John Moore a trouvé le fond du filet avec 2:57 à jouer à la troisième période et il a procuré aux Bruins de Boston une victoire de 3-2 face au Canadien de Montréal.

CH 2/Bruins 3: Drouin qui rit, Drouin qui pleure...

MONTRÉAL — De la façon qu'il a joué en troisième période samedi soir, le Canadien de Montréal aurait mérité un meilleur sort. Jonathan Drouin aussi d'ailleurs.

John Moore a trouvé le fond du filet avec 2:57 à jouer à la troisième période et il a permis aux Bruins de Boston d'arracher une victoire de 3-2 au Centre Bell.

Moore a inscrit son premier but de la saison pendant la deuxième moitié d'une double mineure à Drouin pour bâton élevé à l'endroit de David Backes.

Ce but est venu gâcher une superbe remontée du Canadien, qui a effacé un recul de 0-2 après 40 minutes de jeu.

Drouin avait été l'artisan de ce retour grâce à un but de toute beauté, son neuvième de la saison. Tomas Tatar (10e) a ensuite créé l'égalité moins de quatre minutes plus tard.

Mais c'est la punition de Drouin, davantage que son but spectaculaire et ses sept tirs vers Tuukka Rask, qui a retenu l'attention.

Malgré la déception, Drouin était présent dans le vestiaire, mais il était évident qu'il aurait voulu être ailleurs.

«Il s'en venait vers moi, je ne voulais pas le 'pogner' dans le visage. Point final», a-t-il répondu à une première question, assis devant son casier.

«Je ne commenterai pas sur les punitions et sur les arbitres ce soir», a-t-il rétorqué à une autre question.

Lors de son point de presse, l'entraîneur-chef Claude Julien n'a pas fait de détour lorsqu'est venu le temps de commenter la punition à son talentueux attaquant.

«Une punition à ce temps-là du match, c'est une punition que tu ne veux pas prendre. S'il a dit 'it's on him', il a raison. Dans un match où on revient de cette façon pour annuler, il faut vraiment être discipliné. Même s'il (Backes) est venu vers lui, il lui a donné un double-échec au visage et c'est un quatre minutes. C'est quelque chose qu'on ne peut pas continuer à faire si on veut gagner des matchs. On a besoin de la meilleure discipline, et c'est la discipline de tout le monde.»

Backes et Jake DeBrusk, tous deux en première période, ont réussi les autres buts des vainqueurs contre Carey Price, qui a réalisé 32 arrêts alors que son rival Tuukka Rask en a effectué 31.

Backes a aussi participé au filet victorieux tandis que David Krejci récoltait deux mentions d'aide.

Le Canadien vient de compléter une semaine difficile marquée par quatre défaites en autant de sorties, dont deux en prolongation. Et contre les Bruins, il n'a même pas pu aller chercher un point boni qui aurait été fort utile contre un rival de sa section.

«C'était un match important. C'est vraiment décevant de les voir venir ici et récolter deux points pendant que nous n'en obtenons aucun. C'est une équipe que nous voulons dépasser au classement. Ce n'est vraiment pas un bon feeling», a commenté Brendan Gallagher.

Backes, auteur de deux saisons de 31 buts avec les Blues de St. Louis, a inscrit son premier filet de la saison à la suite d'une gaffe de Jesperi Kotkaniemi à sa ligne bleue.

Exactement une minute 41 secondes plus tard, DeBrusk obtenait son 10e de la saison après avoir reçu une belle passe du défenseur Torey Krug.

But refusé

Peu énergiques en deuxième, les joueurs du Canadien sont sortis de leur torpeur dès les premiers instants du troisième vingt.

Ils ont d'abord cru avoir coupé l'avance de leurs rivaux de moitié quand Artturi Lehkonen a poussé la rondelle dans le filet après seulement 28 secondes de jeu. Le but a été refusé quand les arbitres ont jugé que Lehkonen avait poussé Rask dans le filet pendant que celui-ci était en possession de la rondelle.

Au lieu de démoraliser les joueurs de Claude Julien, la décision leur a donné encore plus de mordant. Quatre minutes plus tard, Kenny Agostino a forcé Rask à réaliser son meilleur arrêt du match avec son bloqueur après une belle passe de Nicolas Deslauriers.

Là encore, le Canadien n'a pas baissé les bras et a continué de mettre de la pression. Ses efforts ont porté fruit quand Drouin a marqué le premier but du Canadien après avoir mystifié Krug, à 6:46.

Puis à 10:09 et avec six secondes à écouler à une punition à Pastrnak, Tatar a ramené tout le monde à la case de départ.