Marc-Antoine Camirand aimerait profiter du Grand Prix de Trois-Rivières pour décrocher une première victoire en carrière en NASCAR Pinty’s.

Camirand vise un premier majeur

TROIS-RIVIÈRES — Chaque année ou presque, Marc-Antoine Camirand améliore son record de podiums au GP3R. Il en compte 23 et, parmi ceux-ci, on recense 14 victoires. Ceci dit, rien de tout cela n’égalerait les sensations d’une victoire en NASCAR. C’est ce qu’il vise et il espère que cette année sera enfin la bonne.

Camirand n’a pas ménagé les efforts à l’entraînement cet hiver. Ça paraît, il paraît en meilleure forme physique qu’en 2017. Les résultats sont encourageants jusqu’à maintenant. Il talonne Louis-Philippe Dumoulin au sommet, lui qui n’accuse que neuf points de retard sur le Trifluvien.

Sauf que cette fameuse première victoire en NASCAR Pinty’s se fait encore attendre. Camirand estime qu’il a été assez patient: il est mûr pour l’étape suivante! «Je suis toujours passé proche. J’ai fini troisième l’année dernière, c’était bien, mais je veux plus que ça. Au GP3R, ça prend un peu de chance et, surtout, une bonne position en qualification. Je suis satisfait du cheminement que j’ai fait depuis mes débuts en NASCAR, sauf que je me sens comme un golfeur qui a gagné plusieurs tournois mineurs et qui a hâte de remporter un tournoi majeur!»

La relation avec Paillé
Camirand peut enfin rouler à temps plein dans le championnat le plus relevé au pays grâce au partenariat avec le concessionnaire Paillé de Berthierville. Le propriétaire, Jean-Claude Paillé, est arrivé comme un sauveur pour le pilote de Saint-Léonard-d’Aston.

«Parfois, on cherche nos commanditaires trop loin! Cette association est comme un conte de fées pour moi. Ç’a commencé il y a trois ans, mais son implication encore plus dynamique depuis décembre me permet de rêver au titre.»

Une vingtaine d’employés de GM Paillé ont encouragé Camirand à Edmonton. Ils seront plus de 150 en fin de semaine à Trois-Rivières. «C’est un match parfait avec un gars qui a sensiblement le même âge que moi. Nous n’aurions pas pu mieux connecter.»

Camirand est persuadé qu’il n’a besoin que d’une victoire pour que les autres s’enchaînent. «C’est une pression additionnelle, mais elle va disparaître quand ça va arriver...»

Respect mutuel
Cette édition promet de chaudes luttes et l’une des principales impliquera peut-être deux pilotes de la région. Louis-Philippe Dumoulin et Marc-Antoine Camirand occupent respectivement les première et troisième positions au classement général.

Puisqu’une victoire permet au vainqueur d’engranger cinq points sur le plus proche poursuivant, Camirand compte tirer profit du GP3R pour rétrécir cet écart. Dumoulin en est conscient.

«Il joue bien ces cartes jusqu’à maintenant», convient le meneur du championnat. «Pour moi, il fait partie des gars à battre, des pilotes qui sont très bons et qui misent sur une voiture compétitive. Je ne suis pas surpris de ses récents succès.»

Camirand renvoyait évidemment les bons mots vers Dumoulin. «L.-P. est l’homme à battre en ce moment.»

Un arrêt aux puits
Question de pimenter une épreuve qui s’annonce déjà relevée, les autorités de la série NASCAR Pinty’s ont ajouté un arrêt aux puits obligatoire, quelque part à la mi-course.

«Il faudra s’ajuster rapidement, prédit Dumoulin. Tu peux arrêter très tôt pour t’assurer de remonter rapidement au cas où ils sortiraient le drapeau jaune. J’ai hâte de voir comment on va établir la stratégie. En plus, ça va offrir un spectacle intéressant aux amateurs situés plus près des puits.»

Son frère Jean-François anticipe lui aussi beaucoup d’action. En fait, rares ont été les courses dénuées de suspens en série NASCAR dans les rues de Trois-Rivières depuis l’arrivée de ses voitures en 2007. Qui plus est, son podium récolté à Toronto gonfle ses espoirs.

«L’équipe Dumoulin Compétition est sur une belle séquence. L.-P. mène le championnat, ma voiture est plus performante et notre ami Frédéric Gabillon risque d’être assez compétitif. Nous avons fait de petits ajustements sur la voiture pour le circuit trifluvien, ça devrait nous aider.»

Une période d’essais libres est prévue samedi à 12 h 30, suivie de la période de qualifications à 17 h 15. La course de dimanche, à 14 h, sera diffusée en direct sur RDS2.