La foule de Vancouver n'a pas oublié Alex Burrows

Burrows a marqué les Canucks

VANCOUVER — Le grand retour d’Alexandre Burrows était un événement attendu à Vancouver.

Sur l’écran géant au Rogers Arena, c’est une photo de lui avec Henrik Sedin superposé par-dessus son image, et avec Erik Karlsson relégué au second plan, qui accueillait les partisans des Canucks à leur arrivée dans l’amphithéâtre.

Avant qu’un hommage ne lui soit rendu sur ce même écran vidéo lors de la première pause publicitaire du match de mardi soir entre les Sénateurs et les Canucks, ses anciens coéquipiers avaient eu l’occasion de le saluer, que ce soit lors d’un souper lundi soir, en matinée à son arrivée pour l’entraînement d’avant-match, ou encore par le biais de messages textes.

« Je lui ai parlé ce matin et il avait l’air excité. Ça va être une soirée spéciale c’est certain, pour lui et pour tous les gars dans ce vestiaire qui ont joué avec lui », a souligné l’autre jumeau Sedin, Daniel.

À son apogée en Colombie-Britannique, Burrows était le compagnon de trio des jumeaux et il entretenait donc une relation privilégiée avec eux, surtout qu’ils ont été là pour toutes ses 12 saisons. Comme il est relégué à un quatrième trio maintenant et que les supervedettes suédoises sont toujours les piliers en attaque des Canucks, il n’allait probablement pas les croiser trop souvent sur la glace pendant le match. N’empêche. « J’espère qu’il n’essaiera pas de me distraire en disant quelque chose sur la glace, il est très bon pour ça », a blagué Sedin.

« Le vidéo va me rappeler de bons souvenirs, mais une fois que ça va être fini, je vais devoir me concentrer sur mon match, a réitéré Burrows en matinée. Je vais faire tout en mon possible pour ramasser les deux points à l’enjeu. Mais en même temps, ils (les Sedin) ont été tellement bons pour moi pendant des années. Ce sont des joueurs de classe mondiale. Moi, je suis juste excité de finalement pouvoir jouer contre eux. »

Daniel Sedin a rappelé à quel point Burrows est parti de loin pour se bâtir une belle carrière dans la LNH. Pas repêché, autant dans la LNH que la LHJMQ où il s’est taillé un poste à Shawinigan à 19 ans. il a gravi les échelons à partir de la ligue East Coast, passant deux saisons à Greenville, Baton Rouge et Columbia, avant d’obtenir un contrat de la Ligue américaine avec le Moose du Manitoba, alors le club-école des Canucks.

« Quand il est arrivé avec nous (en 2005-2006), il était un gars de quatrième trio qui faisait tout en son possible pour rester avec cette équipe – compter des buts, se battre, jouer un rôle défensif – et être bon pour celle-ci. Il faut respecter ça. Puis il est parti de la quatrième ligne et il est monté à la troisième, puis nous avons eu beaucoup de succès en jouant avec lui et il en était une grosse raison. Il a eu un grand rôle à jouer dans cette équipe ainsi que dans la communauté, où il faisait beaucoup de choses. Et il a donné un bon exemple à plusieurs de nos jeunes joueurs. On a de bons souvenirs de lui, sur la glace ainsi qu’en dehors de celle-ci. Probablement encore plus en dehors parce qu’il était tellement un bon coéquipier », a-t-il souligné.

Originaire de New Westminster, en Colombie-Britannique, le centre des Sénateurs Kyle Turris était un adolescent lors des belles années de Burrows avec les Canucks, le club favori de son enfance. Il était content de pouvoir être témoin de son retour au bercail.

« Je me souviens que je le regardais jouer en grandissant, avec Marc (Crawford) comme entraîneur. C’était une belle époque, avec le “West Coast Express” – le trio de (Markus) Naslund, (Todd) Bertuzzi et “Mo” (Brendan Morrison). En étant son coéquipier maintenant, je peux comprendre pourquoi il était un si gros morceau chez les Canucks. Ça va être une soirée émotive pour lui. On va espérer travailler avec lui pour que ce soit une belle soirée », a mentionné Turris.

LES SÉNATEURS EN BREF

Jaros obtient sa chance

Rappelé en même temps que Thomas Chabot, le défenseur slovaque Christian Jaros a été bien content d’être invité à se joindre au grand club pour son voyage dans l’Ouest, et il a finalement été appelé à disputer un premier match dans la LNH quand Giuy Boucher a décidé d’utiliser sept défenseurs mardi.

« Je suis évidemment très heureux, c’est une nouvelle expérience pour moi. Je suis content d’être là. j’ai été un peu surpris qu’on fasse appel à moi », a-t-il dit en matinée. Jaros a joué deux parties avec Belleville avant son rappel.

« Ça s’est bien passé, mais ce n’était que deux matches. Je m’habitue à jouer sur les plus petites patinoires, c’est différent que les grandes. J’aime ça, c’est plus facile pour les grands défenseurs comme moi de jouer de façon physique », a dit l’arrière de 6’ 3’’ et 200 livres.

Green se souvient

Le nouvel entraîneur-chef des Canucks, Travis Green, a eu une carrière de 15 saisons dans la LNH. incluant deux à Toronto entre 2001 et 2003 où les Maple Leafs ont éliminé les Sénateurs en séries. Green a parlé mardi de ces épiques Batailles de l’Ontario.

« C’était fantastique, très intense. C’est comme ça que tu veux que le hockey soit pratiqué. J’ai de bons souvenirs de ces matches entre Toronto et Ottawa, la rivalité et tout ça. C’était des matches amusants à jouer alors que l’intensité était à son plus haut niveau, non seulement entre les joueurs, mais les partisans aussi », a raconté Green, qui a aussi porté les couleurs des Islanders, des Mighty Ducks, des Coyotes et des Bruins, faisant ensuite ses classes comme entraîneur avec les Winter Hawks de Portland, puis les Comets de Utica, dans la LAH. 

Entre les lignes

Absent de l’entraînement de lundi en raison d’un virus, l’attaquant Mike Hoffman a été en mesure de participer à l’entraînement matinal et d’affronter les Canucks finalement. Comme Guy Boucher a utilisé sept défenseurs, Logan Brown et Alex Formenton ont donc été laissés de côté...

Les Canucks commencent leur saison en affrontant des équipes canadiennes lors de leurs cinq premiers matches. Après Edmonton et la visite des Sénateurs, ils recevront Winnipeg et Calgary avant de s’amener au Centre Canadian Tire mardi prochain...

Thomas Chabot a disputé son 2e match dans la LNH, à sa 2e visite dans l’Ouest. « J’étais du voyage l’an passé, ce qui avait été une bonne expérience, mais c’est moins le fun quand tu ne joues pas », a-t-il dit.