Pour l’instant, Steven Butler ne fait face à aucune accusation dans cette affaire.

Butler pourrait devoir s’expliquer auprès de la RACJ

MONTRÉAL — Le boxeur québécois Steven Butler devra possiblement s’expliquer devant la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) en raison d’une fraude alléguée.

Le 98,5FM a rapporté mercredi matin que Butler (23-1-1, 20 K.-O.) pourrait avoir passé « des commandes de fausses pièces d’identité (...) à titre d’intermédiaire en fournissant des noms et des dates de naissance », rapporte la station montréalaise, en lien avec l’arrestation de l’oncle du boxeur Sylvain Bertrand, en février dernier. Bertrand a été arrêté à Saint-Roch-de-l’Achigan en possession de huit faux permis de conduire et de cocaïne.

Pour l’instant, Butler ne fait face à aucune accusation dans cette affaire.

Butler doit affronter l’Américain Carson Jones (40-13-3, 30 K.-O.) lors d’un gala au Casino de Montréal le 23 juin.

Pour l’instant, ce plan tient toujours. Mais il pourrait devoir s’expliquer à la RACJ.

« Il est présumé innocent et n’a pas été déclaré coupable. Cependant, je mets un bémol, a déclaré Me Joyce Tremblay, responsable des communications à la RACJ. Nous allons étudier ce dossier. Je ne sais pas quelles seront les actions envisagées par la Régie. [...] On ne pourrait pas lui retirer sa licence d’emblée, il faudrait au moins le convoquer avant le gala. Mais les régisseurs pourraient décider de le suspendre. Avant tout, il faut regarder quelles compétences nous avons sans déclaration de culpabilité. »

Mme Tremblay a ajouté que la RACJ devrait être fixée jeudi dans ce dossier.

Pas le premier écart
Ce ne serait pas le premier écart de conduite du boxeur chez les poids super-mi-moyens.

Il est présentement accusé de voies de fait et de vol qualifié en lien avec une bagarre qui aurait éclaté dans le stationnement du bar General Sherman, à Blainville, dans les Laurentides. Un homme aurait alors été roué de coups, puis volé. Le pugiliste âgé de 22 ans a été accusé en 2017, et son procès devrait commencer en septembre prochain.

D’autre part, le Montréalais a déjà été contraint de s’expliquer devant la RACJ, à la suite de sa défaite par K.-O. aux mains de Brandon Cook en janvier 2017. L’organisme l’avait alors convoqué au sujet d’une bagarre qui avait éclaté dans les gradins après le combat et de certains liens allégués de son entourage avec des membres du crime organisé, en plus de la bousculade qu’il avait eue avec Cook sur le ring une fois que l’arbitre eut décidé de mettre fin aux hostilités.

Il n’avait pas fait l’objet d’une sanction de la part de la Régie à la suite de cette audience.