Alexandre Burrows a hâte de vivre les affrontements entre la Ville reine et la capitale nationale de l’intérieur.

Burrows aime ça, de bonnes rivalités

Quand il était avec les Canucks de Vancouver, Alexandre Burrows n’a pas vraiment vécu de rivalités naturelles comme celles des Batailles de l’Ontario et de l’Alberta.

« On en a développé une avec Chicago après les avoir affrontés trois ans de suite en séries. C’est souvent le cas, de telles rivalités se développent quand les clubs s’affrontent souvent en séries. Mais j’ai regardé souvent à la télévision les matches de la Bataille de l’Alberta (Edmonton-Calgary) et celle de l’Ontario, il me semblait bien que c’était une des rivalités les plus intenses », a souligné l’attaquant québécois des Sénateurs après la pratique des siens vendredi.

Acquis à la fin de février dernier, après que les Sénateurs aient complété leur série de quatre parties de saison régulière contre les Maple Leafs pour la campagne 2016-2017, Burrows avait hâte de vivre les affrontements entre la Ville reine et la capitale nationale de l’intérieur.

« Il est tellement facile de te réveiller le matin pour un match comme ça. Tu as toujours hâte à de tels matches, ça va être amusant dans l’amphithéâtre, il va y avoir beaucoup d’énergie et en même temps, ils sont un des meilleurs clubs de la ligue. Ça va être bon de se mesurer contre un club qui est rapide et habile, qui joue de la bonne façon présentement. On va espérer qu’on va arriver à remporter notre premier match à la maison en même temps », a commenté Burrows.

La veille dans la défaite contre les Devils, Burrows a probablement joué sa meilleure partie de la jeune campagne alors qu’il a marqué son premier but, qui s’adonnait aussi à être son 200e en carrière. Il a saisi son propre retour pour marquer en avantage numérique après avoir accepté une superbe passe d’Erik Karlsson. Il a aussi dérangé l’adversaire à plusieurs occasions, même s’il n’a été crédité que d’une mise en échec sur la feuille de statistiques du match.

« C’est le fun (d’avoir compté ce 200e but). Quand j’étais jeune, je n’aurais jamais pensé être capable d’en compter un, ni même de jouer un seul match (dans la LNH). Après plusieurs années dans la Ligue nationale, c’est un bel accomplissement d’arriver à mon 200e but, c’est flatteur. C’est surtout un crédit à toutes les bonnes équipes, tous les bons joueurs avec qui j’ai joué. Je ne les ai pas comptés tout seul, ces buts-là. C’est un jeu d’équipe, sans tous les bons coéquipiers avec qui j’ai joué, je ne me serais jamais rendu là », a confié Burrows au Droit, lui qui était content qu’un de ses coéquipiers récupère la rondelle de ce but pour sa collection de souvenirs.

Quand cette étape de sa carrière a été soulignée sur l’écran géant du Centre Canadian Tire jeudi, on a vu l’attaquant originaire de Pincourt qui était en douleur au banc des siens, un thérapeute athlétique massant la région de son cou et de son épaule gauche. Rien de grave cependant, a-t-il assuré vendredi. « Je me suis comme jammé un peu le trapèze, ce n’était rien de trop grave. J’étais correct sur la glace (hier), il n’y a pas trop de dommages. Parfois, tu as besoin d’un petit tune up pour continuer à jouer », a-t-il indiqué.

Son entraîneur Guy Boucher est fort satisfait de la tenue de son vétéran de 36 ans en ce début de saison. « Il fait exactement ce qu’on voulait de lui. Il travaille comme un chien, il mène notre groupe, il apporte des intangibles exceptionnels, il est superbe avec les jeunes, super dans notre chambre quand on a des discussions. Il a toute une personnalité, je l’adore », a-t-il mentionné. 

En fin de saison de même qu’en séries, avant qu’il ne soit blessé en finale de l’Est contre Pittsburgh, Burrows n’avait pas vraiment montré l’aspect « petite peste » de son jeu, mais Boucher l’a invité à le ramener dans son répertoire cette saison. « Je sais qu’on lui avait demandé à Vancouver d’être moins ‘peste’ afin de gérer son énergie. L’an dernier en arrivant ici, je l’ai laissé jouer, mais cette année, on a eu une bonne discussion à savoir quel pourcentage il peut allouer à ça, qu’est-ce qui est bon pour sa game. Quand il ne l’est pas du tout, je sais que ce n’est pas bon pour son jeu. Quand il l’est trop, il y a trop d’énergie qui est allouée à ça. Quand il est dans le milieu, il est à son meilleur et c’est un peu ça qu’il est en train de chercher en ce moment », a souligné Guy Boucher.

Smith au rancart, DiDomenico rappelé

Blessé au haut du corps lors du match de jeudi, l’ailier gauche Zack Smith ratera «au moins une semaine», a révélé Guy Boucher vendredi. Pour compenser cette absence, les Sénateurs ont annoncé plus tard dans la journée le rappel de l’attaquant Chris DiDomenico de leur club-école de Belleville. Rapatrié de Suisse à la fin de la saison dernière, DiDomenico, qui a été blanchi en trois matches dans la LNH en 2016-2017, était le meilleur compteur des petits Senators avec trois buts et deux passes pour cinq points. Le défenseur Mark Borowiecki n’a pas pratiqué lui non plus vendredi et il représente donc un cas douteux pour le match de samedi soir contre les Maple Leafs.

Boucher critiqué

L’entraîneur-chef Guy Boucher a fait l’objet de nombreuses critiques d’analystes à la télévision et de partisans qui lui reprochaient d’avoir commencé la prolongation en laissant ses meilleurs joueurs offensifs comme Erik Karlsson, Kyle Turris et Mike Hoffman à la faveur de Cody Ceci, Jean-Gabriel Pageau et Tom Pyatt, qui ont vu John Moore marquer le but gagnant à 1:20 de la prolongation. Celui-ci s’est défendu après le match de même que vendredi. «Erik Karlsson l’a bien dit l’an passé, la prolongation – et la fusillade – est un coup de dé. Des jours, tu as l’air d’un génie, d’autres tu as l’air d’un idiot. La réalité est qu’on aurait pu mettre d’autres joueurs sur la glace et ils auraient pu se faire compter en moins de 20 secondes», a-t-il dit.

Entre les lignes

Colin White, qui se remet d’un poignet cassé, et Ben Harpur, qui revient d’une blessure à une épaule, ont tous deux patiné avec l’équipe hier, portant des chandails bleus indiquant qu’ils ne sont pas prêts à absorber des contacts. Guy Boucher a évoqué la possibilité jeudi que White aille commencer sa saison à Belleville pour retrouver la forme.... Les Sénateurs ont annoncé vendredi les détails de leur semaine annuelle du hockey mineur, dont les activités se dérouleront du 21 (samedi) au 30 octobre. Des joueurs et officiels seront sur la glace lors des trois parties cette semaine (Toronto samedi, Los Angeles mardi et Philadelphie jeudi), tandis que deux cliniques pour jeunes sont prévues notamment mercredi prochain au CCT avec les anciens Chris Phillips et Shaun Van Allen.