec les Mooseheads de Halifax au terme de la saison 2012-13.

«Ce n’est peut-être pas le scénario que j’aurais choisi pour y arriver, a-t-il dit. J’étais avec l’équipe. Aujourd’hui, ce sont des émotions partagées. Je perds deux collègues que j’appréciais beaucoup.»

Ducharme a aussi eu une pensée pour son père, décédé en décembre 2015 quand il était adjoint avec l’équipe canadienne junior en Finlande.

«C’est certain que j’aimerais ça qu’il soit là aujourd’hui, a admis Ducharme. Je ne sais pas ce qu’il y a après la vie, ce qui se passe en haut, mais il y en a un qui doit avoir un gros sourire.»

Une journée difficile

Le deuxième règne de Julien chez le Canadien aura duré un peu plus de quatre ans. Il avait remplacé Michel Therrien le 14 février 2017 et avait accepté un contrat valide jusqu’au terme de la saison 2021-22.

«Ils sont de bonnes personnes, a dit Bergevin au sujet de Julien et Muller. C’est la partie difficile de mon métier. Ça n’a pas été facile d’aller les rencontrer dans leur chambre.»

Le Canadien a compilé un dossier de 129-113-35 sous les ordres de Julien. Il a participé aux séries éliminatoires en deux occasions, étant éliminé chaque fois en quarts de finale de l’Association de l’Est.

Julien, qui est âgé de 60 ans, avait aussi dirigé le Canadien du 17 janvier 2003 au 14 janvier 2006.

Au cours de sa carrière d’entraîneur-chef dans la LNH, Julien s’est également retrouvé derrière le banc des Devils du New Jersey et des Bruins de Boston. Il a aidé les Bruins à remporter la coupe Stanley lors de la saison 2010-11 et a été le lauréat du trophée Jack-Adams remis à l’entraîneur-chef par excellence de la LNH en 2009.

Pour sa part, Muller en était à son troisième séjour avec le Canadien. Comme joueur, il a aidé l’équipe à remporter la coupe Stanley en 1993. Il a été entraîneur adjoint chez le Canadien de 2006 à 2011 avant de revenir comme entraîneur associé en 2016.