La saison 2017-2018 du Canadien de Montréal aura été un échec.

Bulletin de fin de saison

MONTRÉAL — Pour une troisième année consécutive, les amateurs du Canadien ne verront pas de hockey au Centre Bell en mai. Et pour la deuxième fois en trois saisons, l’équipe a plié bagages après le dernier match du calendrier régulier. Les joueurs du Tricolore sont en vacances. Des vacances très prévisibles parce que, trop souvent, ils ont manqué d’ardeur au boulot et de force de caractère. À la base, le Canadien a encore eu de la difficulté à marquer des buts et il a établi des records d’équipe pour le plus grand nombre de blanchissages encaissés et pour les revers à l’étranger. La brigade défensive a joué sans mordant, au point où Alexei Emelin n’aurait pas nui, et l’équipe a connu de nombreux passages à vide, lors de certains matchs, aussi inattendus qu’inexplicables. Une formation fragile comme on en a rarement vu à Montréal. La saison 2017-2018 du Canadien de Montréal aura été un échec. Un échec qui place l’organisation au même point qu’avant le grand ménage d’avril 2012.

LA DIRECTION

Marc Bergevin, directeur général

Entre le 26 janvier 2017 et le 4 octobre, Bergevin a acquis 20 joueurs par la voie des transactions ou le marché des joueurs autonomes. Du groupe, seulement sept ont complété la saison à Montréal. Est-il toujours l’homme de la situation? Geoff Molson a répété qu’il représente la meilleure personne pour occuper ce poste lors du bilan de l’équipe, lundi, mais beaucoup d’amateurs ont carrément perdu confiance.

Claude Julien, entraîneur-chef

Il jouit encore d’une excellente réputation et il est bien en selle. 

Claude Julien

Un fait demeure: il s’agit d’une troisième saison complète consécutive où ses équipes ratent les séries éliminatoires, une tache à un curriculum vitae de qualité. Julien est un travailleur acharné qui a passé la saison à chercher des solutions, mais sans succès. Il faut dire que son directeur général ne l’a pas beaucoup aidé.

LES GARDIENS

Carey Price

Il vient de compléter la saison la plus difficile de sa carrière au moment où il va franchir la trentaine et qu’il s’apprête à toucher 10,5 M $, en moyenne, pendant huit ans. 

Carey Price

Il doit rebondir pour que le Canadien retrouve sa place parmi l’élite de la LNH. Ses rencontres avec les journalistes ont été rarement chaleureuses et Marc Bergevin l’a pointé du doigt, lundi, lui reprochant notamment son attitude.

Antti Niemi

Il a étonné au point d’avoir été élu le candidat de l’équipe au trophée Bill-Masterton. Stéphane Waite semble l’avoir relancé et il pourrait aider le Canadien l’an prochain.

LES DÉFENSEURS

Shea Weber

Le général de l’équipe à la ligne bleue, il a joué blessé ce qui complique son évaluation.

Shea Weber

 Il reste qu’il a obtenu 16 points en 26 parties, l’équivalent de 50 points pendant une saison complète. Son ratio défensif, à moins-8, peut cependant inquiéter. Il faudra voir comment il se remettra de son opération en septembre prochain.

Jeff Petry

Après trois saisons respectables avec le Canadien, son ratio défensif a été parmi les pires dans la LNH. Excellent patineur, il peut appuyer l’attaque mais son jeu dans son territoire a beaucoup laissé à désirer.

Jordie Benn

Un coéquipier apprécié, mais un 5e ou 6e défenseur au mieux. Avec une année à son contrat, son expérience et un salaire convenable pourraient l’aider à garder son poste avec l’équipe l’an prochain.

Karl Alzner

C’est bien beau la séquence de matchs consécutifs, mais ça prend davantage que ce qu’il a apporté pour créer une impression favorable à Montréal.

Victor Mete

Une très agréable surprise qui compte sur un allié indéfectible en Claude Julien. Tout en l’utilisant judicieusement jusqu’à sa blessure à la mi-février, Julien n’a jamais cessé de croire en lui.

David Schlemko

Limité à une trentaine de matchs à cause des blessures, il coûte cher pour un défenseur limité qui aura 31 ans en mai. Surtout que le Canadien compte d’autres défenseurs gauchers bien plus jeunes et moins coûteux.

LES ATTAQUANTS

Max Pacioretty

Une saison abrégée, et la plus éprouvante de sa carrière.

Max Pacioretty

 Après la pause du match des étoiles, il a été limité à un but et six points en 15 matchs. Son nom a alimenté les rumeurs de transactions, ce qui a semblé l’agacer. Il pourrait avoir jouer son dernier match à Montréal et il en est conscient.

Brendan Gallagher

Le meilleur joueur du Canadien cette saison. Enfin épargné par les blessures, il a joué avec fougue du premier au dernier match. Avec, comme résultat, ses meilleures statistiques en carrière. Un vrai leader.

Jonathan Drouin

Même s’il a semblé s’améliorer au poste de centre vers la fin de la saison, le Canadien aurait avantage à le faire jouer à l’aile la saison prochaine pour lui permettre d’exprimer son talent. Mais encore faudra-t-il trouver un vrai centre numéro un pour l’alimenter.

Alex Galchenyuk

Après six saisons complètes avec le Canadien, on ne sait toujours pas ce qu’il va apporter d’une partie à l’autre. Parmi tous les attaquants du Canadien, il possède le meilleur tir. Pourtant, ses statistiques pour le nombre de buts par match ont baissé depuis 2015-2016.

Paul Byron

Il a affiché des statistiques inférieures à celles de l’an passé, mais ce n’est pas par manque d’effort ni d’implication. Excellent joueur d’équipe et parfait pour un troisième trio, dans un contexte idéal.

Andrew Shaw

Il n’a joué que huit rencontres après le match des étoiles et il faudra voir ce que l’avenir lui réserve sur le plan de sa santé. Peut-il doser sa combativité pour éviter de s’exposer aux blessures potentiellement dangereuses? À cela, il répond qu’il ne changera pas sa façon de jouer.

Phillip Danault

Il ne triche jamais et joue avec qui on lui demande sans jamais rechigner. Un bon coéquipier et, foncièrement, un bon gars qui ne l’a pas eu facile lors des trois derniers mois de saison.

Artturi Lehkonen

Soit, il a raté cinq semaines d’action à compter de la mi-novembre. Mais au sein d’une équipe qui peine à trouver le fond du filet, une meilleure contribution offensive de Lehkonen aurait aidé.

Charles Hudon

Très exigeant envers lui-même, parfois à l’excès, il avait promis de jouer «le couteau entre les dents» et c’est ce qu’il a fait. Il a montré qu’il a sa place dans la LNH.

Nicolas Deslauriers

Un bon geste de Marc Bergevin. Deslauriers a fait sentir sa présence physiquement match après match, et il a aussi montré qu’il était plus qu’un simple bulldozer.

Jacob de la Rose

Il a gagné des points en mars et Claude Julien semble aimer certains aspects de son jeu. 

Jacob de la Rose

Le Canadien lui offrira probablement un nouveau contrat au cours de l’été.

RÉSERVISTES ET RELÈVE

Charlie Lindgren

Il a réalisé deux des quatre blanchissages du Canadien, en seulement 14 matchs. Malheureusement pour lui, l’un de ces jeux blancs s’est soldé par une défaite en tirs de barrage! Il a de belles aptitudes, mais il a peut-être encore besoin de bagage dans la Ligue américaine.

Noah Juulsen

Il s’est bien débrouillé dans un contexte pas facile. Son développement se poursuivra vraisemblablement à Montréal l’an prochain.

Mike Reilly

Il a laissé une bonne première impression, surtout au niveau de la mobilité. Il devrait être dans les plans du Canadien à la ligne bleue l’an prochain.

Brett Lernout

Il n’y a rien de transcendant dans son jeu et il semble destiné à commencer la prochaine saison avec le Rocket de Laval.

Ales Hemsky

À 35 ans, après une saison de sept matchs et une commotion cérébrale, il est peu probable qu’il mérite une autre chance dans la LNH.

Michael McCarron

Non seulement ne s’est-il pas développé, il a régressé. Joueur autonome avec compensation, son avenir dans la LNH est nébuleux.

Nikita Scherbak

Le talent est là. Il reste à voir s’il peut afficher un niveau d’intensité constant de période en période et de match en match. Il avait bien commencé mais ça s’est estompé par la suite. S’il y parvient, il apportera du renfort à une attaque qui en a bien besoin.

Byron Froese

Avec une autre année de contrat en poche, il est un candidat pour le quatrième trio, pas davantage. Toutefois, Jacob de la Rose a l’avantage d’être cinq ans plus jeune et plus imposant physiquement.

Daniel Carr

Il lui est difficile de faire sa niche avec le Canadien. Joueur autonome avec compensation, il a peut-être joué ses derniers matchs à Montréal, voire même dans la LNH.

Logan Shaw

Un autre de ces joueurs de soutien interchangeables que Marc Bergevin semble aimer réclamer...