Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Carey Price n'a pas été consulté concernant le congédiement de l'entraîneur des gardiens Stéphane Waite.
Carey Price n'a pas été consulté concernant le congédiement de l'entraîneur des gardiens Stéphane Waite.

Bergevin voulait donner de nouveaux outils à Price 

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Marc Bergevin a affirmé que sa décision de montrer la porte de sortie à l'entraîneur des gardiens Stéphane Waite était basée non seulement sur les performances de Carey Price cette saison, mais aussi sur les précédentes.

Waite a été congédié mardi soir, pendant le deuxième entracte de la victoire de 3-1 du Canadien de Montréal face aux Sénateurs d'Ottawa. Sean Burke a été promu directeur des gardiens et aura comme mission de ramener Price dans le droit chemin.

«C'est une décision réfléchie, a déclaré Bergevin en visioconférence mercredi. Elle n'est pas basée seulement sur cette saison, mais plutôt sur un motif qui revenait.

«En tant que directeur général, j'amène des joueurs ici et je dois leur donner les meilleurs outils pour qu'ils aient du succès», a-t-il renchéri.

Price a connu sa meilleure saison dans la LNH sous les conseils de Waite. Il a remporté les trophées Hart et Vézina en 2014-15.

Il a commencé à connaître des ennuis en 2017-18 et a depuis connu des campagnes en dents de scie.

«Tous les joueurs traversent des hauts et des bas, mais je dois suivre mon instinct, a affirmé Bergevin. Mon instinct me disait qu'un changement était nécessaire.»

Bergevin a dit avoir pris la décision mardi, quand il est devenu certain «à 100 %» que c'était la bonne chose à faire.

Il a aussi précisé ne pas avoir consulté Price avant de prendre la décision.

«Comme directeur général ou comme chef d'entreprise, la journée où je vais consulter un joueur ou lui demander son opinion avant de prendre une décision, ça voudra dire que je ne suis plus la bonne personne pour l'emploi», a déclaré Bergevin.


« Mon instinct me disait qu'un changement était nécessaire »
Le directeur général, Marc Bergevin

De son côté, Price s'est dit surpris de la décision et il était encore moins volubile qu'à son habitude en visioconférence, mercredi.

Il semblait encore sous le choc de la nouvelle du départ de son conseiller depuis 2013. Et il s'agissait d'un contraste flagrant par rapport à sa bonne humeur après la victoire de mardi soir.

«Il faut aller de l'avant. J'apprécie le temps que j'ai eu avec Stéphane, son dévouement, son ardeur au travail, a dit Price, qui a aussi noté avoir contacté Waite en fin de soirée mardi. Mais nous n'avons pas le temps de nous apitoyer sur notre sort. Il faut se regrouper et reprendre le travail.»

Price a reconnu avoir traversé des hauts et de bas au cours des dernières saisons. Il a répété qu'il devait simplifier des choses dans son jeu.

Questionné à savoir si ses problèmes étaient surtout techniques ou psychologiques, Price a simplement répondu : «les deux».

Il n'a pas paru particulièrement enthousiaste quand on lui a demandé si le message de Waite ne passait plus ou s'il avait besoin d'entendre les conseils d'une autre personne.

«Parfois, un changement va faire du bien. Ça peut être bon d'entendre une voix différente. Ça ne veut pas dire que je n'appréciais pas ce que Stéphane faisait, mais c'est parfois nécessaire dans le hockey professionnel», a-t-il répondu.

Bergevin a déclaré que malgré les récents hauts et bas dans le jeu de Price, il continue de croire que le Britanno-Colombien âgé de 33 ans est toujours l'un des meilleurs gardiens de la LNH.

Il espère que Burke, qui a disputé plus de 800 matchs dans la LNH et travaillé comme entraîneur des gardiens chez les Coyotes de l'Arizona, l'aidera à retrouver de la constance dans son jeu.

Pas de dispute

Bergevin a insisté pour dire qu'il n'y avait pas eu de dispute ou de froid entre Price et Waite au cours des derniers jours - ce qui aurait pu mener à un divorce entre les deux. Il a affirmé que c'était sa décision à lui, et à lui seulement.

Le directeur général a aussi précisé qu'il avait annoncé la nouvelle à Waite lors du deuxième entracte de la rencontre de mardi, puisque Waite n'a plus de responsabilité à partir de ce moment-là avec les joueurs.

Il ne voulait pas l'annoncer avant la rencontre pour éviter de créer une distraction, et il ne voulait pas l'annoncer après la rencontre pour ainsi permettre à Waite d'avoir le temps de ramasser ses effets personnels et de quitter le Centre Bell avant le retour des joueurs dans le vestiaire.

Une nouvelle structure

Burke devra passer 14 jours en quarantaine à Montréal avant d'intégrer la bulle du Tricolore et de pouvoir sauter sur la glace du Complexe sportif Bell avec Price et Jake Allen.

D'ici l'entraînement du 18 mars, Burke donnera ses conseils de manière virtuelle. Marco Marciano, qui était entraîneur des gardiens chez le Rocket de Laval, assurera l'intérim en personne.

«Marco est quelqu'un de très enthousiaste, qui amène beaucoup d'énergie, a dit Price. Ça va être amusant.»

Bergevin a indiqué que le contrat de Burke a été restructuré, puisqu'il arrivait à échéance en juin et qu'il occupait des fonctions de recruteur.

Burke a été nommé directeur des gardiens, un rôle qui commence à devenir monnaie courante à travers la LNH. Dans la plupart des cas, ce directeur sert plutôt de consultant et dirige un groupe d'entraîneurs des gardiens.

Bergevin n'a pas voulu entrer dans les détails de son plan, mais il a affirmé qu'un processus était en cours pour installer une structure avec un groupe responsable de travailler avec les gardiens de l'organisation.

Par ailleurs, Bergevin a indiqué qu'il n'avait pas l'intention de terminer la purge au sein du personnel d'entraîneurs en montrant la porte de sortie à l'entraîneur adjoint Luke Richardson. Ce dernier terminera donc la campagne en continuant de s'occuper de ses responsabilités avec les défenseurs et l'unité d'infériorité numérique.

Dans un autre ordre d'idée, l'attaquant Josh Anderson s'est entraîné en solitaire avant ses coéquipiers pour une deuxième journée de suite. Il a raté les trois derniers matchs du Canadien en raison d'une blessure au bas du corps.